Tunisie : état d’urgence

Hélène Keller-Lind

samedi 4 juillet 2015, par Desinfos

Dans la foulée du second attentat terroriste pérpétré contre des touristes étrangers en quelaues semaines, le Président de la Tunisie déclare l’état d’urgence dans un pays qui est désromais menacé par ISIL depuis sa frontière lybienne mais où quelque 30 % de la population votait pour les Frères Musulmans et leurs alliés aux dernières élections...
Des attentats et mesures d’exception qui feront peut-être prendre conscience à la Tunisie de ce à quoi Israel a à faire face au quotidien. Même si un ancien Président tunisien, Moncef Marzouki, grand amirateur du Hamas, participait dernièrement à la farce de la “flotille” anti-isarélienne...


Pour prendre connaissance de l’allocution prononcée par Béji Caïd Essebsi voir le comte-rendu publié par le site businessnews.com.tn :

Béji Caïd Essebsi : si cela se reproduit, l’Etat s’effondrera


Businessnews.com.tn | publié le 04/07/2015 18:26

Le président de la République, Béji Caïd Essebsi, s’est adressé ce samedi 4 juillet 2015 aux Tunisiens dans une allocution télévisée diffusée vers 17h30 sur la chaîne publique Wataniya 1. Le chef de l’Etat a expliqué dans son discours les raisons pour lesquelles il avait décrété l’Etat d’urgence dans le pays. « La Tunisie connait des circonstances particulières ce qui impose de prendre des mesures particulières », a souligné le président de la République au début de son allocution.
D’une part, il y a la conjoncture économique et sociale difficile marquée par le chômage, les grèves et les revendications incessantes, mais aussi certains comportements qui relèvent plutôt de l’ordre de « la désobéissance civile » tels que le blocage des routes et l’arrêt forcé de la production comme c’est le cas dans nombreuses entreprises publiques.
D’autre part, il y a des enjeux sécuritaires importants, notamment en matière de lutte contre le terrorisme. Le chef de l’Etat a précisé que sans climat social serein, il ne peut y avoir d’investissements. Ainsi, fait-il part d’un entretien qu’il a eu avec un homme d’affaires étranger. Celui-ci avait l’intention de s’installer en Tunisie, mais il a renoncé à son projet et il était parti ailleurs, « chez un pays frère ». « Il s’agit d’un projet estimé à 557 millions d’euros, capable de créer de 5 à 50 mille postes d’emploi », indique Béji Caïd Essebsi. Et de marteler « Il n’est plus possible de continuer ainsi ».
Par ailleurs, le chef de l’Etat considère que l’institution sécuritaire a fait montre d’une « certaine efficacité ». Toutefois, le problème des frontières et l’insuffisance des moyens financiers handicapent lourdement ses efforts. « Nos frontières avec la Libye s’étendent sur 500 km. Il est difficile de les contrôler sans disposer de certains moyens qui, d’un point de vue financier, sont hors de notre portée », a-t-il déclaré. Et d’ajouter que nos forces armées étaient habituées à affronter les terroristes dans les montagnes. « Mais ceux-ci sont descendus dans les villes ».
Le chef de l’Etat a déclaré qu’il faudrait agir par tous les moyens pour stopper ces attaques. « Si cela se reproduit encore une fois, l’Etat s’effondrera », a-t-il alerté. Béji Caïd Essebsi a tenté de rassurer les Tunisiens quant à leurs libertés. « Nous devons respecter la liberté d’expression et la liberté de presse », a-t-il dit, demandant, toutefois, à ceux qui exercent cette liberté de prendre en considération les circonstances actuelles du pays. A la fin de son discours, le président de la République précise qu’il avait pris cette décision après consultation avec le chef du gouvernement et le président de l’ARP et que l’état d’urgence sera effectif à partir d’aujourd’hui et ce pour une période de 30 jours.
E.Z.

http://www.businessnews.com.tn/beji-caid-essebsi--si-cela-se-reproduit-letat-seffondrera,520,57217,3


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil