« Woolwich :nous sommes en guerre », un éditorial de la Ligue de Défense Anglaise

Hélène Keller-Lind

jeudi 23 mai 2013, par Desinfos

Les membres de la Ligue de Défense Anglaise sont souvent traités de fascistes, souvent vilipendés. Certains ont été arrêtés par la police britannique à Woolwich où ils manifestaient au soir du meurtre particulièrement violent d’un soldat britannique qui a horrifié la Grande-Bretagne et au-delà. Sans doute avec raison car ils troublaient l’ordre public. Pourtant, pour rendre justice à cette Ligue il est important de lire cet éditorial publié sur son site. Et si l’enquête n’en est qu’à ses débuts des vidéos montrent l’assassin invoquer Allah. La nature terroriste et islamiste de l’attaque semble donc avérée...


Un assassinat d’une brutalité inouïe à Woolwich

Selon des témoignages l’assassin du jeune homme, un soldat très probablement, dans une rue de Woolwich, près d’une caserne, a hurlé après le meurtre : « Nous jurons par Allah le tout puissant que nous ne cesserons de vous combattre ». Et son complice a crié Allah Ouakbar – Allah est grand –, toujours selon des témoignages rapportés par tous les médias britanniques.

L’éditorial de la Ligue de Défense Anglaise :« Woolwich :nous sommes en guerre »

Les terribles événements de Woolwich d’aujourd’hui nous ont rappelé quelque chose que très peu sont prêts à accepter : nous sommes en guerre.
Malgré ce que les extrémistes islamiques peuvent prétendre, cette guerre n’est pas menée contre tous les musulmans.

Quelle que soit la manière dont ils perçoivent la politique étrangère britannique ou ce qui est considéré comme des injustices envers les peuples musulmans à travers le monde, la plupart des musulmans britanniques acceptent ce simple fait.
Mais beaucoup ne le font pas. Ils voient de l’oppression où il n’y en a aucune et ils ne répondent pas avec raison ou des arguments, mais par la violence.
« Pourquoi ? » est une question dangereuse, mais c’est celle que nous devons nous poser.
Et là où il y a matière à critiquer, alors, des critiques doivent être faites.
Nous devons critiquer l’échec de la communauté musulmane à faire face aux extrémistes en son sein.
Nous devons critiquer l’auto-ségrégation de certaines sections de la communauté musulmane.
Et nous devons continuer à faire campagne en faveur de la réforme et contre la poursuite de la propagation de l’extrémisme.

C’est autant une guerre contre les musulmans que le fait de critiquer la politique du gouvernement serait une attaque contre la démocratie.
Il n’est pas toujours facile de définir « l’ennemi », mais quiconque ou quoi que ce soit que nous combattons, une chose est certaine : vous ne pouvez pas y échapper.

Le soldat qui a été si sauvagement tué aujourd’hui n’a pas demandé à être impliqué dans cette guerre.
Comme la grande majorité des hommes et des femmes courageux qui composent nos forces armées, il devait être motivé par un sens du devoir et le besoin d’aider à défendre son pays et son peuple.

Les actions de son meurtrier n’ont aucun équivalent.
Il n’a pas agi dans la défense de l’islam, parce que ce n’est pas l’islam qui est attaqué.

George Bush a eu sa guerre contre le terrorisme, David Cameron parle de « extrémisme islamiste » et nos journaux font tout leur possible pour éviter d’utiliser « le mot I ».
Non seulement ne sommes-nous pas en guerre avec l’Islam, mais nos politiciens et les médias font tout ce qu’ils peuvent pour faire comprendre qu’ils ne veulent pas être en guerre avec l’islam.

Malheureusement, rien de tout cela change le triste fait que nombre de disciples de l’islam sont en guerre avec nous.
En fait, l’islam a été en guerre avec ses voisins depuis sa création.
Le Coran lui-même nous raconte comment Mohammed massacrait ceux qui s’opposaient à lui.
C’est pourquoi cela a si peu de sens de blâmer la politique du gouvernement, la culture occidentale ou même des groupes contre l’extrémisme comme l’EDL – English Defence League - pour l’extrémisme islamique.

Mais dans les prochains jours, c’est exactement ce que nous allons lire dans les journaux.
Certaines personnes aiment à croire que si les « bonnes personnes » étaient au pouvoir l’extrémisme islamique disparaîtrait tout simplement.

Certains prétendent qu’être soldat vous met dans la ligne de mire, que vous soyez en uniforme ou pas.
Et certains pensent que faire campagne contre l’extrémisme islamique cela va simplement empirer les choses.

Ils ont tous tort.

Les victimes méritent la vérité.

Nous n’aimons pas l’admettre, nous ne voulons pas que ce soit vrai - et c’est parfait.
En fait, c’est ce qui nous distingue des fanatiques : de ceux qui croient que leur religion leur apprend à tuer, opprimer et terroriser.

Mais cela ne change pas ce simple fait : nous sommes en guerre.

Nous devons sévir contre les prédicateurs extrémistes et les mosquées qui continuent de les accueillir.
Nous devons débarrasser nos rues et notre pays des extrémistes.
Tout simplement, nous devons extirper ce cancer qui est l’extrémisme islamique.
C’est une guerre pour la défense de notre culture, de nos droits, de notre liberté et de notre pays.

Il est temps que notre gouvernement commence à agir dans ce sens.

Nos pensées et nos prières vont à la famille


Lire aussi : Meurtre d’un soldat à Woolwich : La piste de djihadistes isolés privilégiée (20 minutes.fr)


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil