Deux universités américaines se retirent de l’American Studies Association : la grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le bœuf

Hélène Keller-Lind

jeudi 19 décembre 2013, par Desinfos

L’Amecian Studies Association dont une poignée de membres viennent de voter une motion mettant à l’index la totalité des universités israéliennes dans un geste purement politique n’ayant rien à voir avec la liberté d’expression qu’elle prétend défendre se présentait comme très importante. D’où le coup médiatique anti-israélien...Aujourd’hui les universités américaines de Brandeis et Penn State Harrisburg sont les premières à se retirer de l’Association et le boycott académique a été désavoué par d’autres universitaires ou associations réellement importantes.


Le coup médiatique de l’American Studies Association, ASA, dont une poignée de membres, un peu plus de huit cents, ont adopté de l’autre côté de l’Atlantique les injonctions de la campagne obscurantiste, viscéralement anti-israélienne, haineuse, et heureusement illégale en France dite de BDS – Boycott, Désinvestissement et Sanctions contre la seule démocratie d’un Moyen-Orient où règnent par ailleurs injustices, discriminations graves envers les femmes, assassinats au nom d’Allah, guerres civiles, massacres, corruption – aura sans doute fait long feu...

Le Jerusalem Post nous apprend aujourd’hui que deux universités américaines, Brandeis et Penn State Harrisburg se sont retirées de cette Association qui prétendait se battre pour la liberté d’expression et d’études, alors qu’elle faisait tout le contraire en ostracisant les universités et centres de recherche israéliens... Se disant toujours concernées par les études américaines, elles dénoncent un geste politique allant à l’encontre de « deux principes primordiaux de la culture américaine : la liberté d’association et d’expression », selon une déclaration de Brandeis. « Ce qui porte atteinte à la réputation des Etudes Américaines en tant que démarche universitaire », pour Penn State.

L’ancien Président de l’université de Harvard, Lawrence Summers, avait qualifié ce projet, avant même le vote « d’abominable » et incité les universités membres à se retirer de l’ASA. Il aura été entendu aussitôt après l’annonce de ce vote d’une ASA voulant se faire passer pour importante, alors qu’elle est quasi confidentielle.

Ces deux retraits devraient en annoncer d’autres tant la manœuvre a été grossière, n’ayant rien d’académique ou de défense d’une quelconque liberté....

De plus, pour mémoire, un organisme réellement représentatif, "l’Association américaine des professeurs d’université, avec ses 48 000 membres, a réaffirmé sa position contre les boycotts académiques, qui, dit-elle, « s’attaque directement au libre échange d’idées », et non à ceux qui sont responsables d’oppression, étouffant précisément le type d’interaction qui contribuerait à aider droits de l’homme".


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil