Doha : la machine de guerre anti-israťlienne enclenchťe autour de Jťrusalem

HťlŤne Keller-Lind

mercredi 29 février 2012, par Desinfos

ę La Confťrence Internationale pour la Dťfense d’Al Quods occupťe Ľ - lire Jťrusalem Ė se termine par une dťclaration incendiaire accusant IsraŽl de vouloir ę judaÔser Jťrusalem Est, en effacer le caractŤre musulman, chrťtien et palestinien Ľ. Un soutien est apportť ŗ lí…mir du Qatar qui va demander au Conseil de Sťcuritť que soit nommťe une Commission pour examiner ę les mťfaits d’IsraŽl depuis l’occupation de Jťrusalem Ľ. Parmi les participants, deux FranÁais : le journaliste Backmann, militant anti-israťlien trŤs actif, et le nouveau conseiller diplomatique du gouvernement franÁais qui n’est autre que l’ancien consul de France qui prťsida ŗ la fermeture de l’Alliance franÁaise de Jťrusalem.


La Conf√©rence Internationale pour la D√©fense de J√©rusalem s’est termin√©e par une d√©claration muscl√©e accusant Isra√ęl de noirs dessins visant √† juda√Įser J√©rusalem en proc√©dant √† des transferts de la population palestinienne, des expulsions, etc. On pourra prendre connaissance de ses termes plus bas. On notera qu’aucun des participants ne semble s’√™tre oppos√© √† cette d√©claration.

On notait la pr√©sence de deux Fran√ßais parmi les quelque 345 participants venus de 70 pays. L’un est un journaliste du Nouvel Observateur, Ren√© Backmann dont on conna√ģt les positions et l’activisme contre ce qu’il appelle « Un mur en Palestine », qui ne prot√©gerait pas vraiment du terrorisme selon lui et serait en r√©alit√© une fronti√®re d√©guis√©e. Son livre sur le sujet vient d’ailleurs d’√™tre publi√© en anglais. Il condamne aussi, bien entendu, ce qu’il appelle « la colonisation » contre-v√©rit√© s√©mantique. Sa pr√©sence √† Doha n’avait donc rien d’√©tonnant. Il y avait sa place avec les Neturei Karta.

Cohérence et continuité de la politique française...

Quant √† la pr√©sence de l’autre Fran√ßais, elle est nettement plus g√™nante √©tant donn√© qu’il s’agit de Stanislas de Laboulaye, nomm√© tr√®s r√©cemment conseiller diplomatique du gouvernement fran√ßais, apr√®s la fin de sa mission d’Ambassadeur de France aupr√®s du Vatican. Il n’a apparemment gu√®re protest√© contre aucune des formulations assassines de cette Conf√©rence √† laquelle il a particip√© en tant que repr√©sentant du minist√®re fran√ßais des Affaires √©trang√®res.

Ce diplomate avait √©t√© consul de France √† J√©rusalem dont on sait qu’il est en r√©alit√© l’Ambassadeur de France aupr√®s des autorit√©s palestiniennes. Et qu’il ne joue pas un r√īle d’apaisement dans la r√©gion, √† en juger par la programmation des centres culturels fran√ßais qu’il chapeaute dans les Territoires palestiniens. L’un de ses invit√©s de marque ayant √©t√© St√©phane Hessel, pour ne prendre qu’un exemple. C’est d’ailleurs ce consulat qui entretient des relations suffisamment bonnes avec les autorit√©s g√©rant la Bande de Gaza ‚Äď le Hamas- pour y maintenir le seul centre culturel √©tranger qu’il va agrandir pour un co√Ľt de 1 millions d’‚ā¨....

Et c’est pendant qu’il √©tait consul de France et en √©tait responsable en partie que l’Alliance fran√ßaise de J√©rusalem a longuement d√©p√©ri jusqu’√† sa fermeture. Le pr√©texte ayant √©t√© que le Pr√©sident local ne parvenait pas √† r√©unir suffisamment de fonds pour assurer son fonctionnement. La r√©alit√© √©tant bien diff√©rente √©tant donn√© que la conseill√®re culturelle de l’√©poque avait refus√© des financements que la derni√®re directrice de cette Alliance avait trouv√©s. En effet, le Quai d’Orsay ne pouvait accepter la pr√©sence d’un organisme franco-isra√©lien √† J√©rusalem consid√©r√© pour la diplomatie fran√ßaise comme un corpus separatum et non pas un territoire isra√©lien. Le consulat a donc laiss√© les choses se d√©grader progressivement jusqu’√† la fermeture de l’Alliance. Elle fut remplac√©e par un Centre culturel alibi dont l’aura est bien moindre. La diff√©rence √©tant qu’un centre culturel est enti√®rement fran√ßais et √©tait donc jug√© acceptable par le minist√®re des Affaires √©trang√®res fran√ßais. Il y en a d’ailleurs un autre dans la partie Est de J√©rusalem. On a pu y voir des affiches d√©plorant la « Nakba »...Issue de l’immigration, la conseill√®re culturelle qui avait fait ses classes √† Damas et au Caire et interdisait √† ses subordonn√©s de r√©sider dans la partie ouest de la ville, est aujourd’hui Ambassadeur de France dans le Sultanat d’Oman....

La d√©claration de Doha √† la fin de la Conf√©rence Internationale de D√©fense d’Al Quods

« La Conf√©rence internationale pour la d√©fense de J√©rusalem a √©t√© accueillie √† Doha, la capitale de l’Etat du Qatar du 26 au 27 F√©vrier 2012 pour appliquer la r√©solution 503 du 22√®me sommet arabe qui s’est tenu √† Syrte, le 28/3/2010. La Conf√©rence s’est tenue sur ce th√®me : « soutenir la fermet√© de J√©rusalem », sous les auspices et en pr√©sence de Son Altesse l’Emir du Qatar Cheikh Hamad bin Khalifa Al Thani, en pr√©sence du Pr√©sident de l’Etat de Palestine, Mahmoud Abbas, le Secr√©taire g√©n√©ral de la Ligue arabe, le Dr Nabil Al Arabi, des ministres arabes des Affaires √©trang√®res, des dirigeants d’organisations internationales et r√©gionales et les organismes, organisations et f√©d√©rations qui d√©fendent les droits de l’homme, des eccl√©siastiques, ainsi que des intellectuels, des personnalit√©s juridiques, politiques qui se sont r√©unis pour une mobilisation historique mondiale pour exprimer leur solidarit√© avec le peuple palestinien dans la ville de J√©rusalem et leurs droits l√©gitimes.

Soutenir J√©rusalem et s’engager √† soutenir sa r√©silience et la stabilit√© de son peuple dans la lutte contre la juda√Įsation de cette ville √©ternelle, la ville de la tol√©rance, la coexistence religieuse et le m√©lange des cultures de tout temps avant l’occupation. Apr√®s une analyse approfondie du statu quo de la ville et des √©normes d√©fis auxquels est confront√©e son identit√© arabe, des menaces de juda√Įsation, y compris le d√©placement forc√© des personnes et l’escalade de mesures visant √† d√©truire la saintet√© islamique et chr√©tienne et occulter l’histoire de la ville et son h√©ritage. Nous nous engageons √† respecter les r√©solutions, trait√©s et conventions internationales et adh√©rer aux nobles principes de la Charte des Nations unies concernant le droit international et le droit international humanitaire pour que J√©rusalem redevienne une ville de paix, de s√©curit√©, de libert√© et de justice, en soulignant que c’est la capitale √©ternelle de l‚Äô√Čtat de Palestine  ».

La D√©claration « rend hommage au peuple palestinien √† J√©rusalem pour sa fermet√© face √† des violations isra√©liennes des lieux saints de la ville, de son histoire et de son h√©ritage. Elle se f√©licite que Son Altesse l’Emir du Qatar Cheikh Hamad bin Khalifa Al Thani invite √† utiliser la libert√© de J√©rusalem la libert√© comme centre de gravit√© pour tous les Palestiniens,qu’elle soit une motivation pour parvenir √† une r√©conciliation et mette fin √† la division. Elle appr√©cie et soutient la proposition de Son Altesse l’Emir d’aller devant le Conseil de s√©curit√© pour lui demander d’adopter une r√©solution pour la formation d’une commission internationale pour enqu√™ter sur toutes les actions isra√©liennes entreprises depuis l’occupation de J√©rusalem en 1967 pour effacer ses caract√©ristiques arabes et islamiques.
Elle soutient √©galement la proposition de l‚Äô√Čmir qui demande de pr√©parer une strat√©gie globale pour les diff√©rents secteurs et les projets dont J√©rusalem a besoin et de la volont√© du Qatar de participer de toutes ses capacit√©s dans l’accomplissement de cette strat√©gie.

Elle souligne qu’Isra√ęl viole le droit international et le droit international humanitaire en d√©pla√ßant de force les habitants de J√©rusalem avec des programmes de juda√Įsation, par des d√©nis de justice, en occultant son histoire et son h√©ritage, en ali√©nant des terres et confiscant des biens. La D√©claration appelle les puissances internationales qui restent silencieuses face aux violations isra√©liennes √† prendre leurs responsabilit√©s et contraindre Isra√ęl √† mettre en Ňďuvre toutes les r√©solutions pertinentes des Nations unies concernant J√©rusalem La D√©claration de Doha appelle l’ONU et toutes les institutions concern√©es √† prendre leurs responsabilit√©s √† l’√©gard de J√©rusalem et de ses habitants, s’assurer qu’ils jouissent de tous leurs droits civils, √©conomiques et sociaux dans leur ville, et pr√©server les sites sacr√©s de la ville, les monuments historiques et le patrimoine humain »

Les signataires en appellent ensuite √† la Suisse « d√©positaire de la quatri√®me Convention de Gen√®ve de 1949 pour acc√©l√©rer l’appel √† la reprise de la Conf√©rence des Hautes Parties contractantes √† la Convention pour poursuivre la mise en Ňďuvre des r√©solutions de l’Assembl√©e g√©n√©rale des Nations unies √† cet √©gard, afin de prendre les mesures n√©cessaires pour faire cesser les violations isra√©liennes et assurer la protection de J√©rusalem, de ses habitants et de ses lieux saints ».

Puis, ils expriment leur «  profonde pr√©occupation au sujet des travaux isra√©liens en cours, y compris les fouilles et excavations arch√©ologiques √† Al-Aqsa et autour de la Vieille Ville, qui affectent gravement le caract√®re distinctif de la ville sur le plan religieux, culturel, historique et d√©mographique, et en contradiction avec les d√©cisions de l’UNESCO et les r√©solutions de l’ONU li√©es au territoire de la ville et les r√®gles du droit international et en particulier la Convention de La Haye pour la protection des biens culturels de 1954 ».

La D√©claration « appelle √©galement le monde libre √† d√©fendre la ville de J√©rusalem et √† soutenir ses habitants et ses lieux saints, cela √©tant une obligation et un devoir humain civilis√©, et un droit impos√© par les principes du droit international, les dispositions de la Quatri√®me Convention de Gen√®ve de 1949 , la Convention de La Haye sur la protection des biens culturels en cas de conflit arm√© 1954, la Convention pour la protection du patrimoine mondial culturel et historique du patrimoine 1972, les r√©solutions sur la l√©gitimit√© internationale sur le statut de J√©rusalem comme territoire occup√© et les d√©cisions pertinentes de l’UNESCO » .

Elle « exhorte √©galement les autorit√©s isra√©liennes de cesser les politiques et proc√©dures unilat√©rales pour imposer un fait accompli sur le terrain dans la ville de J√©rusalem, notamment la cessation imm√©diate de toutes les activit√©s de colonisation, la suppression du mur d’apartheid en conformit√© avec l’avis consultatif de la Cour Internationale de Justice, la pr√©servation des lieux saints islamiques et chr√©tiens, la garantie de leur libre acc√®s, les exhortant √† ne pas alt√©rer statut g√©ographique, politique et d√©mographique de la ville pour mettre en place une juda√Įsation.
La D√©claration appelle l’UNESCO √† sauvegarder le patrimoine culturel de la ville occup√©e de J√©rusalem sur la base de ses r√©solutions √† ce sujet, et de travailler √† l’application du huiti√®me alin√©a de la d√©cision de son Conseil d’administration de 35 m / 49 et la r√©solution EX / 12 (185 EX / 14 et 185 EX / 52 modifi√©), qui appelle √† affecter un ou plusieurs experts reconnus pour √™tre qu’ils soient bas√©s en permanente √† J√©rusalem-Est pour faire r√©guli√®rement des rapports sur tous les aspects li√©s au statut √©ducatif, culturel et d√©mographique de la ville de J√©rusalem  ».

Elle « salue les efforts de la Jordanie dans son soutien de la ville de J√©rusalem, et le r√īle de SM le Roi Abdullah bin Al-Hussein qui appuie J√©rusalem, la protection des lieux saints et la fermet√© des habitants de J√©rusalem et en particulier les efforts d√©ploy√©s par l’UNESCO pour obliger Isra√ęl unanimement √† ne pas prendre de mesures unilat√©rales pour modifier les caract√©ristiques de la rue de la Porte des Maghr√©bins ».
Enfin, « les participants √† la Conf√©rence internationale pour la d√©fense de J√©rusalem remercient le Qatar, son √Čmir, le gouvernement et le peuple, pour avoir g√©n√©reusement accueilli cette Conf√©rence, et lui avoir fourni tous les moyens pour r√©ussir, ainsi que leurs efforts en faveur de la ville de J√©rusalem et de ses habitants pour leur position ferme contre l’occupation isra√©lienne et ses dessins permanents pour juda√Įser la ville  ».


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil