Jérusalem, capitale de la Mémoire pour les juifs des pays arabes

Jean-Loup Mordehai Msika

mercredi 19 juillet 2017, par Desinfos

Un architecte d’origine tunisienne est derrière un projet visant à construire un musée pour les juifs des pays arabes. Jean-Loup Mordehai Msika explique pourquoi un tel musée, au cœur de Jérusalem, est vital pour informer les visiteurs des racines anciennes du peuple juif au Moyen-Orient. Le projet, dévoilé publiquement pour la première fois sur Point of No Return, a obtenu le soutien de la Coalition des Associations de Juifs des pays arabes en Israël.


"Lorsque des dignitaires, des diplomates ou des chefs d’État étrangers visitent Israël, ils sont rituellement invités à Yad Vashem, comme si ce musée révélait l’élément fondateur de l’Israël moderne et du sionisme. Cela ne fait que renforcer le narratif mensonger diffusé par nos ennemis, selon lequel Israël serait une création coloniale de l’Europe, en compensation de l’Holocauste, et « aux dépens des Palestiniens ».

Cela est dommageable, ainsi que l’a récemment remarqué le professeur de relations internationales de l’Université de Tel Aviv, Emmanuel Navon, lors de la récente visite du président Trump : Israël est alors perçu comme un État « colonial » et les résolutions catastrophiques du Conseil de sécurité et de l’UNESCO qui nient tout lien historique des Juifs avec Jérusalem ou Hébron sont applaudies par les nations …

Depuis longtemps, j’ai pensé à la nécessité de créer, dans la capitale, Jérusalem, un lieu majeur, un Mémorial-Musée, consacré à l’histoire et à la culture des juifs des pays arabes et musulmans, afin d’informer les Chefs d’état étrangers, les dignitaires et diplomates en visite sur les racines anciennes du peuple juif, peuple autochtone authentique au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Les Juifs y étaient présents des siècles avant que le christianisme ou l’islam n’existent. Ils ont été occupés et colonisés par les musulmans au 7ème siècle, soumis au statut de « dhimma » (un système cruel d’apartheid), au génocide au cours des siècles et au nettoyage ethnique au 20ème siècle.

L’indépendance du peuple juif dans l’état d’Israël, dans la région même où ses racines anciennes sont un fait historique, est la seule alternative à la dhimmitude inacceptable qui a duré 14 siècles. Tout cela doit être rendu visible et évident par un Mémorial-Musée visible, au cœur de la capitale, à Jérusalem.

Il se trouve que je suis architecte, urbaniste et artiste visuel.

En accord avec la Coalition des Associations de juifs des pays arabes et musulmans, en Israel, représentée par sa présidente, Mme Levana Zamir, j’ai entrepris de travailler à une proposition de Mémorial-Musée consacré à l’histoire et à la culture des juifs des pays arabes et musulmans.

Sous la direction de Mme Levana Zamir, nous avons organisé, le 26 juin 2017, un symposium d’une journée entière, au Centre culturel des Juifs d’Egypte, à Tel-Aviv, avec un brainstorming fructueux. « Il ne s’agit pas la d’une fantaisie », a déclaré Zamir lors du symposium, "une des résolutions présentées au Premier ministre Netanyahu en juin 2011 par le Conseil National de Sécurité était exactement la suivante : créer un musée pour l’histoire des Juifs des pays arabes et islamiques, en tant que partie intégrante de cette région et pour commémorer la tragédie du « nettoyage ethnique » de
près d’un million de Juifs de leur terre natale ancestrale - en légitimant ainsi l’état d’Israël ».

Au cours du symposium, j’ai présenté un programme détaillé pour le Mémorial-Musée, des dessins, un modèle 3D et une proposition pour le site le plus approprié, dans le contexte urbain de la capitale, etc.
Nous attendons maintenant une occasion de discuter cette proposition avec la municipalité de Jérusalem, après avoir déposé le modèle 3D du Mémorial-Musée au bureau du Maire de Jérusalem ".


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil