Au fou…….

Par David Ruzié, professeur émérite des universités, spécialiste de droit international

jeudi 6 décembre 2012, par Desinfos

Au risque de nous voir reprocher de lui faire, à nouveau beaucoup d’honneur, en évoquant les dernières lubies de Richard Falk, rapporteur spécial des Nations Unies sur la « situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 19671 (v. précédemment en dernier lieu : La haine de soi et l’ignorance du droit international ), nous pensons qu’on ne peut pas ne pas réagir à la diffusion du dernier communiqué de presse de l’Organisation mondiale rapportant ses dernières déclarations.


Richard Falk est, certes, un « expert indépendant », mais il est surtout marqué par sa « haine de soi » d’où son obsession anti-israélienne, qui le conduit, cette fois, encore, à mettre Israël en accusation au motif. que « l’expérience a montré qu’Israël échoue à remplir ses obligations internationales pour enquêter rapidement et de manière impartiale sur ses propres actions »,

D’où son appel visant à ce que « la communauté internationale (à) exerce(r) une pression sur l’état hébreu pour qu’il remplisse ses obligations et ouvre une enquête sur les actions récentes de ses forces armées ».

Avec l’âge sans doute, la mémoire lui faisant défaut, Richard Falk oublie qu’Israël, une fois de plus, n’a fait que répliquer aux tirs de roquettes depuis la Bande de Gaza, mais cela n’est, apparemment, pas son problème.

Mais là où cet « expert » fait fort, c’est lorsque non content de ne voir qu’une partie des choses, il se transforme en « voyante ».

Car, il n’hésite pas – et le service d’information des Nations Unies se fait un malin plaisir de lui servir de porte-parole – à affirmer que « l’expérience acquise permet également de douter qu’Israël respectera ses obligations en vertu de l’accord de cessez-le-feu ».

Et pour étayer ses accusations, il avance qu’ « en effet, au cours de notre visite à Gaza, nous avons entendu l’aviation israélienne survoler directement le secteur et avons été informés d’incursions militaires israéliennes ».

A-t-il « entendu » seulement ou « vu » des avions au-dessus de la Bande Gaza ?

D’ailleurs, dès lors que le territoire en question ne relève – hélas – d’aucun Etat soucieux de respecter l’obligation de ne pas tolérer d’actes nuisibles à un Etat voisin, il n’est pas anormal qu’Israël, dans l’exercice préventif de son droit de légitime défense, cherche à surveiller ce territoire.

C’est d’ailleurs ce qui se passe, également, au grand dam du Hezbollah au delà de la Ligne bleue au dessus du territoire libanais.

Car, on ne soulignera jamais assez les carences des autorités libanaises, qui manquent à leurs obligations de faire régner l’ordre sur l’ensemble du territoire, y compris dans la zone frontière avec Israël.

Pour en revenir aux dernières déclarations de Richard Falk, on ne peut que déplorer qu’un organe officiel de l’ONU – Richard Falk étant lui « indépendant » et donc libre de dire n’importe quoi – serve à véhiculer des accusations totalement infondées.

Car, la presse n’a fait état d’aune « incursion israélienne » ces derniers jours…..

Par ailleurs,, Richard Falk affirme avoir noté un « besoin urgent d’examiner les attaques manifestement délibérées d’Israël contre des cibles civiles lors des hostilités récentes » (souligné par nous).

Pour cela, il se fait un malin plaisir à reprendre à son compte l’accusation de « réaction disproportionnée » de la part d’Israël : « il est évident que certaines attaques ont tué et blessé des civils de manière disproportionnée en violation du droit international ».

Il ne se rend évidemment pas compte – et pourtant c’est un « expert » - que la puissance de feu de l’aviation israélienne aurait pu, s’il y avait eu effectivement « disproportion », provoquer des centaines, voire des milliers de morts.

Et, relais complaisant d’affirmations gratuites et désobligeantes il se fait l’écho des « Palestiniens (qui) ont le sentiment qu’Israël se considère au-dessus de la loi et que le pays bénéficie d’une impunité même pour les violations flagrantes et répétées des droits de l’homme et du droit humanitaire ».

Bien évidemment, Richard Falk établit un lien, nullement évident, avec le dernier vote de l’Assemblée générale « reconnaissant » un « Etat de Palestine ».

« Le soutien à la récente résolution de l’Assemblée générale qui a fait de la Palestine un État observateur non-membre devrait servir de point de départ à une protection internationale plus concertée des droits palestiniens ».

Or, il n’y a aucun rapport entre le statut d’une entité et la protection de ses habitants.

Israël n’a jamais considéré qu’il n’avait aucune obligation à l’égard de la population civile de la Bande de Gaza, du seul fait qu’elle ne relevait pas de l’autorité d’un Etat.

Cet « expert » (sic) en tous genres n’hésite pas à affirmer que « chaque jour des pêcheurs et des fermiers palestiniens risquent d’être la cible de tirs israéliens ou d’être détenus par les forces israéliennes ».

Et les habitants de Sderot et autres localités d’Israël ?

Il est vrai que Richard Falk n’a pas compétence pour se préoccuper du sort des populations civiles israéliennes.

Quant à l’arrestation de pêcheurs et de fermiers palestiniens, il est vrai que « l’habit ne faisant pas le moine », de vrais terroristes se cachent – hélas – souvent dans les habits de « civils innocents ».

Bref, nous ne pouvons que fustiger la « publicité » faite par le service d’information des Nations Unies aux élucubrations de Richard Falk.

Car, « calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose » comme disait le philosophe et homme d’Etat anglais Francis Bacon..


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil