Diabolisation, délégitimation : le maillage. Le cas de la « Marche Globale sur Jérusalem »

Par Hélène Keller-Lind

mardi 27 mars 2012, par Desinfos

La « Marche sur Jérusalem » organisée pour le 30 mars par plus de 20 organisations palestiniennes et diverses organisations anti-israéliennes se disant non-violentes s’inscrira dans le maillage ayant pour objet de délégitimer et diaboliser Israël. Les organisateurs espèrent mobiliser des foules aux frontières d’Israël mais aussi à des check-points et devant des ambassades ou représentations israéliennes dans le monde dans une gigantesque opération publicitaire.


Mobiliser les foules

« Nous intensifions notre lutte contre l’exil forcé et le système de l’apartheid israélien pour la Journée de la Terre 2012. Nous, les Palestiniens, avons subi un nettoyage ethnique et avons été déracinés de notre terre lors de la Nakba - catastrophe -de 1948, créant les millions de réfugiés qui vivent actuellement en Diaspora. Dix-neuf ans plus tard, en 1967, Israël a annexé illégalement Jérusalem-Est et la Cisjordanie, une action qui a provoqué la Naksa - Recul - et soumis les Palestiniens restant à une occupation militaire brutale ».

C’est ainsi que la vingtaine d’associations palestiniennes- qui vivent des subsides qui sont versées par la communauté internationale – présente cette « Marche sur Jérusalem » du 30 mars prochain. Elles listent ensuite les soi-disant méfaits d’Israël, décrit comme étant « un État sionistes raciste » . Autant de slogans publicitaires simplistes connus mais qui marchent : « apartheid, colonies illégales, Mur de Séparation des villages palestiniens, la ville sacrée de Jérusalem menacée de judaïsation ». Autant d’incitations à la haine d’Israël et des Juifs.

Ces organisations concluent ainsi : «  Nous demandons donc à tous nos frères et sœurs à travers le monde de rejoindre les Palestiniens pour la Journée de la Terre, le 30 Mars 2012, pour défier les barrières, les frontières et les procédures qui séparent les Palestiniens de Jérusalem et de leur maison et leurs terres dans toute la Palestine historique  ».

Revendication sur la « Palestine historique » et soutiens multiples

Palestine historique : lire non seulement les Territoires et la Bande de Gaza mais aussi Israël. D’ailleurs le sigle choisi pour ce mouvement montre clairement Israël coloré en vert. D’ailleurs, inlassablement, la télévision officielle palestinienne, qui dépend directement de Mahmoud Abbas, cite des villes israéliennes qui seraient, selon elle, palestiniennes. Ce qui vient d’être fait pendant tout le mois de mars par le biais de chansons. Ce qu’a relevé Palestinian Media Watch –


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil