AIPAC l’Iran au cúur des discours

HťlŤne Keller-Lind

dimanche 4 mars 2012, par Desinfos

Face ŗ l’Iran les …tats-Unis sont dťterminťs et estiment qu’IsraŽl a le droit de faire ce qu’il entend pour garantir sa sťcuritť, dťclare Barack Obama devant l’AIPAC le 4 mars ŗ Washington, mÍme si, dit-il, tout le monde prťfťrerait des solutions pacifiques. Il souligne ťgalement qu’il a apportť une aide sans prťcťdent ŗ IsraŽl et que son amitiť s’est traduite dans les faits. Une amitiť pour laquelle Shimon PŤres le remerciait.


Alors que certains pr√©voyaient que le Pr√©sident am√©ricain exprime un d√©saccord avec Isra√ęl sur d’√©ventuelles frappes contre le nucl√©aire militaire iranien, Barack Obama a d√©clar√© devant l’AIPAC √† Washington que si « nous pr√©f√©rons tous r√©soudre cette question ‚Äď du nucl√©aire militaire iranien ‚Äď par la diplomatie...les dirigeants iraniens ne devraient pas douter que les √Čtats-Unis sont d√©termin√©s, comme ils ne devraient pas douter du fait qu’Isra√ęl a le droit de d√©cider par lui-m√™me e ce qui est n√©cessaire pour assurer ses besoins en mati√®re de s√©curit√© ». Il ajoutait : « j’ai dit que pour arr√™ter l’Iran d’obtenir une arme nucl√©aire, je n’enl√®ve aucune option de la table et je pense ce que je dis. Cela inclut tous les √©l√©ments de la puissance am√©ricaine. Un effort politique pour isoler l’Iran ; un effort diplomatique pour soutenir notre coalition et nous assurer que l’Iran est surveill√© ; un effort √©conomique pour imposer des sanctions qui paralysent ; et, oui, un effort militaire qui doit √™tre pr√™t pour toute √©ventualit√© ».

D√©clarations faites apr√®s qu’il eut d√©clar√© que tout le monde pr√©f√©rerait trouver des solutions pacifiques pour r√©soudre cette question et qu’il ait mis en garde contre de faux espoirs que pourraient susciter une volont√© affich√©e de l’Iran de reprendre des n√©gociations pour, en r√©alit√©, tenter de gagner du temps. Des propos faisant √©cho √† ceux que tenait Benyamin Netanyahou le 2 mars √† Ottawa o√Ļ il rencontrait le Premier ministre Stephen Harper, un v√©ritable ami d’Isra√ęl √©galement.

Barack Obama rappelait, en effet, que son amiti√© pour Isra√ęl n’a pas √©t√© que de vains mots mais s’est traduite par une aide militaire concr√®te, notamment pour la mise en place du syst√®me de d√©fense Iron Dome. Mais une aide √©galement devant les Nations unies, en rejetant le Rapport Goldstone, par exemple, ou en s’opposant aux r√©solutions iniques du Conseil des Droits de l’Homme onusien et en soutenant le bon droit d’Isra√ęl lors de l’affaire de la « flottille ». Aide encore pour aider √† sauver le personnel isra√©lien qui √©tait pris au pi√®ge dans l’ambassade d’Isra√ęl au Caire par une foule voulant les lyncher.

Quant √† la paix avec les Palestiniens, s’il l’appelle de ses vŇďux, dit-il, elle ne peut se faire que si la s√©curit√© d’Isra√ęl est garantie, si les Palestiniens renoncent √† la violence et respectent les accords sign√©s. Ce qui n’est pas le cas du Hamas, soulignait-il.

Barack Obama rendait un vibrant hommage √† son « ami, Shimon Peres » dont il rappelait le parcours et le r√īle qu’il a jou√© en Isra√ęl, dans le respect des « valeurs humaines, de la dignit√© et de la libert√© ». Ce dernier faisait √©tat de son amiti√© pour le Pr√©sident Obama, soulignait qu’Isra√ęl est toujours rest√© une d√©mocratie et rapportait les derni√®res paroles que lui dit son grand-p√®re alors qu’il partait pour la terre d’Isra√ęl : « Shimon reste juif ». Son grand-p√®re, le Rabbin Tzvi Melzer qui fut enferm√© dans la synagogue de bois de son village en 1942 avec tous les habitants juifs et qui y p√©rit par les flammes allum√©es par les nazis. Ce grand-p√®re qui, avec Ben Gourion devint « la boussole » qui guid√© toute l’action de Shimon Peres.

A propos de l’Iran « un r√©gime corrompu sur le plan moral...un danger pour le monde entier et qui doit √™tre arr√™t√© et le sera », le Pr√©sident isra√©lien faisait √©tat d’une identit√© de vue parfaite entre Isra√ęl et les √Čtats-Unis.

A l’heure o√Ļ sont √©crites ces lignes le discours tr√®s attendu de Benyamin Netanyahou n’a pas encore √©t√© prononc√©.


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil