« Beyond Deception Strategy » ou comment le réalisateur Pierre Rehov remet les pendules déréglées du mouvement BDS à l’heure

Hélène Keller-Lind

samedi 20 juin 2015, par Desinfos

« Israël apartheid » est l’un des slogans le plus souvent vociféré dans les manifestations soigneusement organisées par la campagne BDS – Boycott, Sanctions et Désinvestissement -. Un slogan qui diabolise l’État hébreu, le met au banc des nations, vise à l’isoler, voire pire. Pierre Rehov, qui avait d’ores et déjà réalisé huit documentaires pour examiner une série de mythes anti-israéliens, les mettant à mal, a donc mené enquête sur la campagne BDS. Enquête qu’il nous livre aujourd’hui dans son documentaire « Beyond Deception Strategy », allant « au-delà de la stratégie de la supercherie » et la démasquant.


Pierre Rehov vient de terminer ce documentaire sur lequel il travaille avec son équipe depuis novembre dernier. La bande-annonce du film https://www.youtube.com/watch?v=HdJ... donne une idée de la manière dont le réalisateur alterne des scènes de manifestations virulentes, avec souvent des allures de Grand-Guignol, où des accusations haineuses sont vociférées par des participants dont la plupart sont probablement de bonne foi mais ont été trompés par une propagande bien huilée, avec des témoignages nombreux de personnalités diverses directement concernées par ces questions, arabes, druzes ou juifs, israéliens ou palestiniens, vivant sur place, y compris en Judée-Samarie. Témoignages forts, sobres, vrais. Bouleversants souvent.

On voit une société israélienne où se mêlent dans tous les secteurs, Juifs, Arabes ou Druzes. Une société qui n’a strictement rien à voir avec un quelconque « apartheid » dont nous parle en connaissance de cause l’un des témoins qui fut à la pointe de la lutte contre ce régime inique en Afrique du Sud. Des Druzes, des Arabes musulmans ou chrétiens montrent combien ils sont intégrés dans cette société, combien ils en font partie. Que ce soit dans l’armée, dans des postes de responsabilité, comme ce directeur d’hôpital, dans le monde du commerce ou des affaires, à la Knesset aussi. Même si ce que veulent ces députés est parfois loin d’être clair, nous dit un militant des Droits de l’Homme palestinien.

Des Palestiniens ayant travaillé pour Soda Stream racontent leurs conditions de travail si positives à tous les niveaux, dans des territoires où le chômage est élevé et les salaires bas, sous la houlette d’un patron juif israélien traitant de la même manière tous ses employés, quelle qu’ait été leur origine, soucieux de construire des ponts entre les deux populations. L’un de ces Palestiniens dit sa colère d’avoir perdu son travail à la suite de la relocation de l’usine ayant fait l’objet de pressions violentes de la campagne BDS.

Témoignages d’autres Palestiniens, n’ayant pu être traités dans leurs propres hôpitaux, soignés dans des hôpitaux israéliens sans qu’aucune différence soit faite. Des enfants surtout, amenés depuis Gaza par des bénévoles. Ou celui d’un Syrien, grièvement blessé, sauvé en Israël. Et on suit des médecins israéliens qui se rendent dans les Territoires offrir bénévolement des soins à la population palestinienne.

Il devient clair que le propos de cette campagne BDS n’est nullement de défendre les Palestiniens mais de mettre à mal l’État hébreu en le diabolisant, le diffamant, le présentant comme un État à honnir et donc à détruire...C’est bien là le but réel de cette campagne.

A l’heure où les coups de butoir du BDS sont devenus incessants, desservant la paix, une cohabitation qui existe au quotidien, où ils privent parfois des Palestiniens de leur gagne-pain, ce film est incontournable pour lutter contre le mensonge en rétablissant les faits. Sans sombrer dans l’angélisme d’ailleurs. Avec des images fortes, incontournables. A voir. Impérativement.

Pour en savoir plus : http://middleeaststudio.com/ et http://www.pallywood.com/


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil