Vous avez dit retenue ?

par David Ruzié, professeur émérite des universités, spécialiste de droit international

mercredi 26 juillet 2006

Bon nombre de lecteurs du journal Le Monde ont dû être choqués par le dessin de Plantu, paru en première page du numéro du 26 juillet, où l’on voit un membre du Hezbollah et un soldat israélien, portant le Liban sur une civière avec, valable pour l’un et pour l’autre, cette « bulle » : « Tout sauf les droits de l’homme ».


Cette infamie est digne des idéologues nazis du Stürmer , qui inspirent, à l’heure actuelle, bon nombre de publications arabes et iraniennes.

Nous avons toujours pensé et écrit, ici même, que la liberté d’expression ne pouvait légitimer n’importe quelle déclaration.

Mais, au moment où de divers côtés, on invite Israël à faire preuve de retenue, on aimerait que les « bonnes âmes » s’interrogent également sur le manque de retenue de certains médias, voire d’hommes politiques, nationaux ou internationaux.

Passons sur les reportages de France 2 montrant, après des images effectivement tragiques du Liban, d’autres filmées sur des plages israéliennes.

Mais que dire du « tri sélectif » auquel procède la presse française qui, à la différence de la presse canadienne, ne relève, dans les déclarations du responsable des affaires humanitaires à l’ONU, que l’accusation lancée conte Israël de « violation du droit humanitaire » ?

Or, le lendemain, Jan Egeland avait, également, déclaré : « mon message était que le Hezbollah doit cesser de se fondre lâchement....parmi les femmes et les enfants ».

Mais de cela, on n’en a pas vu d’écho dans la presse française, sauf, notamment, ici même (v. hier 25 juillet).

Même Kofi Annan, dont on peut comprendre l’émotion à la suite de la mort de 4 casques bleus, à la suite de ce qui s’avère être une bavure - regrettable, mais inévitable - de l’armée israélienne, accuse, un peu rapidement, Israël d’une « attaque apparemment délibérée ».

Or, chacun sait que le Hezbollah s’est délibérément installé près de postes d’observation tenus par la FINUL, afin de pouvoir tirer, tranquillement, en direction du territoire israélien, tout en dissuadant une réaction de Tsahal.

Toujours la même tactique terroriste : attaquer et se mettre à l’abri de représailles, susceptibles de causer des « pertes collatérales ».

Casques bleus ou populations civiles, c’est pour les terroristes de « bonne guerre ».

On pourrait, encore, multiplier les exemples de manque de retenue.

Citons une déclaration du Ministre des affaires étrangères du Bangladesh qui a accusé Israël de « terrorisme religieux et de fondamentalisme » ( Guysen.Israël.News ).

On comprend mieux l’hostilité d’Israël à l’égard des casques bleus des Nations Unies, auxquels contribuent des pays, comme le Bangladesh, l’Indonésie ou encore la Malaisie, dont les dirigeants ont, à certains moments, proclamé leur hostilité à l’égard d’Israël.

De même, il faut éviter de rééditer l’exemple de la FINUL, qui s’est avérée plus néfaste qu’utile, car elle n’a rien fait pour empêcher l’investissement du sud-Liban par le Hezbollah, après le départ des troupes israéliennes.

En tout état de cause, il faut savoir que bon nombre de pays contributeurs fournissent des contingents de troupes qui manquent d’entraînement et d’expérience militaire.

C’est souvent un moyen pour ces pays d’être aidés par l’ONU dans le versement des rémunérations de ces personnels et dans leur équipement.

Pendant ce temps, le président iranien Ahmadinejad réitère ses imprécations contre Israël, dont il invite les habitants à « faire leur valise ».

Belle opération de diversion pour éviter que l’on s’intéresse au programme nucléaire iranien, autrement plus dangereux que l’opération de légitime défense israélienne !

L’exemple de l’Iran a, d’ailleurs, inspiré la Corée du nord, elle aussi, danger potentiel au regard de la possession de l’arme nucléaire, qui n’hésite pas à accuser les Etats-Unis de « soutenir le massacre perpétré par Israël au Liban et dans les territoires palestiniens ».

La liste des exemples de (manque de) retenue pourrait être encore allongée !

Pour terminer, nous ne pouvons nous empêcher d’évoquer le reportage, entendu, ce matin 26 juillet, sur les ondes de RTL à propos de la manifestation de quelques deux cents manifestants juifs et arabes en Israël (au regard d’une population de 6 millions et quelques d’habitants) contre l’opération en cours.

D’ici qu’on nous reparle des Natureï Karta de Jérusalem, il n’y a pas loin.

Comme dit un adage familier : « Quand les bornes sont franchies, il n’y a plus de limites ».


Les textes

Mots-clés

Accueil