Fidèle à elle-même, après avoir soutenu Assad et la campagne BDS, Elisabeth Guigou pousse à la création d’un “État palestinien”

Hélène Keller-Lind

samedi 15 novembre 2014, par Desinfos

Le moins qu’on puisse dire c’est qu’elle a de la suite dans les idées, Madame Guigou. Surtout dès lors qu’il s’agit de porter tort à cet État hébreu qu’elle semble loin de porter dans son cœur, mettant en avant un désir de paix, alors qu’elle doit savoir pertinemment que ses efforts aboutiront à tout sauf à ça. Pour preuve de sa constance un rapport globalement élogieux sur Bashar Al-Assad qu’elle avait chapeauté, c’est-dire, ou son soutien à la campagne BDS illégale en France. Elle remet le couvert en portant une résolution pour la création « d’un État de Palestine »


« Portée par Elisabeth Guigou, la résolution du groupe PS à l’Assemblée souligne « l’urgente nécessité d’aboutir à un règlement définitif du conflit permettant l’établissement d’un État démocratique et souverain de Palestine », nous apprend Le Figaro du 5 novembre 2014

« L’Assemblée nationale votera le 28 novembre la proposition de résolution provenant du Parti socialiste invitant le gouvernement à reconnaître la Palestine. Le débat sur ce texte, qui n’a pas encore été formellement déposé, aura lieu quelques jours avant le vote au Sénat, le 11 décembre, d’une résolution communiste sur le même sujet », annonce France-Soir le 12 novembre 2014.
Une promesse de campagne du candidat Hollande
Rappelant au passage que « la reconnaissance officielle de l’Etat palestinien » « était l’une des promesses de campagne de François Hollande » » Il est vrai que pour se faire élire le candidat Hollande, ou tout au moins le PS, faisait alors les yeux doux à qui pouvait engranger des voix. Invitant même un petit terroriste franco-palestinien du FPLP, du nom de Salah Hamouri, reçu en grande pompe au Sénat, à la Mairie de Paris, et dans mainte ville de gauche en faisant un citoyen d’honneur ( sic) ou donnant son nom à des stades....
Cette affaire pourrait-elle servir à rebooster un Président en perte de vitesse dans les sondages ?

Œuvrer contre Israël et contre la paix

C’est sans surprise que l’on sait qu’Elisabeth Guigou porte la résolution présentée à l’Assemblée. Il semble inutile de dire quoi que ce soit de la résolution présentée au Sénat par le groupe EELV ... Une Elisabeth Guigou qui fait mine de vouloir œuvrer pour la paix alors que, bien entendu, c’est justement le contraire qui serait mis en place avec la création d’un tel État dans ces conditions.
Car, faisant fi des Accords d’Oslo, les auteurs de cette résolution entendent se substituer à toute négociation véritable entre les parties concernées, assénant leur vérité, à savoir : « l’urgente nécessité d’aboutir à un règlement définitif du conflit permettant l’établissement d’un Etat démocratique et souverain de Palestine, vivant en paix et en sécurité avec Israël, sur la base des lignes de 1967, avec Jérusalem pour capitale de ces deux Etats. Souligne que la solution des deux Etats, promue avec constance par la France et l’Union européenne, suppose la reconnaissance de l’État de Palestine. Invite le Gouvernement français à faire de la reconnaissance de l’État de Palestine un instrument pour obtenir un règlement définitif du conflit ».
Israël, État souverain, membre de l’ONU, se verrait ainsi imposer en théorie, le partage de sa capitale et des frontières totalement indéfendables. A cet égard il serait bon de lire ce que dit de Jérusalem le ministère des Affaires étrangères israélien, déplorant, entre autres, l’incitation à la violence anti-israélienne et antisémite de Mahmoud Abbas, Président de facto, non élu, d’un gouvernement palestinien, déchiré entre Autorité palestinienne et Hamas. Ainsi les députés qui, à gauche, souscrivent à cette farce, entendent imposer à Israël un « État » nid de vipères et de terroristes jouxtant l’État hébreu et qui se transformerait, très rapidement, sans doute, en Hamasland, ce qu’est aujourd’hui la Bande de Gaza. On se demande ce qui resterait à négocier entre les parties concernées...
Mais ces vertueux signataires se paient de mots en utilisant la rengaine vide de tout sens de « vivant en paix et en sécurité »...Se proposent-ils de servir de cordon sanitaire tout le long de ces « frontières » pour s’en assurer ? Ce qui, d’ailleurs ne servirait à rien, les roquettes, fournies par l’Iran, pouvant on ne peut plus facilement atteindre les populations israéliennes comme on l’a vu avec les quelque 4500 projectiles tirés depuis Gaza en été dernier, soit près de 20.000 roquettes depuis 2001. Quelque chose me dit que certains de ceux qui sont en faveur de telles résolutions, la plupart, peut-être, n’en seraient pas fâchés...
Bien entendu, la simple présentation de cette résolution au vote constitue un encouragement précieux à un Abbas et une Autorité palestinienne qui pourtant incitent sans arrêt à la violence anti-israélienne. Palestinian Media Watch, Observatoire des Médias Palestiniens en relève des exemples quasi-quotidiens.

Un ancien ministre et député PS pour un boycott illégal et un soutien à Bashar al-Assad...

Qu’Élisabeth Guigou soit en tête de ce qui ressemble fort à une forfaiture n’est guère étonnant. On se souvient que cet ancien ministre de la Justice n’avait pas hésité à soutenir la campagne BDS de boycott d’Israël pourtant illégale en France.

C’est ce même ministre et député socialiste qui avait chapeauté en 2001 un rapport parlementaire globalement élogieux sur le régime de Bashar al-Assad, arguant de « la présomption d’innocence » à propos des violations des droits de l’homme déjà constatées alors en Syrie. Entre autres perles. Elle y affichait également son mépris de la démocratie israélienne.

Il faut se remémorer ces actions passées de Mme Guigou pour bien comprendre qu’elle soit aujourd’hui la locomotive d’un volet de cette manœuvre anti-israélienne et anti-paix. Cette initiative est d’ailleurs qualifiée « d’erreur politique et diplomatique » par le CRIF dont le Président, Roger Cukierman, déclare : « cette résolution n’est pas de nature à favoriser l’avènement de la paix entre Israël et les Palestiniens, elle risque d’engendrer de nouvelles tensions sur le terrain. Si elle était votée et portée par le gouvernement, elle remettrait en cause la position et la vocation d’arbitre de la France entre Israéliens et Palestiniens ». Il appelle les députés à ne pas la voter. On verra le 28 novembre qui souscrit à cette manœuvre anti-israélienne et anti-paix.


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil