Plusieurs films israéliens ont été présentés au festival de Cannes cette année, dont deux ont été récompensés.

mardi 29 mai 2007

Ces récompenses viennent s’ajouter à une liste de plus en plus longue de films israéliens primés, attestant de l’incontestable créativité et vitalité du cinéma israélien et de la culture israélienne en général.


Le film « Tehilim/Psaumes » de Raphaël Nadjari qui dépeint une famille israélienne en crise après la disparition du père a été extrêmement bien reçu par le public cannois qui a réservé au metteur en scène et aux acteurs une standing ovation.

« Bikour Hatizmoret/La visite de la fanfare » d’Eran Kolirin en compétition, a obtenu une récompense du jury de la Fédération internationale de la presse cinématographique (Fipresci) dans la section « Un certain regard » de la sélection officielle et aussi le Coup de Coeur du Jury de cette section. Le film qui raconte le voyage d’un orchestre de la police égyptienne qui se perd lors d’un voyage en Israël a été acheté pour être distribué dans de nombreux pays.

Et pour finir en beauté, le film « Meduzot/les Méduses » d’Etgar Keret et de Shira Geffen a remporté la Caméra d’Or pour le meilleur film de metteur en scène débutant. Il a aussi remporté le Prix du meilleur metteur en scène de la Sacd et le prix des jeunes critiques de TV5Monde attribué par un jury de 36 étudiants français.

Le film évolue autour de trois jeunes femmes qui vivent à Tel-Aviv.A la limite de l’absurde, le film dépeint un monde désordonné où chacun est en quête, de l’amour, du souvenir, de l’oubli...

Durant la Cérémonie de remise de Prix, Etgar Keret a déclaré : « Ils nous ont demandé de tout écrire, mais en fait, je suis trop dans l’excitation pour lire mon texte. Je suis tellement loin du reste du monde... Je n’ai pas porté de costume depuis ma barmitzva. Tout ce que je peux dire, c’est merci beaucoup. Nous tenons également à remercier l’extraordinaire distribution d’acteurs et le directeur de la photographie. C’est comme dans un rêve,...c’est comme dans un film."

Etgar Keret, 40 ans, est l’un des écrivains israéliens les plus populaires de sa génération, réputé pour ses nouvelles écrites dans un style très contemporain. La colo de Kneller, récit, Actes Sud, 2001 Crise d’asthme, nouvelles, Actes Sud, 2002 Un homme sans tête et autres nouvelles, nouvelles, Actes Sud, 2005 http://etgarkeret.com/
Meduzot n’est pas le premier film israélien à recevoir la Caméra d’Or. « OR » le film de Keren Yedaya avait reçu cette récompense, il ya trois ans.
Plus tôt, cette année, « Une terre de folie » de Dror Shaul avait remporté un prix au festival de Sundance et « Beaufort », l’Ours d’argent au festival de Berlin.

N’oubliez pas que vous pouvez découvrir le cinéma israélien à Bruxelles du 3 au 5 juin 2007.


Les textes

Mots-clés

Accueil