Israël préoccupé par les dernières décisions du Quartette

Claire Dana Picard - Arouts 7

jeudi 21 septembre 2006

Voir en ligne : lire l’article sur : http://www.a7fr.net/

Le Quartette a publié mercredi un communiqué dans lequel il a indiqué qu’il saluait la dernière initiative des dirigeants de l’Autorité palestinienne et appréciait « les efforts déployés par le président Mahmoud Abbas (Abou Mazen) pour former un gouvernement d’union nationale ».


Cette annonce a été publiée au siège de l’Onu, à New York, à l’issue d’une réunion extraordinaire des délégués du Quartette, à savoir la secrétaire d’Etat américaine et le chef de la diplomatie russe ainsi que le secrétaire général des Nations unies et le ministre des Affaires étrangères de la Finlande, qui assure la présidente tournante de l’Union européenne.

Dans le texte qu’ils ont diffusé à l’issue de leurs délibérations, ces derniers abordent un certain nombre de questions portant sur les relations entre Israël et les Palestiniens. Mais à aucun moment ils n’évoquent le cas du caporal Guilad Shalit, enlevé il y a trois mois par des terroristes près de la bande de Gaza, et par conséquent n’exigent pas sa libération.

Les dirigeants du Hamas, qui comptent associer les représentants du Fatah au pouvoir, sont bien entendu satisfaits du soutien du Quartette. Le porte-parole de l’organisation terroriste, Sami Abou Zouhari, a même qualifié cette démarche de « positive ».

Très pragmatique, il s’est empressé d’ajouter qu’il espérait que les nouvelles positions adoptées par le Quartette permettrait la levée du blocus politique et économique imposé jusqu’à présent sur l’Autorité palestinienne. Quant au conseiller d’Ismaïl Henye, il a déclaré que les récentes résolutions du Quartette prouvait que celui-ci faisait preuve de « souplesse et de discernement politique ».

De son côté, le gouvernement israélien a mal accueilli la dernière décision du Quartette. C’est en effet la première fois que les Etats-Unis, l’un des quatre membres du Quartette, acceptent que des dirigeants du Hamas fassent partie de la direction de l’AP. Il est vrai que le Quartette exige que les leaders de l’organisation terroriste reconnaissent l’existence d’Israël ainsi que les accords conclus avec l’AP mais il ne s’agit pas de conditions sine qua non pour la formation du nouveau cabinet.

Les Israéliens ont de bonnes raisons d’être déçus du revirement des Américains. En effet, pas plus tard que mardi, le président Bush avait affiché un avis contraire en déclarant que le « gouvernement palestinien » ne jouirait d’une reconnaissance officielle que lorsqu’il se soumettrait aux trois exigences présentées par le Quartette.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil