Le Hezbollah installe des missiles sur son toit sans le prévenir

La Voix du Nord

mardi 1er août 2006

Il est 1 heure du matin, mercredi dernier. La petite commune d’Ein Ebel est plongée dans le noir, non seulement parce qu’il fait nuit, niais aussi parce que l’électricité est coupée. Dans sa maison, Ibrahim dort tranquillement. Ce sexagénaire, qui a travaillé des années dans le Golfe et en Afrique avant de rentrer au Liban, est soudainement réveillé par un bruit de conversations : il y a quelqu’un, et même plusieurs personnes sur le toit.


Au bout d’un moment, ce ne sont plus des mots qu’entend Ibrahim mais le bruit caractéristique du départ d’un missile. Puis d’un second. Et d’un troisième. Encore un. Et un cinquième... Ibrahim comprend alors que ces hommes sur son toit étaient des combattants du Hezbollah. Il devine aussi que la réaction israélienne ne va pas tarder et qu’elle sera brutale. Alors il part avec ses voisins, qui sont aussi de sa famille. Bien leur en a pris : la frappe de l’armée hébreue a anéanti la maison d’Ibrahim et quatre autres alentour, dont il ne reste aujourd’hui que des pans de murs écroulés.

L’histoire d’Ibrahim est un fait de plus en plus fréquent. La semaine dernière, dans une ville proche, le Hezbollah avait installé des lance-missiles entre les habitations et tout a été rapidement anéanti par l’armée israélienne. Contre cette « tactique » des intégristes, les ha­bitants qui n’ont pas fui organi­sent désormais des patrouilles la nuit pour empêcher les hommes du Hezbollah de déployer leurs armes. Reste à identifier lesdits combattants car la plupart s’habillent normalement, en T-shirt et pantalon. Certains portent l’uniforme. Et parfois, aussi, un missile.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil