Hamas : vers une évolution de la position européenne ?

CRIF

lundi 6 février 2006

Le CRIF a été surpris par une déclaration de M. Douste Blazy citée par l’AFP le 30 janvier 2006 :


"Il serait contre-productif de brandir aujourd’hui des menaces de gel des subventions à l’Autorité palestinienne, avant même la formation d’un gouvernement.

Il est nécessaire que nos gestes certes fermes ne s’accompagnent pas d’une impression d’humiliation et de portes fermées systématiques à tout un peuple, qui serait alors tenté d’aller massivement vers l’extrémisme."

Ces propos semblent marquer une évolution de l’attitude initiale extrêmement ferme du Président de la République, du Premier Ministre et aussi du Ministre des Affaires Etrangères.

Par ailleurs, François Rochebloine, député UDF de la Loire a saisi la Ministre des Affaires Européennes lors de la séance des questions d’actualité à l’Assemblée Nationale le 1er Février 2006.

Il a interrogé Catherine Colonna sur les intentions de l’Union Européenne, bailleuse de fonds de l’Autorité palestinienne, quant au maintien de ses subventions et des conditions initiales qui seraient posées : refus officiel de la violence, reconnaissance du droit à l’existence de l’Etat d’Israël et des accords d’Oslo.

La Ministre a répondu que ces trois conditions devaient être satisfaites pour le maintien du dialogue et de la coopération entre l’Union Européenne et l’Autorité palestinienne.

Pour l’heure, a-t-elle ajouté, « l’Autorité palestinienne a toujours à sa tête un président élu .... qu’il convient de conforter ....

Les Ministres de l’Union Européenne et les représentants du Quartet ont, à ce stade et dans l’attente de la formation du prochain gouvernement, décidé de maintenir leur aide financière à l’Autorité palestinienne. Mais nous serons intransigeants : sa poursuite sera fonction de l’attitude et des engagements effectifs du prochain gouvernement palestinien ».


La revue des infos

Mots-clés

Accueil