Guerres intra-palestiniennes : des « réfugiés » s’entretuent dans un « camp » au Liban

Hélène Keller-Lind

jeudi 10 avril 2014, par Desinfos

Alors qu’en leur nom, de soi-disant « pro-palestiniens » mènent campagne ici pour un boycott de produits israéliens, là pour tenter de criminaliser tout lien avec l’Etat hébreu, certains Palestiniens s’entretuent allègrement. Comme dans le camp de « réfugiés » - lire bidonville – de Mieh Mieh entretenu par l’UNRWA au sud du Liban. Un clan apparemment pro-Abbas en ayant décousu avec un clan apparemment pro-Dahlan. Bilan : neuf morts et pus de vingt blessés.


Malades de « la Palestine » : BDS et « anti-normalisation »

Être malade de « la Palestine » revêt plusieurs formes. Celui qui souffre de ce syndrome peut soutenir la campagne de Boycott, Sanctions et Désinvestissement soigneusement orchestrée contre l’Etat hébreu, comme on l’a vu récemment dans l’affaire Sodastream avec des militants en réalité fort peu soucieux des Palestiniens qu’ils prétendent défendre qui voulaient tenter d’étrangler financièrement une entreprise israélienne qui donne du travail dans les Territoires – terre de corruption et chômage - à des Palestiniens très contents de leur emploi comme de leur employeur...

Tunisie

Cela peut se manifester par des campagnes contre toute normalisation avec l’Etat hébreu. Même si , dans le cas de la Tunisie, suite à des pressions occidentales, le législateur a renoncé à inscrire clairement cette interdiction dans le préambule de la nouvelle Constitution, mentionnant néanmoins la nécessité absolue de soutenir la libération de la Palestine, ce qui, en d’autres termes, revient au même..Ou appliquant cet oukaze de manière détournée comme on l’a vu avec la nomination de l’actuelle ministre du Tourisme tunisienne qui, pour « justifier » le mot « Israël » dans son très long CV, prétendit n’être allée « dans cet État » que pour y aider de jeunes Palestiniens et en être repartie illico après des interrogatoires soi-disant humiliants et agressifs à la frontière infligés, prétendit-elle pour ne pas perdre son tout nouveau poste, parce qu’elle est arabe et musulmane.... Rejet de normalisation dont on vient de soir un nouvel épisode tunisien avec le refus de laisser débarquer à La Goulette des touristes israéliens passagers d’une croisière que la Tunisie tente de relancer son tourisme pour renflouer des caisses vides...

Maroc

Comme on vient de le voir aussi dans un autre pays du Maghreb avec la publication par ce Comité marocain contre la normalisation avec Israël d’une liste de contrevenants désignés à la vindicte populaire.... Cette volonté de refus de « normaliser » les relations avec Israël occupe beaucoup nombre de partis marocains comme on le constatait en décembre dernier quand deux projets de loi avaient été déposés dans ce sens.

Appel de Mahmoud Abbas lancé au monde arabe : il faut se rendre à Jérusalem

Mais Mahmoud Abbas de rassurer : ceux qu’il appelle ardemment à se rendre à Jérusalem pour y faire leurs dévotions à la mosquée Al-Aqsa ne se rendraient en rien coupables de « normalisation » car, dit-il lors de l’ouverture de la 20ème session du Comité d’Al Qods en avril 2014 : « La visite du prisonnier palestinien est un soutien à lui et non pas à son geôlier (Israël) ». Par ailleurs, "le Président palestinien a insisté sur l’importance de la présence de visiteurs sur les sites et les lieux saints d’Al Qods, du moment qu’elle va non seulement « renforcer la résistance de ses habitants maqdessis » mais aussi « contribuer à préserver et à consolider l’identité, l’histoire et le patrimoine de la ville sainte, qui font l’objet de tentatives d’anéantissement et de judaisation, tout en rappelant aux occupants sionistes que la question d’Al Qods est celle de tout arabe, musulman et chrétien » apprend-t-on.

Des factions palestiniennes opposées s’entretuent au Liban dans l’indifférence généralisée

C’est dans ce contexte très anti-israélien qu’on notera le manque de réaction quasi total à un nouvel épisode de guerre fratricide intra-palestinienne qui vient de se dérouler au Liban cette fois. Des descendants d’habitants arabes de ce qui est aujourd’hui Israël, dont un grand nombre choisirent de partir pour laisser le champ libre aux armées arabes voulant bouter les Juifs hors de cette terre, - voir ou revoir le documentaire de Pierre Rehov « les Otages de la Haine » - considérés pour l’éternité comme « réfugiés » de père en fils et de mère en fille, vivent dans des bidonvilles, qualifiés de « camps » au Liban. Où ils ne peuvent exercer que très peu de métiers, étant contraints à la misère par des frères arabes. De cela on n’entend pas souvent parler...

Pas plus que de ce récent épisode au cours duquel des tenants d’Abbas prirent les armes contre des tenants de Dahlan, à moins que cela soit le contraire...Bilan de ces derniers incidents du 7 avril : neuf morts et plus de vingt blessés....

Combien parmi tous ces vertueux défenseurs de « la cause palestinienne » s’en sont-ils émus ?


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil