Lignes politiques du gouvernement Hamas

Ram Zenit - http://politiquearabedelafrance.net/

dimanche 12 mars 2006

Alors que la semaine dernière le président palestinien avait exigé du Hamas d’être plus clair dans ses positions politiques, le Hamas lui a transmis ce week-end une feuille de travail décrivant les lignes politiques du futur gouvernement :


1) Rejet de la présence israélienne « par tous les moyens » ?

2) Droit au retour pour tous les Palestiniens ?

3) Toutes formes de « résistance » est légitime

4) Le gouvernement du Hamas examinera les accords passés avec Israël et prendra en ligne de compte les nouvelles réalités crées par ces accords

Abû Mazen aurait refusé de recevoir cette note de travail du Hamas.

Acceptée ou pas par le président cette note montre bien que le Hamas a pris le pouvoir pour mettre en jeu sa ligne politique : Si les Carters et autres bonnes âmes occidentales pensaient que la raison du choix palestinien est la corruption du Fatah et du pouvoir en place depuis dix ans dans les territoires de l’AP et que le Hamas deviendra pragmatique à son arrivée au gouvernement, il semble que le moment soi venu pour tous de regarder la situation en face et non sous des prismes roses de dogmatismes plus ou moins tiers-mondistes et humanitiaires.

Le fascisme islamique est passé en Palestine : il n’a aucune intention de faire dans l’humanitaire et dans l’universel !?

Comme toujours le fascisme n’a qu’un seul agenda politique : le sien !?

Si donc Israël a reconnu l’existence d’un « peuple palestinien » et de ses droits à un état, dans les accords d’Oslo, nous ne sommes pas prêts de voir une symétrie de cette situation où le « peuple juif » et son droit à son état seront reconnus par le pouvoir palestinien. De même, l’espoir de voir « la fin du conflit » dans un lapse de temps significatif pour les populations israélienne et palestinienne se trouve réduit à un espoir vain, car encore faudrait-il que le gouvernement du Hamas, comme tout gouvernement palestinien et israélien futur reconnaissent les accords passés avec l’autre partie.

Le Hamas doit se souvenir qu’un accord réfuté par une des parties devient caduc pour les deux parties !?

Une telle décision de la part du gouvernement Hamas a à elle seule une portée tragique pour le future de la région en générale et le future du peuple palestinien en particulier. Si, de plus, le Hamas engendre une terreur d’état, la situation deviendra catastrophique. Nul ne pourra empêcher le gouvernement israélien de remplir son premier devoir envers sa population - celui de veiller à sa sécurité.

La catastrophe sera, avant tout, celle du peuple palestinien : il leur faudra changer la date de la « nakba » dans leur calendrier national, il leur faudra prendre leurs responsabilités car le vote démocratique n’est pas seulement un « jeu » politique de droit, il exige aussi un devoir de responsabilité.


http://politiquearabedelafrance.net/node/160


La revue des infos

Mots-clés

Accueil