Au secours ! Les Palestiniens sont « étranglés » se lamente Mahmoud Abbas depuis l’Élysée. Hollande, Valls et Ayrault volent à son secours...

Hélène Keller-Lind

dimanche 17 avril 2016, par Desinfos

Le 15 avril 2016 aura été la énième fois que le « président » sans mandat de l’Autorité palestinienne sera passé par Paris pour réitérer ses sempiternelles jérémiades. « Occupation, colons, colonisation », on connaît le refrain. S’y est ajouté cette fois l’accusation « d’étranglement ». Mais à le voir, le dictateur rusé à l’air bonhomme, il se porte à merveille pour un « étranglé » et on croirait vraiment qu’il la veut la paix. Paix pourtant refusée à Ehud Olmert qui lui accordait toutes se demandes et au-delà...Et la France de Hollande part à « l’initiative » et se rengorge. De quoi récupérer les voix gauchistes et arabes et faire oublier le bilan. Au frais des contribuables.


Un spectacle lamentable à l’Élysée

Spectacle lamentable à l’Élysée : un Hollande stressé, avec un taux de popularité polaire, qui pianote nerveusement sur le pupitre élyséen frappé des drapeaux de la France, l’Union européenne et...la « Palestine » entité tragi-comique, corrompue qui bafoue les droits de l’homme allégrement, que ce soit ceux de ses administrés ou ceux des Israéliens que ses dirigeants incitent à assassiner...Et à l’autre pupitre un Mahmoud Abbas très content de lui, faux « président » dictateur, se maintenant au pouvoir sans élections depuis des années, qui prétend ne vouloir que une paix qu’il a refusée à un Ehud Olmert, alors Premier ministre d’Israël, lui cédant pourtant sur tout , qui prétend à la télévision israélienne être prêt à négocier avec Benyamin Netanyahu mais fait mine de pas entendre le Premier ministre israélien qui déclare urbi et orbi avoir dégagé son planning pour lui, rappelant qu’ils ont beaucoup de sujets de conversation, entre autres la fin de l’incitation palestinienne au meurtre d’Israéliens...

Vidéo de l’interview d’Ehud Olmert et Mahmoud Abbas que les Israéliens appellent souvent de son nom de guerre Abu Mazen :

https://www.youtube.com/watch?v=yUbA4UNnj7A

Vidéo du Premier ministre israélien qui, début avril 2016, invite Abu Mazen à le rencontrer à sa convenance :

https://www.youtube.com/watch?v=47CEz3FLosE

Les discours sont à l’avenant. Un chef de l’État français qui bombe le torse en déclarant que la France est « à l’initiative » pour chapeauter une réunion ministérielle, suivie d’une conférence internationale sur la question palestinienne qui a pour objet de tenter de contraindre l’État hébreu à accepter, entre autres, des frontières indéfendables. Le tout se faisant sans l’accord d’une des parties concernées, Israël. Seul point positif, qu’il ne mentionne pas, il y a déjà eu rétropédalage de la France qui ne menace plus que soit reconnu un « État » palestinien faute d’avancées. Ce que l’ancien ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, avait menacé de faire. L’absurdité de cette menace, qui encourageait les Palestiniens à encore plus d’exigences, avait d’ailleurs été soulignée par Israël : à quoi bon des « négociations » dont l’issue était connue d’avance ! Benyamin Netanyahu n’ironisait qu’à demi en déclarant début févier qu’à bien comprendre ce « curieux » projet français bâclé peu importait si « cet État pourrait devenir une autre dictature islamique, comme il y en a tant d’autres au Moyen-Orient, », « le Hamas ou DAESH ou les deux pouvant s’emparer de territoires qu’Israël serait censé évacuer »...Inconscience vertigineuse, en effet. Le Premier ministre israélien répétait encore que « la seule façon de progresser vers la paix, ce sont des négociations directes, sans préconditions, entre les parties ».
Mais, pas plus que Mahmoud Abbas, François Hollande n’est prêt à entendre un discours de raison. Et il engage la France dans ce qui ne pourra qu’être qu’un fiasco... Tenterait-il donc, avec cette « initiative », de récupérer des soutiens à l’extrême-gauche ou l’aile gauche du PS ? Ou dans les milieux musulmans ? On se souvient de la tournée aberrante d’un petit terroriste franco-palestinien reçu avec tapis rouge dans des municipalités de gauche ou même au Sénat et à la Mairie de Paris avant les élections présidentielles... et des votes pro-Hollande obtenus ensuite...

Depuis son pupitre élyséen François Hollande déclare encore : « Je me suis entretenu ce soir avec le Président Mahmoud ABBAS, en présence de Manuel VALLS et de Jean-Marc AYRAULT, parce que nous avons des relations confiantes, et parce que la France est à la fois préoccupée de la situation aujourd’hui au Proche-Orient et notamment de ce qui se passe en Israël et en Palestine et en même temps parce que la France prend l’initiative. » déclarait le Président de la République qui ajoutait « il y a des violences, il y a des tragédies. On voit ce que le blocage de la situation peut avoir comme effets et comme conséquences. » .

Pas un mot sur le terrorisme soutenu par Abbas, y compris quand il a frappé rue des Rosiers...

Violences ? Certes, mais pas l’esquisse d’un mot sur le terrorisme palestinien, encouragé par Mahmoud Abbas et les dirigeants palestiniens, cofinancés par la France, qui tue et blesse des Israéliens depuis plus de six mois, entraînant des répliques israéliennes et la mort de terroristes...Pas un mot non plus, comme le relève lemondejuif.info pour « appeler publiquement... l’entité terroriste « Autorité palestinienne » (AP) à coopérer sur l’extradition d’un des terroristes du commando de l’attentat antisémite de la rue des Rosiers. ». Un autre soutien au terrorisme de la part de celui en qui la France a « confiance »...Scandale dénoncé dans une lettre ouverte adressée à la veille de se rencontre avec Abbas au Président de la République par l’Association française des Victimes du Terrorisme – Afvt- rappelant : « l’attentat antisémite du 9 août 1982 qui a frappé Paris en son cœur lorsqu’un commando prit pour cible le restaurant Jo Goldenberg, dans la rue des Rosiers. Six personnes ont été tuées et vingt-deux autres blessées. Il aura fallu plus de trente ans d’instruction et la pugnacité des enquêteurs et du juge anti-terroriste Marc Trévidic pour que des suspects soient identifiés et que des mandats d’arrêt soient émis à leur encontre ». L’Afvt déplorant que « Aujourd’hui, justice n’est toujours pas rendue. La Jordanie et l’Autorité palestinienne persistent à rejeter les demandes d’extradition formulées par la justice française au mépris du principe aut dedere aut judicare. »
Bref, le Président est resté sourd à cet appel, le suspect coule des jours paisibles à Ramallah et Abbas a soutien et confiance de la France qui va lui dispatcher le Premier ministre fin mai, des cadeaux plein les valises, « davantage » de cadeaux, précise Hollande, offerts sans conditions et payés par le contribuable français... Quant au nouveau ministre des Affaires étrangères il s’emploie à évoquer la « cause » d’Abbas et « l’initiative » française dans ses nombreux déplacements, que ce soit au Caire, l’Égypte siégeant actuellement au Conseil de Sécurité, à Bruxelles ou encore à Tunis – la Tunisie qui interdit l’entrée sur son sol aux Israéliens et vient de refuser de reconnaître que le Hezbollah est une organisation terroriste -. Une agitation frénétique centrée sur la « cause palestinienne » pour plaire à la gauche radicale et au monde arabo-musulman...

Abbas , jouant l’étranglé, se débat pour garder son pouvoir juteux...

Abbas, qui s’est fait construire un palais avec l’argent des contribuables des pays donateurs et est venu à Paris dans son jet privé, redit sa litanie d’accusations anti-israéliennes depuis son pupitre élyséen... « les circonstances difficiles que nous traversons actuellement, et même les circonstances qui nous étranglent étant donné les pratiques des autorités israéliennes et des colons....mettre un terme à l’occupation des territoires palestiniens...un calendrier bien précis...la colonisation étant le principal obstacle à la paix.. ». Abbas fait aussi état de ses consultations avec d’autres pays, arabes notamment. Mais bien entendu aucune mention n’est faite de consultations avec Israël qu’il se borne à vilipender. Avec l’aval de la France dont la côte remontera dans ces pays, espère sans doute le gouvernement français actuel...Une intervention qui n’a pas été transcrite par l’Élysée mais que l’on peut entendre dans la vidéo de « l’événement » - à partir de 5.38-.

L’agence de presse palestinienne Maan News rapporte l’affaire, destinée en interne à redorer le blason d’un Abbas rejeté par une majorité de Palestiniens, rappelant que ce dernier doit présenter un nouveau projet de résolution au Conseil de Sécurité onusien à New York pour condamner les implantations au moment qui sera jugé opportun mais sans doute avant fin avril, après être passé par Moscou et Berlin. Bien évidemment d’autres « responsables » palestiniens courent eux aussi la planète pour attaquer la seule démocratie du Moyen-Orient dans diverses instances internationales. Aucun d’entre eux ne portant de signes de strangulation...
L’agence officielle palestinienne WAFA a mis en ligne pour l’occasionun album de photos mettant en scène Abbas en hôte de marque du Président français.. (cliquer sur « view album »)...On y distingue, entre autres le Premier ministre français, le ministre des Affaires étrangères français et son « homologue » de l’Autorité palestinienne ainsi que Saeb Erekat, négociateur palestinien à vie, les porte-parole et conseiller diplomatique d’Abbas, « l’ambassadeur de Palestine en France »...

La paix...


À propos de cette paix que les Palestiniens prétendent vouloir, refusée à Ehud Olmert par Abbas, on notera que lors d’un récent débat dans le cadre de la campagne électorale américaine Hillary Clinton rappelait que si Yasser Arafat avait accepté les offres de paix d’Ehud Barak faites sous l’égide du Président Bill Clinton, il y aurait un État palestinien depuis quinze ans...On se souvient que ce même Arafat, terroriste notoire, avait fait de Mahmoud Abbas son Premier ministre...
On verra dans les semaines et mois à venir les dégâts qu’aura causée cette « initiative » française...


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil