Après l’assassinat d’un couple d’Israéliens : Ariel Sharon menace les Palestiniens de riposter

dimanche 24 juillet 2005

L’assassinat d’un couple d’Israéliens par des terroristes palestiniens a encore aggravé les tensions à 3 semaines du retrait israélien de la bande de Gaza. Le premier ministre Ariel Sharon a menacé les Palestiniens d’un nouveau genre de ripostes militaires.


« J’ai fait savoir à la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice qu’il y aurait des ripostes d’un autre genre qui s’ajouteront à des mesures très dures, aussi bien pendant le retrait qu’après l’évacuation de la bande de Gaza s’il y a des attentats terroristes », a averti le chef du gouvernement israélien durant le conseil des ministres.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a condamné l’embuscade meurtrière qui a eu lieu sur la route de Kissoufim, point de passage entre Israël et les implantations du Goush Katif. Les deux terroristes ont mitraillé le couple en voiture avant d’être tués à leur tour.

« Je la considère comme une violation de la trêve et de l’accord obtenu au Caire entre toutes les factions palestiniennes », a déclaré le Président de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas. « Cette violation de la trêve donne aux Israéliens un prétexte pour continuer les attaques contre notre peuple et reprendre leur politique éliminations ciblées des responsables palestiniens », a-t-il ajouté.

le Président de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas a précisé que « l’Autorité palestinienne ferait tout ce qui est en son pouvoir pour mettre fin à ces opérations contreproductives ». Mais les responsables israéliens ne semblaient pas accorder beaucoup de crédit à ces promesses.

Le ministre des Affaires étrangères Sylvan Shalom a dénoncé la responsabilité de l’Autorité palestinienne, estimant que son action contre les groupes armés « était insuffisante et venait trop tard ».

L’attaque de la nuit a été revendiquée conjointement par la branche armée du Jihad islamique, les Brigades Al-Qods, ainsi que par les Brigades d’Al-Aqsa, liées au Fatah, le mouvement d’Abbas, et les Comités de résistance populaire, formés d’anciens activistes du Fatah.

Les victimes, un couple de quinquagénaires, étaient venus de Jérusalem passer shabbat avec leurs proches, des résidents de l’implantation de Ganei Tal, sachant que ce serait l’une des dernières occasions avant l’évacuation des implantations de la bande de Gaza, prévue à la mi-août.

Après cet incident, Tsahal a coupé la bande de Gaza en deux, empêchant les automobilistes palestiniens de circuler entre les parties nord et sud de ce territoire.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil