Le parlement palestinien élit son nouveau président 

lundi 3 novembre 2003

Le parlement palestinien a élu lundi un nouveau président, ce qui augure de la formation prochaine par le Premier ministre Ahmed Koreï d’un nouveau gouvernement.


Le Conseil législatif palestinien s’est choisi comme président Rafik al-Natcheh, qui remplace ainsi Koreï, lequel a occupé ce poste de 1996 jusqu’à sa nomination, début octobre par Yasser Arafat, à celui de Premier ministre intérimaire.

Le poste de président du parlement est l’un des plus importants au sein de l’Autorité palestinienne, son titulaire étant amené à assumer provisoirement les fonctions de président palestinien si Arafat, dont la santé est fragile, venait à décéder.

Le président du Parlement palestinien nouvellement nommé Rafiq al-Natcheh, ancien ambassadeur en Arabie saoudite, et ex-ministre du Travail, est un proche d’Arafat, et est considéré comme un représentant de la « vieille garde » de la direction palestinienne, il a ensuite déclaré :« nous n’annulerons pas notre chemin de lutte, tous les types de lutte »

Le mandat de 30 jours du gouvernement provisoire de Koreï expire mardi à minuit, et de hauts responsables palestiniens ont indiqué qu’il était sur le point de former une nouvelle équipe gouvernementale.

« Le gouvernement d’Ahmed Koreï devrait être constitué dans les prochaines 48 heures », a déclaré à Reuters le porte-parole d’Arafat, Nabil Abou Rdainah.

Mais de hauts responsables palestiniens ont signalé en privé que des difficultés de dernière minute avaient surgi, Arafat s’opposant à la nomination du général Nasser Youssef au poste stratégique de ministre de l’Intérieur, qui lui donnerait également la main haute sur les forces de sécurité.

Ce portefeuille revêt une importance capitale dans le processus de mise au pas des mouvements extrémistes armés palestiniens qu’Israël veut voir lancer dans le cadre de la « feuille de route » pour la paix détaillant une série de mesures destinées à conduire Palestiniens et Israéliens à la paix.

Selon Hassan Abou Libdeh, chef de cabinet de Koreï, ce dernier veut que son ministre de l’Intérieur ait des appuis dans les forces de sécurité, sa mission première étant d’ouvrir un dialogue avec les activistes armés pour les convaincre d’observer un cessez-le-feu.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil