Rien de nouveau sous le soileil de Jérusalem...

Le consulat général de France à Jérusalem : une mission résolument anti-israélienne

Hélène Keller-Lind

lundi 19 mars 2018, par Desinfos

Certes, de par sa situation géographique et la force des choses le consulat général de France à Jérusalem veille aux intérêts d’une partie de la population juive franco-israélienne. Mais sa mission première est de servir de fait d’ambassade de France auprès des Palestiniens. Une ambassade soutenant sans réserves les politiques palestiniennes, apportant même son concours à la politique anti-israélienne de l’Autorité palestinienne ou du Hamas à Gaza. Le plus souvent avec une certaine discrétion mais pas toujours. Ce qui vient de pousser le ministère des Affaires étrangères israélien à réagir.


Un consulat coutumier des vilénies anti-israéliennes et, cette fois, une réaction officielle d’Israël

On trouve la réaction officielle israélienne à la dernière vilénie en date du consul général de France à Jérusalem dans plusieurs médias. Ainsi, la trouve-t-on dans La Figaro ou un article d’Arutz 7 repris par un blog en ces termes : « Le ministère [ israélien ] des Affaires étrangères, a réprimandé ce jeudi le Consulat général Français à Jérusalem en raison de remarques faites par Frédéric Desagneaux, le consul général de France à Jérusalem. Le ministère a déclaré qu’il : « refuse le lien entre le peuple juif et la terre d’ Israël ».
Dans un communiqué, Yigal Palmor, le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères a dit qu’Israël a été « choqué que le consul général français a rejoint ceux qui voudraient réécrire l’histoire à leur bénéfice et effacer le lien du peuple Juif et des Israéliens avec la Terre d’ Israël ». Suit un article documenté, appuyé par des photos et le texte de la déclaration du consul.

Un consulat qui est de fait une ambassade de parti pris

Ce qui a de quoi susciter l’indignation, bien entendu. Mais qui, finalement n’a rien d’étonnant. Car si, par la force des choses et sa situation géographique, ce consulat fournit les services consulaires habituels aux Franco-israéliens juifs de Jérusalem et de sa région, sa mission première est d’être une ambassade de France auprès des Palestiniens. Une ambassade qui n’est pas neutre mais appuie les politiques palestiniennes, y compris lorsqu’elles sont anti-israéliennes. Ce qui se fait de diverses manières. La constante étant que la fonction de consul de France à Jérusalem implique une hostilité à l’égard d’Israël

En août dernier l’actuel consul de France à Jérusalem réécrivait déjà l’histoire en évoquant un pays qui n’existe pas, « la Palestine », se réjouissant de l’inscription d’un premier site : « lieu de naissance de Jésus : l’Eglise de la Nativité et la route du pèlerinage à Bethléem », sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO ». Puis évoquant « l’occupation dont la ville souffre depuis 1967 », il commettait une erreur grossière. D’autant que les Palestiniens eux-mêmes disent que la ville est gérée par l’Autorité palestinienne depuis décembre 1995...De plus, si le consul mentionnait la Bible, dans son intervention d’alors, c’était pour dire que « c’est en ces mêmes lieux que Saint Jérôme, entre la fin du quatrième et le début du cinquième siècle », l’a traduite « en latin, connue sous le nom de Vulgate ». Quant au lieu, écrivait-il pudiquement et se gardant bien de prononcer le mot « juif » ou « hébreu », il est « lié à l’expansion des religions du Livre ».

Utilisation d’un réseau culturel dépendant du consulat de Jérusalem pour promouvoir la haine d’Israël

Quant aux centres culturels français qui dépendent de ce consulat, ils sont, selon cette représentation française, « situés dans les Territoires », celui de la partie ouest de Jérusalem y compris....et la culture qu’ils offrent est souvent teintée d’anti-israélisme grossier...Les exemples abondent.

En mai 2012, le même consul déclarait par exemple : les « habitants d’Hébron, notamment à ceux de la vieille ville qui sont, comme chacun sait, victimes de l’occupation et de l’injustice dans leurs formes les plus virulentes »... Devant ces accusations on se demande ce que serait son choix de mots s’il devait évoquer la Syrie d’Assad aujourd’hui...

Le centre culturel de Gaza dépend du consulat de Jérusalem et on se rend compte du rôle qu’il joue en consultant la liste des artistes ou personnalités invitées. Parmi ceux-ci, un certain Stéphane Hessel qui a fait de l’anti-israélisme le cœur de son action militante. Allant jusqu’à rencontrer le Hamas lorsqu’il était incité de cet établissement dit culturel...Il est vrai que les contacts que le vice-consul y a avec cette organisation terroriste a dû faciliter les prises de rendez-vous...

En octobre 2012 le consulat soutient le Festival de l’Association Hébron-France. Qui expose, entre autres, « Métro Gaza » de l’artiste gazaoui. Qui imagine que les tunnels de Gaza pourraient devenir le tracé d’un métro à l’avenir. Pourquoi pas. Mais ce qui est inacceptable est la manière dont est décrite cette exposition. Qui dénoncerait le fait qu’’aucun matériau de construction ne peut entrer à Gaza – un mensonge avéré, comme le démontre, entre autres, la construction d’un nouveu centre culturel français pharaonique à Gaza – ou, autre mensonge, qu’il y aurait des « raids hebdomadaires contre les tunnels et autres infrastructures civiles palestiniennes ». L’artiste accusant par ailleurs Israël de provoquer des cancers parmi la population, l’essence importée d’Égypte étant très polluante... »

On retrouve à Doha un ancien consul de France à Jérusalem qui a été partie prenante de la fermeture de l’Alliance Française

On notera également que lors de la Conférence de Doha, de fait une machine de guerre anti-israélienne utilisant Jérusalem pour rallier toues les anti-israéliens, la France avait envoyé un représentant officiel qui ne contesta pas la déclaration finale scélérate. Il s’agissait de Stanislas de Laboulaye, ancien consul de France à Jérusalem qui se distingua en fermant l’Alliance Française de Jérusalem. Ouverte par le beau-frère de Mitterand et avec son aval elle eut pour Président André Chouraqui et, véritable fleuron de la culture française, elle connut alors ses heures de gloire. Puis subit un véritable travail de sape organisé par le Quai d’Orsay qui culmina avec cette fermeture en 2.000. Fermeture mise en œuvre par ce consul de France. Quelque temps plus tard, en 2003, une Alliance Française fut ouverte en catimini à Bethléem. On sait qu’il y a une forte proportion de francophones en Israël alors que cela n’est pas le cas chez les Palestiniens. Quant aux prétextes financiers invoqués pour fermer l’Alliance Française de Jérusalem ils paraissent dérisoires dès lors qu’on imagine mal qu’une Autorité palestinienne au bord de la faillite puisse contribuer au fonctionnement de cet établissement culturel.

L’Alliance Française de Bethléem : une bibliothèque édifiante et un comité anti-israélien....

Ce qu’offre la bibliothèque de cet établissement soutenu par la France, et pas uniquement financièrement, et qui dépend du consulat de France à Jérusalem, est significatif. A propos d’Israël, neuf ouvrages sont proposés. Par exemple : « RASCISME DE L’ETAT D’ISRAEL (LE) » d’Israël Shahak, un anti-israélien bien connu ou encore un ouvrage d’un autre anti-israélien notoire, journaliste du Monde Diplomatique, Alain Gresh : « ISRAEL-PALESTINE LA VERITE SUR UN CONFLIT ». On trouve aussi Pacal Boniface et Charles Enderlin, comme il se doit... Inutile de dire que l’on constate le même parti pris anti-israélien dans les DVDs proposés...

On notera, par ailleurs, que Vincent Malham, membre de son comité d’honneur et Président de l’université de Bethléem, justifiait les attentats-suicide lors d’une interview... Ou que son trésorier, Jadallah Shehadeh, parle à la presse de « l’arrogance et l’oppression de l’État d’Israël qui tente d’imposer un blackout médiatique pour cacher ses crimes contre le peuple palestinien. ». Etc.

On est bien loin du rayonnement et de l’ouverture de l’Alliance Française de Jérusalem lorsqu’elle avait pour Président André Chouraqui et cette Alliance ne fait pas honneur à ce réseau international dont le nom signifie excellence la plupart du temps....

Lors de l’inauguration des nouveaux locaux de cette Alliance Française en décembre 2011, le consul Desagneaux se retrouvait aux côtés du maire Victor Bartasheh, connu pour avoir été proche du mouvement terroriste marxiste du Front de Libération Populaire de la Palestine Il prononçait un [discours éloquent...-jerusalem.org/IMG/pdf/discoursAFbethleem_doc_docx.pdf]

Évidemment, où que l’on se tourne en examinant ce réseau officiel français, non seulement dans les Territoires palestiniens mais aussi à Jérusalem, on retrouvera cette politique anti-israélienne sous-jacente constante et délibérée. Financée par le contribuable français, bien qu’elle aille pourtant à l’encontre de la volonté affichée de la France d’œuvrer pour promouvoir la paix dans la région...


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil