Le Président français Jacques Chirac a qualifié de « dangereuse » la situation au Moyen- Orient et a dénoncé le Hamas et le Hezbollah « comme irresponsables »

vendredi 14 juillet 2006

Il s’est demandé s’il n’y avait « pas une volonté de détruire le Liban », dénonçant le Hamas palestinien et le Hezbollah libanais, aux initiatives « totalement irresponsables », ainsi que les pays qui les soutiennent.


« Nous sommes dans cette région du Moyen-Orient dans une situation de grande fragilité et d’instabilité, et donc nous sommes dans une situation dangereuse, une vraie situation dangereuse », a déclaré le président Chirac dans une interview télévisée à l’occasion de la fête nationale française.

« Il faut faire très, très attention. Toutes les initiatives comptent, tous les mots comptent, et on peut basculer d’un côté ou de l’autre », a-t-il indiqué.

le Président de la République n’a pas caché que la France était sensible à ce qui se passait au Liban, en rappelant les liens d’amitié qui unissent les deux pays. Il s’est par ailleurs félicité de l’envoi d’une mission de l’ONU au Moyen-Orient qui se rendra en Israël, dans les territoires occupés et dans les principaux pays arabes concernés.

« J’ai longuement eu le secrétaire général des Nations Unies, je lui ai suggéré une initiative et je suis heureux qu’il l’ait retenue et qui consistait à envoyer de toute urgence une mission de l’ONU sur place, représentant le secrétaire général et apte à parler avec tout le monde », a estimé le Président. Cette mission doit se rendre au Liban - si elle le peut -, en Israël, à Ramallah et dans les principaux pays arabes de la zone, pour terminer par la Syrie.

Les objectifs sont « la libération des prisonniers israéliens, des trois soldats, celui qui a été pris par le Hamas et les deux soldats qui ont été pris par le Hezbollah », « le cessez-le-feu total » et l’étude « des modalités de mise en oeuvre d’une protection militaire aux frontières en Israël et au Liban ».

Il a qualifié la situation de « vraie situation dangereuse ». Il s’est demandé s’il n’y avait « pas une volonté de détruire le Liban », dénonçant le Hamas palestinien et le Hezbollah libanais, aux initiatives « totalement irresponsables », ainsi que les pays qui les soutiennent.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil