Des chercheurs dénoncent l’Union Européenne pour « l’enterrement » d’une étude sur l’antisémitisme

Par Sharon Sadeh, Correspondant d’Haaretz - traduction Desinfos

mardi 25 novembre 2003

Londres - Un sociologue allemand qui a mené une étude de recherche sans précédent, complète sur les causes de l’antisémitisme en Europe, a accusé, que, pour le « politiquement correct », l’Union européenne, qui avait commandé la recherche, « a enterré » le rapport de peur qu’il ne puisse susciter une guerre civile.


Le rapport sur l’antisémitisme en Europe a été mis de côté par les organismes de vigilance sur le racisme de l’Union Européenne après qu’ils aient constaté que les Musulmans et les groupes pro-palestiniens étaient derrière beaucoup des incidents, a annoncé la semaine dernière le « Financial times » basé à Londres .

L’Union Européenne a maintenu que le rapport avait été gâté par la prévention « anti-musulman » et l’utilisation de méthodes de recherche inopportunes.

« Je pense que l’Union européenne a enterré la recherche de crainte d’une guerre civile et d’une justesse politique excessive, » a dit Haaretz le Professeur Werner Bergman, un des co-rédacteurs de l’étude,

L’European Monitoring Centre on Racism and Xenophobia (EUMC) a décidé ne pas publier la recherche après un heurt avec ses auteurs sur leur définition de l’antisémitisme, qui incluait les actes anti-Israël, a dit le journal.

L’associé de Bergman dans la conduite de l’étude, le Professeur Wolfgang Benz, a qualifié les raisons de l’EUMC pour rejeter l’étude « d »absolument ridicules« . De notre point de vue cela frise la calomnie. »

L’EUMC a commandé le rapport après un sommet dans l’activité antisémite au début de 2002. Ses découvertes viennent juste une semaine après qu’une école Juive près de Paris ait été incendiée et les attentat-suicide sur deux synagogues d’Istanbul.

Un membre adjoint du conseil non nommé par le journal a confirmé que les directeurs de l’EUMC avaient considéré l’étude comme sous influence, ajoutant qu’ils avaient jugé que de centrer sur les criminels Musulmans et pro-palestiniens pourrait être incendiaire.

Daniel Cohn-Bendit, un leader des Verts au Parlement européen a fortement dénoncé mardi l’EUMC pour avoir mis de côté le rapport.

« La chose complètement folle est qu’ils ne sont pas recherchés continuer parce qu’ils ont eu peur d’offenser une certaine opinion Musulmane en Europe, » a-t-il dit à Kol Israël. « C’est une approche complètement folle et fausse. »

Cohn-Bendit, le leader des étudiants français est parti à la fin des années 1960, il est actuellement en visite en Israël. Il a dit que la décision de mettre de côté l’étude était un « grande, grande erreur » et que son parti remettrait en cause le fait au Parlement européen à la première occasion.

« Il y a un danger d’antisémitisme en Europe, il y a un danger de racisme en Europe - et nous devons nous confronter à cette réalité et nous ne pouvons pas maintenant remettre le débat sur cela, » a dit Cohn-Bendit.

Un extrait du rapport obtenu par le « Financial times » exposait : « ... on peut conclure de cela que les incidents antisémites dans la période contrôlée ont été commis par dessus tout, par des extrémistes de droite et des radicaux Islamistes ou de jeunes Musulmans. »

« La décision de ne pas publier était une décision politique, » a dit une source proche avec le rapport au « Financial times ». Il a dit que le rapport avait découvert « une tendance vers l’antisémitisme Musulman, tandis qu’à gauche il y a aussi la mobilisation contre Israël qui n’est pas toujours sans préjugé. »

Beate Winkler, le directeur du EUMC, a dit au journal que le rapport a été mis de côté à cause des problèmes avec le décalage dans le temps, mais aussi en raison de la définition excessivement compliquée de l’antisémitisme. « Bien sûr il y a les gens d’origine arabe qui ont commis de tels actes. Cela sera représenté dans notre rapport prochain, » a-t-elle ajouté.

Bergman a dit du panel de l’Union Européenne : « c’était très difficile pour eux d’accepter les conclusions » du rapport. « Ils nous ont demandé à maintes reprises de récrire les projets, de ramollir les conclusions, d’équilibrer les arguments. »

Au cours de l’étude, les chercheurs se sont plaints à ceux qui avaient commandé la recherche que les données de certaines des 15 études de nations étaient incomplètes ou imparfaites. « Mais ils nous ont demandés de continuer, » a dit Bergman.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil