Ahmad Assaf, porte-parole du Fatah,l’admet : l’Autorité palestinienne utilise des techniques de maître-chanteur pour faire relâcher des terroristes palestiniens

Hélène Keller-Lind

mardi 1er avril 2014, par Desinfos

Ahmad Assaf, porte-parole du Fatah, parti de Mahmoud Abbas, président de facto de l’Autorité palestinienne, l’admet : le seul but des négociations a été et est de faire libérer des terroristes dûment jugés et condamnés. Ce que confirmait le responsable palestinien Nabil Shaath en novembre et décembre derniers. Ahmad Assaf précise que l’Autorité palestinienne étant membre observateur de l’ONU elle peut traîner Israël devant la Cour Criminelle Internationale et a donc pu faire chanter Israël en brandissant cette menace. Ce que révèle Palestinian Media Watch.


Avouer des méthodes de maître-chanteur

C’est à la télévision officielle palestinienne qu’Ahmad Assaf, porte-parole du Fatah, parti de Mahmoud Abbas et président de facto de l’Autorité palestinienne – son mandat étant terminé depuis fin 2008 et n’ayant été renouvelé faute d’élections -, avouait, sans la moindre gêne, que celle-ci a utilisé des méthodes de maître-chanteur, même s’il met le mot entre guillemets. En menaçant Israël de le traîner devant la Cour Criminelle Internationale si elle n’obtenait pas la libération des terroristes palestiniens jugés et condamnés avant les accords d’Oslo. Cela ayant été rendu possible par l’entrée de l’Autorité au sein de l’ONU en tant que membre observateur. Une carte, dit-il, brandie depuis deux ans...

But des négociations : faire libérer les terroristes condamnés avant les accords d’Oslo

Il expliquait, par ailleurs, que si les négociations Israël avec acceptées par l’Autorité palestinienne n’avaient pas été rompues c’est que l’Autorité palestinienne voulait que tous les terroristes concernés soient libérés. Or Israël n’avait accepté de le faire que par étapes, la dernière étant prévue pour le 30 mars dernier. Date que n’a pas respectée Israël compte tenu du manque total d’avancement dans ces négociations du fait des refus de tout compromis côté palestinien en dépit de la libération de dizaines de terroristes ayant du sang sur les mains, accueillis en héros et présentés comme modèles à suivre.Une incitation supplémentaire à la violence..

Nabil Shaath, député du Fatah, membre de son Comité Central et Commissaire des Relations Internationales, avait d’ailleurs également déclaré en novembre et décembre dernier que si l’Autorité palestinienne n’avait pas rejoint d’autres organismes internationaux dans la foulée de sa reconnaissance en tant qu’État observateur, ou n’avait pas rompu les négociations actuelles, c’était bien dans le seul but de faire libérer ces détenus...Déclarations reprises par le quotidien officiel palestinien Al-Hayat Al-Jadida.

Palestinian Media Watch, Observatoire des Médias Palestiniens – PMW – qui a traduit, mis en ligne et commenté la déclaration du porte-parole se demande donc si ces négociations n’auraient été qu’une mascarade côté palestinien...


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil