Quand Sciences Po entérine une mesure discriminatoire anti-israélienne de la République Islamique d’Iran

Hélène Keller-Lind

mercredi 10 février 2016, par Desinfos

Le très prestigieux Institut d’études politiques de Paris, plus communément connu comme « Sciences Po », « université de rang mondial », bénéficie d’un « important financement public ». Le meilleur de l’Université française, avec accent multiculturel, ce qui est « de son temps », propose de beaux voyages culturels à ses alumni. Tels que la dernière destination à la mode : l’Iran. Oui mais, attention, le passeport valide doit être « sans tampon israélien », est-il précisé. Une exigence iranienne inacceptable à laquelle se plie pourtant sans ciller cet établissement de renom français...


Un fleuron de l’Université française

Qui ne connaît « Sciences Po », qui s’est taillé une belle réputation mondiale, grâce à la qualité de ses enseignants, de ses étudiants, soigneusement sélectionnés, venus de pays très divers, de son projet. Sciences Po a, en effet, « pour finalité la capacité des élèves à mettre en perspective et analyser la complexité » et entend forger « les aptitudes et les attitudes » tels que « la curiosité intellectuelle, l’esprit critique et la capacité à se remettre en question ».

La culture a, bien sûr, une place de choix dans cet établissement. Ainsi de beaux voyages sont-ils proposés. Tel ce voyage iranien, du 14 au 27 octobre prochains pour permettre à ses alumni de découvrir 2500 ans d’histoire. République Islamique d’Iran où se précipitait d’ailleurs un ancien de Sciences Po, aussitôt l’accord nucléaire avec l’Iran signé. Téhéran, Chiraz, Persépolis, Yazd, Ispahan, la Perse éternelle, cela fait rêver...Certes, précise l’Association des Sciences Po, « l’Iran c’est aussi un pays plongé dans l’actualité la plus brûlante ». En effet...sur la fiche qui donne tous les détails du voyage l’agence précise sous la rubrique « formalités » : « Passeport valide au moins 6 mois après la date de retour et sans tampon israélien.  » - les caractères gras sont les leurs -.

Un beau voyage perse...« sans tampon israélien »

Dans le mail annonçant le voyage on lit, à propos de la République Islamique d’Iran : « C’est un pays ou les interdits sont nombreux, mais ou, finalement, tout est possible ou presque »...ce qui laisse rêveur quand on songe aux violations des droits de l’homme si courantes en Iran, aux pendaisons dont le nombre a augmenté de manière exponentielle en 2015. L’Iran où on pend pour un oui, pour un non...Sciences Po devrait avertir que les homosexuels risquent leur peau s’ils se joignent au voyage, une « raison » parmi quatorze « délits » qui peuvent vous conduire au gibet...

Prudente, l’agence de voyage note quand même a minima : « N.B. : En Iran, il est absolument impératif d’observer les contraintes vestimentaires imposées aux femmes : cheveux cachés par un foulard, vêtement ample à manches longues tombant sous les genoux, pantalon large. Par ailleurs, merci de bien noter que la consommation d’alcool est interdite . »

Pourtant, le « crime » rédhibitoire reste « le tampon israélien »....

Belle leçon de choses que tout cela, exemple à méditer, qui suit à la lettre cette maxime d’Emile Boutmy, fondateur de l’Institut : « Le moins qu’on puisse attendre d’un homme cultivé, c’est qu’il connaisse son temps ». Son temps, comme avec ce refus de la République Islamique d’Iran de reconnaître l’existence d’Israël qu’elle vilipende au quotidien, accusant le « régime sioniste » de tous les maux. Un régime que l’Iran attend avec impatience de pouvoir détruire. Ce que le régime de Téhéran ne se prive pas de clamer.

Mais qu’un établissement universitaire français entérine ce genre de discrimination vis-à-vis d’une démocratie membre des Nations unies, se pliant à un diktat moyen-âgeux d’une théocratie inique, qui, de surcroît, soutient le terrorisme, est-ce tolérable ? Est-ce ainsi que l’Institut entend orienter les élèves « vers la prise de responsabilités  » - les caractères gras sont les leurs - ?

On peut se demander aussi dans quelle mesure des fonds de l’État aident à financer ce voyage...

Le très prestigieux Institut d’études politiques de Paris, plus communément connu comme « Sciences Po », « université de rang mondial », bénéficie d’un « important fiancement public ». Le meilleur de l’Université française, avec accent multiculturel, ce qui est « de son temps », propose de beaux voyages culturels à ses alumni. Tels que la dernière destination à la mode : l’Iran. Oui mais, attention, le passeport valide doit être « sans tampon israélien », est-il précisé. Une exigence iranienne inacceptable à laquelle se plie pourtant sans ciller cet établissement de renom français...
On peut se demander aussi dans quelle mesure des fonds de l’État aident à financer ce voyage...


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil