Réactions à l’émission télévisée de FRANCE 2 « Tout le Monde en Parle » du 5 février 2005 en présence de Leila Shahid, Mikael Young et Jérôme Clément.

dimanche 6 février 2005


Sous pretexte d’avoir découvert une certaine « judaicité », M. Clément était l’invité de ce cher ardisson hier soir ...

M. Clément je rappelle est le président de ARTE...

Vint donc une autre invité sur le plateau la représentante et ancienne complice du terroriste soigné par la France !!! leila...

Il était bien entendu très visible que ces deux personnes se connaissaient parfaitement. Le baise-main de M. Clément à leila et de rappeller qu’il était en voyage la semaine dernière à Jérusalem, et Ramallah....................

leila présentait le livre de sa « mère » fille du célèbre mufti de jérusalem, le copain de hitler...

Maintenant ce que je pense qui est le plus grave ! Elle parle d’une paix et revient bien entendu tout de même à « deux conditions »

Ah lala on y est pas encore

Rappel à ce sieur ardisson, les habitants du goush katif, ne sont pas des colons !!!


Le Président

DRANCY LE 5 FEVRIER 2005
Sammy GHOZLAN

COMMUNIQUE

Le BNVCA et le CCJ93 tiennent a féliciter l’acteur Mikaël Young, qui sur le plateau de France 2, invité dans l’émission de Thierry Ardisson « Tout le Monde en Parle » est parvenu à sa manière, à faire reculer la déléguée de Palestine Leila Shahid petite fille du mufti de Jérusalem, antijuif avéré et allié objectif d’Hitler.

Venue présenter un livre peut être écrit par sa mère, la diplomate propagandiste, plus propagandiste que diplomate a dû céder aux arguments de l’artiste appuyés au final par Jérôme Clément président de la chaîne ARTE, considérant que les terroristes palestiniens qui se font exploser dans des bus israéliens, mettaient en danger tout espoir de paix dans la région.

Quant à M. Jérôme Clément, fils d’une mère juive et d’un père catholique, venu sur le même plateau pour présenter son livre « Plus tard, tu comprendras » (*), nous sommes choqués d’apprendre, que pendant la guerre, alors qu’au risque de leur vie, des Français cachaient et tentaient de sauver des juifs anonymes, le père de Jérôme Clément a dévoilé la judéité de son épouse à la police de Vichy.


(*) « Plus tard, tu comprendras », le titre qu’a choisi Jérôme Clément, le président d’Arte, pour entourer de mots le « cadeau » qu’il offre en mémoire à sa mère défunte, dit tout.

Il y avait aussi un « secret » de famille chez les Clément, des pans laissés dans l’ombre, du côté maternel, du côté des Gornick, du nom de jeune fille de Raymonde, mariée, malgré l’opposition de leurs parents respectifs, à Yves.

Elle était juive, il était catholique. Leur fils, baptisé dans la religion du père, n’a découvert qu’après leur disparition comment et pourquoi le couple avait mal surmonté l’épreuve du conflit. Raymonde a porté l’étoile jaune, ses parents qu’elle a longtemps attendus, elle aussi, devant le « Lutetia » ont été assassinés à Auschwitz. Yves, lui, s’est plié aux lois de Vichy, a plaidé l’aryanité de sa branche.


Articles des brèves

Mots-clés

Accueil