L’Union Européenne : Israël doit négocier avec le Hamas [si celui-ci accepte de renoncer à la violence.]

dimanche 29 janvier 2006

Angela Merkel est attendue ce week-end en Israël et dans les territoires autonomes. Son porte-parole a indiqué qu’elle ne rencontrerait aucun représentant du mouvement islamiste.


Au Proche-Orient, la situation est toujours difficile, après la victoire du Hamas aux élections palestiniennes. L’Union européenne a lancé un appel en direction d’Israël. La commissaire européenne aux Relations extérieures, Benita Ferrero-Waldner, enjoint le gouvernement israélien de coopérer avec le Hamas si celui-ci accepte de renoncer à la violence. L’Union Européenne a promis jeudi de continuer son soutien financier à l’économie palestinienne, après la victoire électorale du

Mouvement islamiste, si celui-ci s’engage en faveur de la paix avec Israël. De leur côté, les Etats-Unis ont menacé de cesser leur aide financière aux Palestiniens. Ecoutons le porte-parole du Ministère américain des Affaires étrangères, Sean McCormack.

“Notre ligne politique est très claire. La loi et notre politique stipulent que nous ne soutenons pas d’organisation terroriste. Le Hamas est une organisation terroriste. Donc, si un gouvernement était constitué par le Hamas, comme cela paraît probable aujourd’hui, nous devrions revoir à la loupe tous les aspects de notre programme d’aide aux Palestiniens."

Sourd aux appels internationaux au désarmement, le Hamas a annoncé qu’il comptait mettre sur pied une armée pour défendre les Palestiniens contre toute agression. Le Fatah quant à lui refuse de participer à un gouvernement d’union nationale dirigé par le Hamas. La tension monte entre les différents mouvements palestiniens. À Naplouse, des partisans du Fatah ont manifesté pour protester contre la corruption de leur organisation. Les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa ont annoncé qu’elles n’observeraient plus de trêve envers Israël. La Syrie considère quant à elle que la victoire électorale du Hamas est le début d’une ère nouvelle, celui de la « résistance », selon le journal « Tichrine »proche du gouvernement de Damas.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil