Out of the Ghetto

Raphaël Draï, Radio J, le 30 mai 2012

lundi 30 avril 2012, par Desinfos

Dans sa tribune au journal israélien « Haaretz » , le président du CRIF n’a fait qu’exprimer , hors de toute polémique , le sentiment de l’immense majorité de la communauté juive à l’approche du second tour de l’élection présidentielle française .Sans faire acception de personne ou nourrir l’on ne sait quel procès d’intention , elle constate que François Hollande est soutenu massivement par des partis et des mouvements d’extrême gauche et par un électorat écologiste qui non seulement se trouvent en pointe des manifestations dirigées contre l’ Etat d’ Israël , alors qu’ils restent indifférents aux massacres perpétrés en Syrie , mais qui militent aussi de manière virulente contre l’abattage rituel juif , contre la chéh’ita.


Cette communauté qui a des intérêts aussi légitimes que spécifiques doute fortement qu’en cas d’arrivée de la gauche au pouvoir François Hollande, quels que soient ses dispositions personnelles, puisse aller contre le sentiment de son électorat. Par la même force des choses, elle doute que la diplomatie française ne votera pas cette fois au Conseil de sécurité pour la reconnaissance unilatérale d’un Etat palestinien alors que Nicolas Sarkozy s’y était opposé même s’il l’avait compensé par l’admission de la Palestine, comme disent les ennemis d’Israël, à l’UNESCO.

Pour une fois que le CRIF était vraiment en phase avec la communauté, on peut regretter qu’il ait suffi du coup de tromblon exterminateur d’un Claude Askolovitch dans « Marianne2 » pour qu’il se fende d’une mise au point à l’eau tiède et opère un retour rapide dans les rangs. C’est que le dénommé Claude Askolovitch n’y est pas allé de main morte. Ne pas entonner le chant de gloire pour Hollande, comme il s’y emploie , c’est être , tenons nous bien, un déchet de ghetto, un suppôt de Le Pen et in fine un salaud, bien sûr au sens de Sartre puisque notre tireur d’élite ne sait pas faire deux phrases sans montrer qu’il a eu la moyenne à l’épreuve de français au baccalauréat .

Mais n’est- ce pas lui qui cherche à tout prix à s’extirper socialement et professionnellement d’un ghetto qui n’existe que dans sa tête ? Il est vrai qu’il doit lui paraître loin le temps où il tendait le micro au grand rabbin Sitruk pour le livre d’entretiens plutôt flagorneur signé par l’ancien grand rabbin de France. Est- ce cela qui attend la communauté juive ? Ne pas plus pouvoir émettre une opinion sans se faire insulter et de se voir intimer l’ordre de penser correctement comme aux temps les plus sombres de son histoire ?

Chacun en sera quitte pour se faire soi- même sa religion car si le roi Salomon a pu dire qu’il est aussi impossible de déceler la trace du passage de l’oiseau dans le ciel que celle du navire dans la mer on pourrait y ajouter celle de la décision de l’électeur dans l’isoloir.

Quoi qu’il en soit je n’ai pas le souvenir d’une campagne pour les présidentielles aussi brutale, parfois aussi féroce. Nul doute qu’elle laissera des traces car tout de suite après le 6 mai commencera la campagne pour les législatives. Espérons alors que les sujets de la plus grande importance seront enfin abordés : la dette abyssale, le chômage des jeunes, l’intégration des enfants issus de la seconde et troisième génération des migrants, la construction d’une Europe qui ne soit pas qu’un marché et tant d’autres sujets.

Le ghetto n’est pas une invention juive et là où il se trouvent les Juifs ont toujours voulu travailler à ciel ouvert au bien commun. Ils le feront également le 6 mai 2012, selon leur vitale tradition car, comme le disait un jour le président Jean Kahn, il y a en France des citoyens français depuis qu’il y a des citoyens. Ajoutons qu’ils le resteront tant qu’il en restera .Personne n’influencera leur vote car à la différence des idoles de bois et de fer moquées par le roi David ils ont des yeux pour voir et des oreilles pour entendre.


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil