Le marché de l’art sous l’occupation » : un point historique indispensable par Emmanuelle Polack

toute la culture.com

mercredi 24 avril 2019, par Desinfos

Voir en ligne : https://toutelaculture.com/livres/e...

Alors qu’on célébrait le 3 décembre 2018 les 20 ans de la Déclaration des Principes de Washington qui en 1998 réunissait 44 Etats et se fixait pour objectif de rendre à leurs propriétaires et leurs héritiers les quelques 650 000 œuvres confisquées à des juifs par le régime nazi. Et alors que la France a relancé la Commission Mattéoli de 2001 à l’été 2018 avec une mission consacrée à la recherche et à la restitution des biens culturels spoliés pendant la Seconde Guerre mondiale pour hâter le processus, sous la direction de l’historien David Zivie, chargée de restituer les 2108 biens encore à rendre sur les 2143 dénombrés en 2001, le livre d’Emmanuelle Pollack permet de comprendre comment s’est structuré le marché de l’art pendant l’occupation, comment une législation confiscatoire a été mise en place au sein d’une collaboration poussée et intéressée, comment Otto Abbetz et les occupants nazis sont venus se servir, mais aussi comment Drouot et un écosystème de marchands français ont fleuri comme jamais dans ces années-là, ce que sont devenus les galeristes et marchands d’art juifs comme Pierre Loeb, Paul Rosenberg, Bernheim, ou René Gimpel et comment un réseau de commissaires priseurs en zone libre (à Nice notamment) a aussi fait son beurre des Statuts des Juifs.



Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil