Bachar El Assad : « On ne peut pas bâtir des relations entre deux pays sur des émotions personnelles »

Presse Canadienne

mardi 20 mars 2007

Interrogé sur les relations entre la France et la Syrie, le maître de Damas Bachar El-Assad a jugé mardi soir que l’« on ne peut pas bâtir des relations entre deux pays sur des émotions personnelles ».


La Syrie est isolée sur le plan international depuis l’assassinat du Premier ministre libanais Rafic Hariri, lequel était un ami proche du président français Jacques Chirac. Rafic Hariri a été tué le 14 février 2004 dans un sanglant attentat en plein centre de Beyrouth.

« Isoler la Syrie ne peut avoir de résultats positifs. Qui veut isoler la Syrie, s’isole lui-même des problèmes de la région », a estimé le président syrien sur France-2.

Bachar el-Assad, dont les propos étaient traduits de l’arabe, a noté que les relations avec la France sont interrompues « depuis 2004 » et que « ça correspond à la durée de la rupture des relations politiques franco-syrienne. Ce n’est pas une bonne chose pour les relations entre nos deux pays ».

Interrogé sur l’implication présumée de Damas dans l’assassinat de Rafic Hariri, Bachar El-Assad a répondu que « personne ne peut accuser sans preuve ». « On ne peut pas bâtir des relations entre deux pays sur des émotions personnelles. Elles doivent l’être sur des réalités et des intérêts communs. Cette accusation est totalement inadmissible ».

Damas, qui ne cesse de démentir toute implication dans cet assassinat, a mis fin à 29 ans de présence militaire au Liban en 2005 après les manifestations de masse qui ont suivi la mort d’Hariri.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil