Diabolisation, délégitimation d’Israël

L’Autorité palestinienne accuse l’État hébreu d’utiliser des produits chimiques pour détruire la mosquée Al-Aksa

Hélène Keller-Lind

samedi 11 août 2012, par Desinfos

Dans le registre débile l’Autorité palestinienne d’un Mahmoud Abbas reçu récemment en chef d’État à Paris, accuse Israël de miner les fondations de la mosquée Al-Aksa, située sur le Mont du Temple à Jérusalem. Avec des produits chimiques dont la trace aurait été retrouvée. Cela s’inscrirait dans un projet machiavélique israélien, affirment des « experts » palestiniens... Débile, certes, mais potentiellement dangereux étant donné que prétendre que quiconque s’en prendrait à ce lieu, considéré comme saint par le monde musulman, pourrait déchaîner les passions...


Télévision palestinienne : de soi-disant traces de produits chimiques sous la mosquée utilisées par « les autorités d’occupation »...

Palestinian Media Watch – PMW -, Observatoire des Médias Palestiniens, vient de relever cette nouvelle ineptie émanant de l’Autorité palestinienne citant de soi-disant « experts » palestiniens très sérieusement à la télévision officielle palestinienne. Une journaliste présente le sujet en annonçant que ces experts ont trouvé sous la mosquée Al-Aksa des traces de produits chimiques utilisés par « les autorités d’occupation » - Israël - dans des excavations menées autour de ses fondations. Ces produits étant soi-disant destinés à dissoudre celles-ci...Un commentateur ajoute que cela « s’inscrit dans un ensemble de projets et de complots qui n’ont jamais cessé pour porter atteinte à l’arabité et à la sainteté d’Al Aksa ». L’utilisation de « produits chimiques et d’autres solvants » étant, selon eux, une première dans ces projets – machiavéliques- su le long terme.

Tenter de provoquer colère et émeutes en un lieu éminemment propice

Cela pourrait prêter à sourire ou à hausser les épaules tant cela est stupide. Mais, en réalité, ce type « d’information » n’a rien de comique ou d’anodin car il est pris très sérieusement, hélas, par la plupart des téléspectateurs auxquels cette « nouvelle » est destinée. Or, tenter de toucher à ce lieu considéré comme sacré dans le monde musulman, peut provoquer la colère et déchainer les foules.

Les émeutes ou échauffourées sont fréquentes dans ce secteur et tout prétexte est utilisé régulièrement pour déchaîner les foules...Pour mémoire en février 2012 les policiers escortant un groupe de touristes juifs et chrétiens étaient agressés... Parmi les prétextes fréquemment invoqués, la Rampe d’accès, dite des Maghrébins, qui mène de la place située devant le Mur, jouxtant la section réservée aux femmes, à la mosquée et est empruntée par les non-musulmans, a été souvent utilisée comme cheval de bataille anti-israélien Une rampe d’accès qui s’était écroulée sous la neige en 2004 et devait être reconstruite. Ce qui a soulevé des protestations dans le monde musulman. Fin 2011 la municipalité de Jérusalem a dû renoncer à des réparations pourtant nécessaires...

En février dernier à Doha une « Conférence pour Jérusalem » était d’ailleurs centrée sur « la sainteté islamique et chrétienne » - le terme chrétien étant utilisé à des fins de propagande, la grande majorité des Chrétiens palestiniens ayant fui les territoires gérés par l’Autorité palestinienne - de la ville et les soi-disant violations israéliennes Ce sont là des thèmes éminemment porteurs utilisés constamment. Cet épisode n’en est qu’un des derniers exemples.

Un dirigeant islamique arabe israélien colporte ce même mensonge

PMW souligne d’ailleurs que ce type d’accusation est constant. Les dernières en date, mentionnant produits chimiques et divers solvants, ont été reprises le 3 août par Al-Hayat Al-Jadida, quotidien officiel palestinien. Le 31 juillet, c’est Raed Salah, chef du mouvement islamique en Israël, qui accusait Israël d’imaginer être « dans la dernière phase de destruction de la mosquée Al-Aksa pour la remplacer par la construction du faux Temple légendaire »

Qu’en disent les autorités françaises ?

Face à cette campagne de diabolisation et de délégitimation d’Israël on ne peut que déplorer que Mahmoud Abbas, qui en est totalement responsable, ait été reçu en Chef d’État à Paris début juin, soit reparti avec soutien politique et financier conséquents, sans qu’apparemment, il lui ait été demandé de mettre un sérieux bémol à ces pratiques d’un autre âge...Les autorités françaises ignoreraient-elles ce à quoi une partie des subventions versées à l’Autorité palestinienne est utilisée ? Dans ce cas, ce serait le consulat de France à Jérusalem, antenne du Quai d’Orsay auprès des Palestiniens, qui ne remplirait pas sa mission.


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil