Le Crif élit dimanche son nouveau président

vendredi 11 mai 2007

Le Conseil représentatif des Institutions juives de France (Crif) va choisir dimanche entre quatre candidats son nouveau président, pour succéder à Roger Cukierman qui a accompli deux mandats et ne se représente pas.


La compétition est « très ouverte », explique-t-on au Crif. Les quatre candidats sont (par ordre alphabétique)

Ils ont à peu près les mêmes chevaux de bataille même s’ils ne les présentent pas dans le même ordre. Tous veulent lutter contre l’antisémitisme, améliorer l’image d’Israël dans les médias, contribuer à faire prendre conscience de la menace iranienne, et améliorer la représentativité du Crif, autant au sein de la communauté juive de France, comptant environ 600.000 personnes, qu’à l’extérieur.

A propos de la représentativité, tous souhaitent le retour du Consistoire central dans le Crif. Le Consistoire en est parti en février 2004, ayant estimé insuffisant le nombre de ses délégués au sein du conseil. Il l’avait déjà quitté et y était revenu à plusieurs reprises.

Les quatre candidats sont nés après la Shoah, deux à Paris (MM. Prasquier et Hadjenberg), deux au Maroc (MM. Bensemhoun et Zrihen). Arié Bensemhoun est nettement plus jeune que les autres « mais il milite depuis plus de 20 ans », relève-t-on au Crif. Aucun n’affiche ses préférences politiques et l’élection de Nicolas Sarkozy n’est pas censée influencer ce vote. « Ce sera très serré », a simplement dit à l’AFP le président Cukierman en refusant de dire quel est son favori.

En 2004 avec Roger Cukierman, il y avait deux autres candidats, Roger Benarrosh du Mouvement Juif Libéral de France (MJLF) et Serge Hajdenberg, président de Radio J et frère de Henri Hajdenberg.

Selon les statuts, le président du Crif est élu pour un mandat de trois ans, renouvelable une fois, par l’Assemblée générale qui réunit les délégués des associations membres du Crif, les délégués régionaux et les anciens présidents du Crif, soit 170 personnes.

Pour être élu, il faut recueillir la majorité absolue des membres de l’Assemblée générale au premier tour de scrutin ou la majorité relative au second tour. Les 4 candidats peuvent rester en lice pour le second tour.

Le Crif, créé en 1943, se définit comme « la voix officielle et politique » de la communauté juive en France, le « représentant de la communauté juive organisée » (ndlr l’ensemble des associations et mouvements juifs). Il regroupe une soixantaine d’associations, dont la plus importante est le Fonds social juif unifié.

Son rôle est de « défendre les Français juifs, les droits de l’Homme et l’existence de l’Etat d’Israël ». Il ne s’occupe pas du culte, qui est l’affaire du Consistoire.

La proclamation du résultat au premier tour devrait se faire vers 14h45 et éventuellement en cas de deuxième tour vers 16h30


La revue des infos

Mots-clés

Accueil