Délégitimation, diabolisation à la Ahmadinejad : trois cents millions d’Américains gouvernés par un groupe de capitalistes sionistes sanguinaires

Hélène Keller-Lind

mardi 10 juillet 2012, par Desinfos

Conférence internationale sur le Réveil Islamique à Téhéran le 10 juillet. Ahmadinejad moque les États-Unis où les concepts de démocratie et de liberté seraient de vains mots car le pays est géré, selon lui, par « un groupe de capitalistes sionistes » ayant provoqué le mouvement « Occupy Wallstreet » qui perdure en dépit de brutalités policières. L’un de leurs buts étant de « tuer un million de personnes ». Pendant ce temps à Téhéran, les premiers prix d’un Festival de dessins humoristiques sur la Chute de Wall Street, étaient remportés par deux Iraniens et un Ukrainien.


La finance juive tient les États-Unis

Cette fois c’est à la finance juive, vieille accusation remise au goût du jour, qui tiendrait les États-Unis que s’en prend le Président de la République Islamique d’Iran. Une main-mise des « capitalistes sionistes », qui ont, entre autres buts, celui de « tuer un million de personnes » ou de « contrôler le Moyen-Orient et l’approvisionnement en pétrole pour mettre en œuvre leur politique ». Acculant les populations à se révolter, comme on l’a vu dans le mouvement « Occupy Wall Street », mouvement qui n’a pu être réprimé en dépit de brutalités policières. C’est ce que déclarait Mahmoud Ahmadinejad le 10 juillet à l’occasion de la Conférence internationale sur le Réveil Islamique qui se tient à Téhéran.

Il ajoutait que cette main mise rend illusoire toute déclaration américaine à propos de « démocratie ou de liberté des nations », accusant « les dirigeants de la Maison Blanche de perpétrer la pire des répressions contre le peuple américain »... Ce qui, venant d’un dirigeant régulièrement condamné pour ses violations des droits de l’homme est particulièrement osé. Des « violations ininterrompues » dont s’inquiétaient officiellement les Nations unies tout récemment, citant « suppression des libertés civiles, arrestations arbitraires et détentions, absence de procédures juridiques respectant les droits des accusés et une augmentation significative du nombre d’exécutions ».= Ainsi, le 20 mai dernier, Téhéran pendait le jeune Majid Jamali Fashi, accusé d’avoir assassiné un scientifique iranien pour le compte d’Israël sans que quiconque puisse dire qu’il a été jugé dans le respect de ses droits les plus élémentaires et sans même qu’on puisse dire s’il a tué qui que ce soit ni pourquoi. Alors même que Michel Rocard se trouvait à Téhéran pour une visite qui l’avait enthousiasmé mais qui ne dit mot de cette exécution...

L’Iran soutient le mouvement « Occupy Wall Street »

Toujours à l’international et sur le même thème, le 9 juillet à Téhéran se terminait un Festival du dessin humoristique sur la Chute de Wall Street. Organisé par l’agence de presse iranienne Fars News, avec le soutien du gouvernement, ce Festival était destiné à soutenir le mouvement « Occupy Wall Street ». Les premier et troisième Prix ont été remportés par des dessinateurs iraniens, le second par un artiste ukrainien. Les dessins choisis pour participer au Festival ont fait et feront l’objet d’expositions dont l’une sera itinérante. Il y a également eu une couverture médiatique abondante. Ou comment en remettre une couche contre le « Grand Satan » - les États-Unis – et « le Petit Satan » - Israël -...Cette charge contre le capitalisme étant également une charge contre les capitalistes, lire les Sionistes / Juifs


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil