La nouvelle provocation du président iranien

jeudi 19 octobre 2006

Mahmoud Ahmadinejad s’est de nouveau attaqué à Israël, Etat « illégitime et frauduleux » qui « ne pourra pas survivre ». Il a également affirmé que l’Iran « ne reculerait pas d’un pouce » dans sa volonté de se doter de la technologie nucléaire.


Il avait déjà demandé à ce qu’Israël « soit rayé de la carte ». Puis il avait mis en doute la réalité de Shoah et affirmé que la « menace permanente » représentée par l’Etat israélien était en « voie de disparition ». A chaque fois, le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, s’était attiré une vive condamnation de la communauté internationale. Il a récidivé ce jeudi lors d’un discours diffusé en direct par la télévision d’Etat.

« Le régime sioniste est illégitime et frauduleux et ne pourra pas survivre », a déclaré le président iranien dans cette intervention prononcée à Islamshahr, ville ouvrière à la périphérie de Téhéran. « Les grandes puissances ont créé ce régime frauduleux et lui ont permis de commettre tous les crimes pour préserver leurs intérêts ».

Appel ironique aux puissances nucléaires

Dans ce même discours, défiant une nouvelle fois les puissances occidentales, Mahmoud Ahmadinejad a déclaré que l’Iran « ne reculerait pas d’un pouce » dans sa volonté d’utiliser la technologie nucléaire à des fins pacifiques. « L’enrichissement d’uranium et la maîtrise du cycle du combustible nucléaire font partie des principales revendications du peuple iranien », a-t-il ajouté. Avant de s’adresser directement aux puissances nucléaires : « Si l’arme atomique est une mauvaise chose, pourquoi vous en fabriquez ? Si le cycle du combustible nucléaire est une bonne chose, il l’est pour tout le monde », a affirmé Mahmoud Ahmadinejad, en ajoutant que l’Iran était « partisan du dialogue et de la négociation ».

Des déclarations qui interviennent alors qu’en visite à Moscou, le Premier ministre israélien Ehud Olmert a tenté mercredi de convaincre le président russe d’agir pour stopper le programme nucléaire iranien. Mais la Russie semble peu favorable à des sanctions économiques contre Téhéran. « Nous sommes à un moment critique et toute la communauté internationale doit serrer les rangs pour stopper l’Iran dans son intention de se doter d’armes nucléaires », a déclaré Ehud Olmert au cours de son entretien au Kremlin avec Vladimir Poutine.

D’après agence


La revue des infos

Mots-clés

Accueil