Avec “Save a child’s heart”, des médecins israélens continuent à sauver des enfants palestiniens alors que Fatah et rue arabe se réjouissent de l’enlèvement de trois adolescents juifs

Hélène Keller-Lind

mardi 24 juin 2014, par Desinfos

Réalisés par des Palestiniens, vidéos, photos de mises en scène glauques, dessins se voulant humoristiques se répandent sur le Net pour se réjouir de l’enlèvement en Judée Samarie de trois adolescents israéliens dont on est sans nouvelles depuis maintenant douze jours. Pourtant, au même moment, à l’hôpital Wolfson à Holon en Israël, des médecins israéliens continuent à sauver des enfants palestiniens dans le cadre de l’Association « Save a Child’s Heart » - sauver le cœur d’un enfant – et entendent continuer à le faire.


Enlèvement de trois adolescents : la rue palestinienne, l’Autorité palestinienne et le Fatah se réjouissent

La rue palestinienne, tout au moins une grande partie, se réjouit de l’enlèvement de trois adolescents perpétré en Judée Samarie voici douze jours aujourd’hui, sans qu’il y ait aucun signe de vie d’eux. Cette réjouissance obscène se manifestant, par exemple, lors de la remise de diplômes universitaires que ce soit à Naplouse ou Abu Dis, avec comme signe de ralliement, non pas le geste imbécile mis à la mode par un soi-disant comique français qui a fait de l’antisémitisme son fond de commerce, mais un geste du même acabit avec ces trois doigts levés en signe de victoire.

Ce même signe de ralliement abject a été vu aussi à Paris, par exemple, lors de rassemblements marquant une victoire de l’Algérie lors de la Coupe du Monde de football.

Et il y a ces vidéos arabes, tendance sadique, postées sur Internet telle celle qui met en scène trois acteurs les yeux bandés et entravés, représentant les adolescents enlevés, ainsi que leurs supposés kidnappeurs, masqués et armés, – appartenant à une soi-disant Brigade des Aigles de Hébron - qui citent une sourate du Coran enjoignant de chasser et tuer « les mécréants », forcent les victimes à crier Allah Ouakbar, les frappent, etc. Et, scène dans la scène, de supposés agents israéliens regardent ébahis cette vidéo et la caricature d’un Juif religieux aux allures simiesques intervient de manière grotesque.... Une vidéo signalée par le Jerusalem Post. On notera, au passage que ces Palestiniens, censés être « sous occupation » et opprimés de mille et une manière, disposent des moyens nécessaires pour tourner et mettre en ligne des bouffonneries aussi hideuses.

Quant au Président de facto palestinien, s’il a reconnu que ces adolescents sont « aussi des êtres humains », - il ne faut pas oublier que son épouse vient de faire un séjour dans une clinique israélienne pour y être soignée, comme le sont nombre de « dignitaires » arabes ne pouvant être soignés chez eux ... - le Fatah, parti politique qu’il préside, les comparaît le 15 juin dernier à trois souris, animal nuisible devant être détruit, ayant été pris au piège, avec ce commentaire : « coup de maître », le 16 juin la page Facebook du Fatah les qualifiait de « 3 Shalits » - en référence à Guilad Shalit, jeune franco-palestinien kidnappé en Israël par le Hamas qui ne le libéra de ses geôles qu’au bout de cinq années, en échange de la libération anticipée de plus de mille terroristes palestiniens -. Et on retrouve la symbolique odieuse des trois doigts en signe de victoire...

Palestinian Media Watch, Observatoire des Médias Palestiniens, qui signale ces dérapages, relevait également que le 15 juin le quotidien officiel de l’Autorité palestinienne, détournait le logo de la Coupe du Monde de football pour saluer ces kidnappings, avec la mention de Hébron – lieu du kidnapping - sous trois mains tendues... ou que sur Facebook le Fatah utilisait très clairement la même symbolique des 3 doigts

Nouveaux exemples du double langage palestinien avec ces déclarations destinées à plaire à l’Occident et un discours radicalement opposé en interne.

Trois enfants palestiniens sauvés en Israël, d’autres sont en attente d’opérations cardiaques vitales

Or, dans un communiqué du 24 juin, l’organisation Save a Child’s Heart – SACH, sauver le cœur d’un enfant – souligne « qu’alors que des soldats israéliens poursuivent l’opération militaire en Judée-Samarie suite à l’enlèvement de trois adolescents israéliens, les médecins israéliens de Save a Child’s Heart SACH ; <http://www.saveachildsheart.org/ continuent de sauver les vies d’ enfants palestiniens au Centre médical Wolfson à Holon ».

Ainsi, « depuis le début de l’Opération Gardien de mon Frère, trois enfants palestiniens ont subi une chirurgie cardiaque vitale à Wolfson, huit enfants palestiniens ont été admis, dont deux cas d’urgence amenés par ambulance de Judée Samarie et de Gaza, deux enfants de Cisjordanie subiront une chirurgie à cœur ouvert aujourd’hui à l’hôpital et quinze enfants devraient arriver aujourd’hui à la clinique de cardiologie hebdomadaire gratuite de SACH pour les enfants palestiniens.
The Israeli medical team of SACH is determined to continue with their activity without letting the situation around interfere or influence them. « Children are children »’ says Dr. Lior Sasson, SACH chief surgeon, « for us it doesn’t matter where the children come from, every child deserves to receive the best medical treatment and children. from both sides, should’t be a part of the conflict »
L’équipe médicale israélienne de SACH est déterminée à poursuivre ses activités sans laisser la situation qui prévaut gêner ou les influencer. « Les enfants sont des enfants », explique le Dr Lior Sasson, chirurgien en chef de SACH, « pour nous, cela n’a pas d’importance d’où les enfants viennent, chaque enfant mérite de recevoir le meilleur traitement médical et les enfants, venant des deux côtés, ne devraient faire partie du conflit ».

Par ailleurs, « avant d’entrer dans la salle d’opération, ce matin, le Dr. Sasson déclarait : « Nous poursuivons notre travail, c’est ce qui nous distingue comme Israéliens, la capacité d’ignorer ce qui se passe autour de nous et de continuer notre travail sacré qui est de sauver la vie d’enfants ».


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil