Israël envoie à la centrale électrique de Gaza du fuel payé par le Qatar, des tonnes de biens, du matériel d’urgence et autorise des exportations de fraises, fleurs et épices

Hélène Keller-Lind

dimanche 15 décembre 2013, par Desinfos

Si la seule centrale électrique de Gaza qui produit 30 % de l’électricité utilisée par les Gazaouis, le reste venant surtout d’Israël et pour une petite part d’Egypte, ne fonctionnait plus depuis le 1er novembre, c’est que le Hamas ne pouvait payer les taxes éxigées sur les livraisons de fuel par l’Autorité palestinienne...Face aux inondations causées à Gaza par le mauvais temps qui sévit actuellement dans la région le Qatar a offert du fuel qui permettra à cette centrale de redémarrer. Israël a transféré aussitôt ce fuel, ainsi que des tonnes de biens divers, dont du matériel d’urgence pour la Croix Rouge, par le passage de Kerem Shalom. Et autorisé depuis Gaza l’exportation de fraises, fleurs et épices pour les marchés européens.


Les Gazaouis privés de 30% de leurs besoins en électricité par l’Autorité palestinienne, Israël en fournit quelque 70 %

La seule centrale électrique de la Bande de Gaza ne pouvait plus produire d’électricité depuis le 1er novembre dernier. Non pas pour cause de « blocus », Israël laissant y entrer des tonnes de bien divers, dont du fuel utilisé par cette centrale. Mais parce que l’Autorité palestinienne exigeait du Hamas, au pouvoir à Gaza, qu’il paie des taxes très élevées sur les livraisons de fuel.

Cette centrale produit 30 % de l’électricité nécessaire aux Gazaouis, Israël en fournissant près de 70 % et l’Egypte le reste. Une réalité peu connue et pourtant importante qui dément les affirmations sans fondement prétendant que l’Etat hébreu étranglerait ce territoire d’où il s’est entièrement retiré en 2005, le Hamas ayant été porté au pouvoir par le vote de ses habitants, puis l’ayant confisqué. Car il n’y a pas eu d’élections depuis lors, pas plus que dans les Territoires gérés par l’Autorité palestinienne, d’ailleurs.

A titre d’exemple, en février dernier des ingénieurs de la Compagnie d’Électricité israélienne, protégés par des soldats de Tsahal qui assuraient leur sécurité, ont effectué des travaux de rénovation et d’amélioration sur les lignes électriques souterraines fournissant le nord de la Bande de Gaza en électricité, soit 15.5 Megawatts et environ 10 % de ce qu’Israël fournit quotidiennement aux Gazaouis

La centrale fonctionne avec du fuel qu’Israël fait entrer dans la Bande de Gaza, fuel payé par l’Autorité palestinienne qui reçoit des millions en subventions notamment occidentales. Or, celle-ci exige du Hamas un paiement de taxes prohibitif ne pouvant être acquitté. D’où la fermeture de cette centrale le 1er novembre dernier. Or, compte tenu des inondations, de l’évacuation de quelque cinq mille Gazaouis de chez eux, des dégâts causés dans la Bande de Gaza par les intempéries de ces jours derniers le Qatar a offert du fuel pour que la centrale puisse redémarrer. Fuel acheminé par Israël par le passage Kerem Shalom dont les heures d’ouverture ont été prolongées pour ce faire- un million 2 de litres ayant transité le 15 décembre après les 450.000 litres ayant permis de redémarrer la première turbine -. Heures d’ouverture prolongées et ouverture du passage Kerem Shalom exceptionnelle le13 décembre ayant permis de faire entrer également cent-dix tonnes de gaz de cuisine. Une autre livraison de deux cents tonnes se faisant le 15 décembre, des biens divers, dont du matériel d’urgence pour la Croix-Rouge , des pompes pour évacuer l’eau sont entrés par Kerem Shalom.

Le Qatar doit également envoyer un navire transportant du fuel qui sera débarqué au port israélien d’Ashdod, puis acheminé par Israël ce qui est fait régulièrement par des organisations internationales reconnues qui veulent envoyer divers biens dans la Bande de Gaza. Organisation courante des transferts de biens qui démontre, si besoin était, la nature purement politicienne et diffamatoire d’opérations mises sur pied par divers anti-israéliens virulents extérieurs, à l’instar des organisateurs des « Flottilles », qui, loin de rechercher des solutions, font tout pour enflammer la situation, portant tort à ceux qu’ils prétendent aider.

L’agence de presse palestinienne Maan News note également que « huit camions chargés de fraises, de fleurs et d’épices vont quitter la Bande de Gaza pour transporter ces marchandises sans des pays européens » .Du ciment et des graviers permettant de construire dans le cadre de projets internationaux pourront également entrer dans la Bande de Gaza. Des restrictions avaient été imposées récemment après la découverte de tunnels construits par des Gazaouis, pénétrant en Israël, à des fins terroristes...

Quant à la fermeture par l’Egypte de bon nombre de tunnels de contrebande avec la Bande de Gaza, si elle a stoppé l’entrée de produits comme du gaz de cuisine, qui n’était d’ailleurs pas de bonne qualité, elle a eu pour conséquence très bénéfique de stopper l’entrée d’armement dans la Bande de Gaza...

La morale de cette histoire est évidente...


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil