Trois islamistes de Birmingham reconnus coupables d’avoir projeté « un autre 11 septembre »

Hélène Keller-Lind

jeudi 21 février 2013, par Desinfos

Bien que plaidant non coupable les accusés voulaient répandre « tant de sang que les attentats provoqueraient des cauchemars pour le restant de nos jours », voulant « un autre 11 septembre ». Nés et éduqués à Birmingham, influencés par Al-Qaida, ils avaient été placés sous surveillance et ont été arrêtés avant de pouvoir perpétrer quelque huit attentats terroristes d’une grande magnitude, dont des attentats suicide. Pour se financer, ils collectaient des fonds, prétendant que c’était à des fins caritatives. Reconnus coupables ils connaîtront le verdict à une date ultérieure. Deux d’entre eux ont été formés au Pakistan, d’où la dimension internationale de cette affaire. Il y a eu d’autres inculpations ...


Des terroristes islamistes nés et éduqués en Grande-Bretagne

Reconnus coupables d’avoir planifié sur une durée indéterminée une campagne d’attentats terroristes en Grande-Bretagne, en attente du verdict qui sera rendu plus tard, ces trois islamistes sont nés et ont grandi à Birmingham. Diplômé en pharmacie, mais sans emploi lors de son arrestation, Irfan Naseer âgé de 31 ans et Irfan Khalid, un ancien garde de sécurité âgé de 27 ans, également sans emploi lors de son arrestation, ont effectué deux séjours au Pakistan où ils ont reçu une formation et tourné des vidéos devant être diffusées après leur forfaits dont deux attentats suicide. Le premier ayant dit vouloir « répandre tant de sang que cela provoquerait des cauchemars pour le restant de nos jours », le second évoquant la volonté de provoquer « un autre 11 septembre ». Le troisième inculpé étant Ashik Ali, âgé également de 27 ans.

Bien que plaidant non coupables les preuves réunies contre les trois hommes par la police de l’Ouest des Midlands qui les a longuement surveillés et arrêtés avant qu’ils puissent commettre leurs forfaits et alors qu’ils commençaient à se livrer à des expériences avec des produits chimiques, sont irréfutables. Le jury les a reconnu coupables à l’unanimité pour les douze chefs d’accusation. Parmi ces charges, la préparation d’une campagne d’attentats terroristes, le recrutement d’autres personnes à des fins terroristes, la collecte d’argent à des fins terroristes et pour les deux premiers, un entraînement terroriste reçu au Pakistan. Irfan Naseer ayant également été accusé d’avoir aidé d’autres personnes à se rendre au Pakistan pour y recevoir un entraînement similaire.

Financer le terrorisme en prétendant faire des collectes caritatives ou pour la propagation de la foi

Pour contribuer à financer leurs projets ils avaient collecté de l’argent prétendant qu’ils le faisaient pour ouvrir un centre de propagation de l’islam – dawah – et à des fins caritatives. Au nom de l’organisme caritatif Muslim Aid dont la police dit qu’il est « respecté » mais qui ne reçut qu’une partie des dons versés, soit 1.500 £. Rahin Ahmed, en charge de la collecte avait déposé quelque 14.000 £ sur son compte personnel. Jugé par ailleurs, il a reconnu sa culpabilité. Les conspirateurs avaient tenté de faire fructifier des fonds collectés dans un compte Forex, une partie en ayant été perdue car mal investie. Une autre organisation caritative, Madrasah-e-Ashraful Uloom, n’a reçu que 900 £ sur les sommes collectées en son nom. Le coupable n’ayant pas hésité à tromper les donateurs, souligne la police.

L’influence d’Al-Qaïda et un entrainement au Pakistan

D’autres personnes ont été inculpées dans cette affaire. Selon la police de Birmingham les coupables étaient influencés par la mouvance Al-Qaïda, notamment le prédicateur Anwar al-Awlaki, basé au Yémen et qui fut tué par un drone peu de temps après l’arrestation de la bande en septembre 2011.

Couplé avec des entrainements au Pakistan, cela donne à ce terrorisme « maison » une dimension internationale, souligne la police. Un phénomène qui préoccupe beaucoup...La police précise que ce groupe représente une minorité mais que celle-ci aurait pu avoir un énorme impact s’ils avaient pu mener leurs projets à bien. Le commissaire-adjoint Marcus Beale tient à remercier les forces de police pour leur travail mais aussi « les communautés » à qui il demande de continuer à les aider. Le magistrat ayant présidé l’audience au cours de laquelle la culpabilité des trois terroristes a été reconnue les a averti que les condamnations seraient à vie, avec des peines minimum conséquentes.
west-midlands.police.uk-news/majoroperations/operationpitsford/index.asp


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil