Netanyahou ŕ l’AIPAC : concernant l’Iran « 2012 n’est pas 1944 » et « personne ne peut attendre beaucoup plus longtemps ».

mercredi 7 mars 2012, par Desinfos

Discours déterminé du Premier ministre israélien devant 13.000 Démocrates et Républicains, amis indéfectibles d’Israël ŕ l’AIPAC le 5 mars. Le danger planétaire d’un Iran nucléaire était au cśur des réflexions de Benjamin Netanyahou le replaçant dans son contexte historique et réaffirmant qu’Israël a le droit de se défendre et le fera. Il se félicitait, par ailleurs, du soutien du Président Obama exprimé dans son discours tenu dans la męme enceinte mais soulignait que le temps presse.


Identité de vues, mais...

Il y a identitĂ© de vues entre les États-Unis et IsraĂ«l soulignait Benjamin Netanyahou qui expliquait « pourquoi l’Iran ne doit jamais ĂŞtre autorisĂ© Ă  dĂ©velopper des armes nuclĂ©aires ». Car « le PrĂ©sident Obama a rĂ©affirmĂ© qu’il s’est engagĂ© Ă  empĂŞcher que cela n’arrive. Il a dĂ©clarĂ© clairement que toutes les options sont sur la table, et que la politique amĂ©ricaine n’est pas une politique d’endiguement.
Eh bien, IsraĂ«l a exactement la mĂŞme politique. Nous sommes dĂ©terminĂ©s Ă  empĂŞcher l’Iran de dĂ©velopper des armes nuclĂ©aires ; nous laissons toutes les options sur la table, et l’endiguement n’est certainement pas une option ».

Toutefois, Benjamin Netanyahou, envoyait un message appuyĂ© et des vĹ“ux de prompt rĂ©tablissement Ă  « un grand ami d’IsraĂ«l, le SĂ©nateur Mark Kirk, coauteur de la loi Kirk-Menendez [durcissant] les sanctions contre l’Iran ». Une loi Ă  laquelle l’administration Obama avait tentĂ© de s’opposer.

Les dangers de l’Iran pour le monde

Rappelant les points saillants des mĂ©faits d’un Iran sponsor du terrorisme, entre autres « responsable de l’assassinat de centaines, sinon de milliers, d’AmĂ©ricains », il soulignait que « un Iran dotĂ© d’armes nuclĂ©aires donnerait un essor considĂ©rable au terrorisme en donnant aux terroristes un parapluie nuclĂ©aire. Un Iran nuclĂ©aire pourrait couper l’approvisionnement du monde en pĂ©trole et fermer le dĂ©troit d’Ormouz comme il menace de la faire. Et voici le pire de tous les cauchemars, avec des armes nuclĂ©aires, l’Iran pourrait nous menacer tous d’un terrorisme nuclĂ©aire ».

Cela fait quinze ans que Benjamin Netanyahou a « averti que l’Iran dotĂ© d’armes nuclĂ©aires serait un grave danger pour IsraĂ«l et la paix et la sĂ©curitĂ© du monde entier ». Certes, dit-il, « ces dix dernières annĂ©es, la communautĂ© internationale a essayĂ© la diplomatie » mais « cela n’a pas marchĂ© ». Puis,
« pendant six ans, la communautĂ© internationale a appliquĂ© des sanctions. Cela n’a pas marchĂ© non plus ». Et si, dit-il, « j’apprĂ©cie les efforts faits rĂ©cemment par le PrĂ©sident Obama pour imposer des sanctions encore plus sĂ©vères contre l’Iran » et si « ces sanctions marchent contre l’Ă©conomie de l’Iran, malheureusement, le programme nuclĂ©aire de l’Iran continue Ă  progresser ».

Ni nĂ©gociations, ni sanctions n’ont empĂŞchĂ© l’Iran de poursuivre sa route vers le nuclĂ©aire : IsraĂ«l doit se dĂ©fendre

Et de conclure : « IsraĂ«l a attendu patiemment que la communautĂ© internationale rĂ©solve ce problème. Nous avons attendu que la diplomatie marche. Nous avons attendu que les sanctions marchent. Aucun de nous ne peut se permettre d’attendre beaucoup plus longtemps ».

Il dĂ©clarait par ailleurs que « comme Premier ministre d’IsraĂ«l, je ne laisserai jamais mon peuple vivre sous le menace de son anĂ©antissement ». Rendant hommage Ă  Yossi Peled, prĂ©sent ce soir-lĂ , il retraçait l’histoire de cet enfant cachĂ© pendant la guerre en Belgique, dont une grande partie de la famille fut assassinĂ©e Ă  Auschwitz, qui devint « l’un des plus braves gĂ©nĂ©raux d’IsraĂ«l » et est ministre du gouvernement actuel. Ajoutant que son histoire est celle « d’un peuple impuissant et apatride qui est devenu une nation forte et fière, capable de se dĂ©fendre....IsraĂ«l qui doit toujours garder le droit de ses dĂ©fendre ».

Le lâchage du monde pendant la Shoah ne saurait se reproduire : 2012 n’est pas 1944

Autre leçon Ă  tirer du passĂ© : « Dans mon bureau », dit-il, « j’ai des copies d’un Ă©change de lettres entre le Congrès juif mondial et le ministère de la Guerre des États-Unis.Voici les lettres :
C’Ă©tait en 1944. Le Congrès juif mondial implorait le gouvernement amĂ©ricain de bombarder Auschwitz. La rĂ©ponse est venue cinq jours plus tard. Je tiens Ă  vous la lire.
Une telle opĂ©ration ne pourrait ĂŞtre conduite qu’en dĂ©tournant un appui aĂ©rien considĂ©rable essentiel pour la rĂ©ussite de nos forces ailleurs ...et en tout cas, son efficacitĂ© serait si peu certaine qu’elle ne justifierai pas l’utilisation de nos ressources ...’
Et, mes amis, voici la phrase la plus remarquable de toutes, je cite :
’De tels efforts pourraient provoquer des actions plus vindicatives encore par les Allemands’.
Pensez bien Ă  ça ’des actions plus vindicatives encore’ que la Shoah.

Le Premier ministre d’IsraĂ«l concluait : « 2012 n’est pas 1944. Le gouvernement amĂ©ricain est diffĂ©rent aujourd’hui. Vous l’avez entendu dans le discours du prĂ©sident Obama hier. Mais voici mon point de vue : le peuple juif est diffĂ©rent aussi. Aujourd’hui, nous avons notre propre État. Et le but de l’État juif est de dĂ©fendre les vies juives et d’assurer l’avenir des Juifs.
Jamais plus nous ne pourront être maîtres du destin de notre propre survie. Jamais plus.
C’est pourquoi IsraĂ«l doit toujours avoir la capacitĂ© de se dĂ©fendre par lui-mĂŞme, contre toute menace.
Nous apprĂ©cions profondĂ©ment la grande alliance entre nos deux pays. Mais quand il s’agit de la survie d’IsraĂ«l, nous devons toujours rester maĂ®tres de notre destin ». Et il promettait que « en tant que Premier ministre, je ne jouerai jamais avec la sĂ©curitĂ© de l’État d’IsraĂ«l ».

Un État juif qui garantit les droits civiques face à un régime archaïque qui pend et lapide femmes et homosexuels


Benjamin Netanyahou faisait par ailleurs l’Ă©loge de l’État juif « le seul endroit au Moyen-Orient oĂą les minoritĂ©s jouissent de tous les droits civiques ; le seul endroit au Moyen-Orient oĂą les Arabes jouissent pleinement de droits civiques ; le seul endroit au Moyen-Orient oĂą les chrĂ©tiens sont libres de pratiquer leur foi ; le seul endroit au Moyen- Orient, oĂą de vĂ©ritables juges protègent la primautĂ© du droit ».

Évoquant Esther « qui a changĂ© l’histoire juive » en cette veille de Pourim il affirmait enfin que « en tant que Premier ministre d’IsraĂ«l, je protĂ©gerai toujours la dĂ©mocratie d’IsraĂ«l – toujours. Je ne permettrai jamais Ă  quoi que ce soit de menacer la vie dĂ©mocratique d’IsraĂ«l et surtout, je ne tolĂ©rera jamais aucune discrimination contre les femmes... » Tableau contrastant avec les rĂ©alitĂ©s « du rĂ©gime des Ayatollahs qui a violĂ© toutes les règles internationales et toutes les normes....pend les homosexuels et lapide les femmes... », entre autres violations.

Dans ce contexte, dit-il, « les dirigeants responsables ne devraient pas miser la sĂ©curitĂ© de leurs pays sur la conviction que l’un des rĂ©gimes les plus dangereux du monde n’utilisera pas les armes les plus dangereuses du monde ».


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil