Énième « réconciliation » OLP et mouvement terroriste du Hamas soutenue par Qatar, Turquie et Tunisie

Hélène Keller-Lind

jeudi 24 avril 2014, par Desinfos

La fable de la « réconciliation » entre factions palestiniennes ennemies, on nous l’a jouée mainte fois. Cette fois sera-t-elle la bonne ? Ou s’agit-il d’un moyen de pression sur le gouvernement israélien pour l’amener à faire des concessions exorbitantes dans le cadre de « négociations de paix » fantômes ? Il y aurait, paraît-il, un calendrier de cinq semaines établi pour aboutir sur des élections, repoussées encore et encore, et, de ce fait, un « Président » Abbas dont le mandat n’a pas été renouvelé depuis des années...On verra si tout cela n’aura été une nouvelle fois que beaucoup de bruit pour rien...En attendant, l’OLP s’allie avec un mouvement terroriste et est soutenue en cela par Qatar, Turquie et Tunisie...


Qu’est-ce qui se cache derrière cette énième annonce d’un accord entre factions palestiniennes ?

Le 23avril 2014 « des représentants de l’OLP et du Hamas ont annoncé un accord historique pour mettre un terme à plus de sept années de division politique entre les principaux partis politiques palestiniens. Cet accord contient un calendrier de cinq semaines pour former un gouvernement d’unité qui tiendrait des élections présidentielles et parlementaires dans les six mois ». [C’est ainsi que l’agence de presse palestinienne Maan News rapporte l’événement :lire ici.

Article que l’on pourrait qualifier de marronnier tant il y a eu déjà de signatures de tels accords dits de réconciliation mais qui ne menèrent à strictement rien si ce n’est des effets d’annonce restés sans lendemain mais entrant dans le cadre d’une manœuvre interne. Alors, une fois de plus...Mais peut-être cette fois sera-t-elle la bonne car qui sait ce qui se trame en coulisse dans les affaires palestiniennes...Khaled Abu Toameh, fin connaisseur de la scène palestinienne, s’interrogeait ainsi récemment pour le Gatestone Institute : « qu’est-ce qui se cache derrière la cour renouvelée que fait Abbas au Hamas »...

Faire peur à Israël et aux États-Unis pour obtenir des concessions exorbitantes ?

Abbas qui, rappelle-t-il, a réussi à prendre de court Israéliens et Américains en demandant l’adhésion à quinze organismes internationaux, utilise aujourd’hui « la question de la réconciliation avec le Hamas » comme »un autre moyen légitime d’effrayer les Israéliens et les Américains pour qu’ils se soumettent à ses exigences et préconditions » dans le cadre des fameuses « négociations de paix » fantômes. Qui n’ont abouti à rien si ce n’est la libération de quelque soixante-quinze terroristes palestiniens ayant du sang sur les mains, reçus en héros à Ramallah et boostant ainsi la popularité défaillante d’un Mahmoud Abbas qui vient « d’entrer dans la dixième année de son mandat de quatre ans ».... Popularité boostée aussi par ses refus des offres américaines faites par Barack Obama lui-même à Washington.

Khaled Abu Toameh ne peut y voir qu’une nouvelle manœuvre étant donné, dit-il, que les forces de sécurité de Mahmoud Abbas continuent à arrêter des cadres du Hamas dans les zones sous son contrôle en Judée Samarie et que, d’autre part, le Hamas ne semble guère prêt à un réel accord.

Guerre intestine Abbas, Dahlan

Mais sait-on jamais...d’autant que ce nouvel « accord » intervient sur fond d’une autre guerre intestine, entre Mahmoud Abbas et Mohamed Dahlan, cette fois. Ce « membre du Comité central du Fatah dont il a été expulsé, ancien commandant des forces de sécurité de l’Autorité palestinienne dans la Bande de Gaza, Mohamed Dahlan, soutenu par certains pays du Golfe mène une campagne publique pour renverser Abbas qu’il accuse de corruption et d’abus de pouvoir, » nous relatait Khaled Abu Toameh le 21 mars dernier, ajoutant que « Abbas a répliqué en accusant Dahlan d’avoir été impliqué dans la mort de Yasser Arafat et de six dirigeant du Fatah dans la Bande de Gaza ». Il citait un rédacteur-en-chef palestinien, Abdel Bari Atwan, pour qui « cette guerre entre Abbas et Dahlan est honteuse. Nous avons honte en suivant les échanges d’allégations entre les deux hommes qui s’accusent mutuellement de vol, de meurtre et de collaboration avec Israël. Les Palestiniens sont devenus ridicules aux yeux de maints frères arabes ».

S’agit-il donc de court-circuiter le rival Mohammed Dahlan ? On appréciera cette photo où l’on voit le dirigeant du Hamas, Ismaël Hanyeh, Mahmoud Abbas et Mohamed Dahlan réunis sur une même photo sous un portrait d’un Arafat souriant à Gaza, en 2007, avant la prise de pouvoir du Hamas...


http://www.gatestoneinstitute.org/pics/large/359.jpg

Accord avec un mouvement terroriste soutenu,à ce jour, par Qatar, Turquie et Tunisie

Quelles que soient ces manœuvres, l’OLP vient de signer un accord avec un mouvement terroriste et reconnu comme tel par les pays occidentaux. Un mouvement dont le but affiché est de détruire Israël et d’instaurer la charia...
Mann News nous apprend que le Qatar, la Turquie et la Tunisie soutiennent cet accord. Le « premier ministre » Hanyeh ayant d’ores et déjà demandé au Qatar d’apporter son « soutien politique et financier aux différentes factions pour les aider à se réconcilier », ce qui a été promis par le Sheikh Tamim bin Hamad al-Thani. Le ministre des Affaires étrangères turc, Ahmet Davutoglu, assurant que la Turquie « apporterait un soutien fort à l’accord de réconciliation et offre son aide humanitaire ». Quant au Président tunisien Marzouki, il les félicitait pour cet accord et les assurait d’un « soutien politique ».

Une Tunisie qui se distingue actuellement par un antisionisme virulent avec cette affaire d’une soixantaine de touristes israéliens qui ont été autorisés à s’y rendre pour le pèlerinage de la Ghriba. Ce qui a provoqué une demande d’audition de la ministre du Tourisme, Amel Karboul, et du ministre de l’Intérieur Ridha Sfar, par l’Assemblée Nationale Constituante, demande déposée par plus de quatre-vingt députés...Les deux ministres étant accusés de « normalisation avec Israël », délit qui n’est pas inscrit dans la Constitution mais qui reste bien réel dans la « nouvelle » Tunisie d’aujourd’hui... Affaire qui agace le Premier ministre tunisien et tous ceux qui, en période de grave crise économique, sont soucieux de... sauver la saison touristique tunisienne... Ce qui montre toutefois que l’alliance Fatah Hamas, n’a pas de quoi choquer le Président tunisien...


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil