Collusion des extrémismes

Synthèse réalisée par Albert Soued, pour www.nuitdorient.com

dimanche 12 mars 2006

Un document signé « Jaish al Jihad » ou Armée du Jihad circulait la semaine dernière à Gaza. Il annonçait le dévoilement du nom du futur chef d’Al Qaeda en Palestine qui allait coordonner le combat global contre les Infidèles au Moyen Orient. Le message enjoignait tous les étrangers non musulmans à quitter « cette terre musulmane sacrée ».


« Nous combattrons tous ceux qui ne croient pas en Allah, dieu Un et seul dieu, et tous les gouvernements qui n’appliquent pas les règles d’Allah et de l’Islam et qui choisissent de vivre selon les règles de l’Occident et des Infidèles, introduisant dans notre vie la corruption, la prostitution, l’alcool et les drogues.... Ce sera un grand combat pour purifier la terre d’Islam et la Palestine ».

Quelques jours auparavant, le président palestinien Mahmoud Abbas a indiqué à al Hayat, journal arabe paraissant à Londres, qu’il y avait des signes inquiétants de la présence d’al Qaeda à Gaza et en Cisjordanie et qu’il s’agissait d’une affaire sérieuse.

Depuis le retrait des Israéliens de Gaza, de nombreux observateurs ont déclaré que des éléments d’al Qaeda s’étaient infiltrés à Gaza venant du Sinaï, à travers le passage de Rafah. Responsable du renseignement à Tsahal, le général Aharon Zvi Farkash avait annoncé déjà en septembre 2005 que des terroristes d’Al Qaeda s’étaient introduits à Gaza avec des visées sur Israël.
Les Egyptiens n’ont pas réussi à éliminer les cellules d’Al Qaeda installées au Sinaï depuis quelques années, avec l’aide des bédouins de la péninsule, mécontents de Moubarak. Ces cellules sont responsables notamment des attentats meurtriers de Taba et de Sharm al Sheikh.

Il semble qu’al Qaeda ait choisi une zone peuplée comme Gaza comme quartier général pour ses opérations au Moyen Orient plutôt que le Sinaï, désert, selon Yaaqov Amidror, ancien responsable au Renseignement de Tsahal. Depuis la perte de l’Afghanistan, al Qaeda cherchait un sanctuaire qui lui permettait d’opérer plus efficacement. Depuis l’élection du Hamas, Gaza était devenu le territoire rêvé. Rappelons ici que l’idéologue et le mentor spirituel de Ben Laden est un sheikh palestinien, Abdallah Azzam, vénéré par le Hamas comme l’une des 4 figures éminentes du jihad islamique mondial. Rappelons aussi que l’accord du passage de Rafah Gaza-Egypte obtenu à l’arraché par Condoleeza Rice n’est plus effectif, les surveillants européens et les caméras installées ne pouvant plus remplir plus leur rôle de surveillance, du fait de la duplicité palestinienne locale. D’où le passage libre dans les 2 sens de tout terroriste, y compris ceux d’al Qaeda

Selon Dore Gold, ancien ambassadeur à l’Onu d’Israël, le Hamas est déjà lié avec al Qaeda sur le plan idéologique, à travers le sheikh palestinien Soulaymane al Oulwan dont une fatwa a blanchi Ben Laden du meurtre de milliers d’américains le 11/09/01. Le Hamas se déclare comme une branche palestinienne des Frères Musulmans, groupe égyptien caritatif qui a inspiré, aidé et lancé depuis 80 ans tous les terroristes du Moyen Orient et dont le principal chef spirituel actuel est le sheikh Youssef al Qaradaoui. Tous les chefs du Hamas ou d’al Qaeda ont fait partie à un moment ou à un autre du groupe des Frères Musulmans. De nombreux militants du Hamas ont été entraînés dans les camps d’al Qaeda en Afghanistan. De même selon le FBI, al Qaeda recrute des militants du Hamas pour l’aider à opérer au sein du territoire américain

Mais le Hamas ne mange pas seulement au râtelier intégriste de la sunna. Il a toujours été aidé financièrement par l’Iran shiite. Aujourd’hui son chef du bureau politique, Khaled Mashal est prêt à ouvrir le territoire palestinien à l’influence iranienne et à servir les intérêts des ayatollahs pour 250 millions $. Le Hezbollah shiite a de même transféré à Gaza un de ses centres de commandement.

Le Hamas a ainsi déjà ouvert son territoire à deux organisations terroristes notoires, l’une sunnite, al Qaeda, l’autre shiite, le Hezbollah.

L’Autorité Palestinienne a par ailleurs noté la formation d’un groupe religieux shiite à Gaza et en Cisjordanie, alors que la population est totalement sunnite. Dirigé par Mahmoud Ghawanmeh, ex responsable du Jihad Islamique en Cisjordanie, le Conseil Supérieur shiite vient de se constituer à Ramallah, après la victoire du Hamas aux élections. Un tract supposé être distribué par le Hamas déclare « qu’il y a assez de groupes et de milices en Palestine et qu’il n’y avait pas place pour un groupe shiite ».
Ghawanmeh est un sunnite qui s’est converti à la shiah, sous l’influence de shiites libanais et il semble qu’il ait réussi à convertir des milliers de palestiniens à sa nouvelle foi. Son objectif est d’unir le monde musulman sous la bannière de l’imam duodécimain de la shiah, le Mahdi : Liban (Hezbollah), Irak (nouveau gouvernement avec plus de 60% de shiites), Iran (plus de 90% de shiites), Egypte (où un nouveau groupe shiite vient de se former)....Premier geste : construire une mosquée shiite à Ramallah.

Donald Rumsfeld, ministre de la Défense américain, vient de signaler que des Pasdarans de l’armée al Qods (Jérusalem), branche armée pour l’extérieur des Gardiens de la Révolution Iraniens, se sont infiltrés en Irak pour y semer des troubles et y entretenir l’instabilité. La milice Badr est soupçonnée par ailleurs d’avoir aussi infiltré les forces de sécurité du Ministère de l’Intérieur à Bagdad. De même, un document de 7 pages de transcriptions, provenant de la prison de Guantanamo Bay, a été divulgué récemment par le Pentagone. Selon l’ancien gouverneur de la ville de Hérat, dans la province la plus occidentale d’Afghanistan, l’Iran aurait secrètement aidé les Talibans pendant le conflit avec la coalition occidentale en octobre 200. On sait aussi que l’Iran a servi de sanctuaire et de transit pour des troupes talibans et d’al Qaeda en fuite, début 2002.

Selon les services secrets israéliens, des groupes d’élite appartenant à l’armée al Qods, citée ci-dessus se seraient infiltrés depuis 3 ans en Cisjordanie, notamment près de Hébron, pour y constituer des cellules dormantes. Leur but est de créer une infrastructure de base pour des attaques contre Israël, le moment venu.

Le moment venu pour ceux qui tirent les ficelles en Iran semble être l’an 2007, et tout est organisé pour un feu d’artifice apocalyptique qui doit précéder la réapparition du 12ème Imam de la shiah, « caché dans un puits » depuis plus de dix siècles. Le Mahdi shiite doit unifier le monde sous sa bannière et on raconte que le président Iranien Ahmedinejad se prendrait pour l’incarnation du Mahdi.

Sources :


Les textes

Mots-clés

Accueil