Confťrence Internationale sur Jťrusalem : le Reprťsentant du Secrťtaire gťnťral des Nations unies met de l’huile sur le feu...

HťlŤne Keller-Lind

mardi 28 février 2012, par Desinfos

La grand messe anti-israťlienne de Doha au Qatar se poursuit. AprŤs que Mahmoud Abbas ait accusť IsraŽl ę d’ťpuration ethnique Ľ ŗ Jťrusalem Est et appelť les Arabes de par le monde ŗ s’y rendre pour ę forcer le blocus Ľ, c’est au tour du Reprťsentant du Secrťtaire gťnťral des Nations unies, Robert Serry, de fustiger IsraŽl. Bien que prťconisant des nťgociations, il accuse lí…tat hťbreu de les rendre impossibles en construisant des implantations, y compris dans ę Jťrusalem occupťe Ľ et entťrine une partition de la capitale israťlienne.


Robert Serry, Repr√©sentant du Secr√©taire g√©n√©ral des Nations unies aupr√®s de l’OLP et de l’Autorit√© palestinienne, ainsi que du Quartet, a apport√© une caution onusienne √† l’Isra√ęl bashing de Doha. Soulignant « la centralit√© et la signification profonde de J√©rusalem pour les peuples dans le monde », il affirmait que cet « endroit sacr√© ne doit pas √™tre confin√© √† une croyance ou communaut√© et doit √™tre ouverte et accessible √† tous ». Ent√©rinant de fait un partage de J√©rusalem dont le statut, justement, fait partie des questions essentielles devant √™tre n√©goci√©es entre les deux partie.

De plus, il semble oublier que l’ouverture qu’il pr√©conise est en place aujourd’hui. Et que si l’entr√©e √† J√©rusalem pour prier √† la Mosqu√©e Al-Aqsa est parfois restreinte aux Palestiniens les plus jeunes, c’est pour y pr√©venir des troubles. D’ailleurs, en d√©pit de ces pr√©cautions, il vient d’y avoir des violences sur le Mont du Temple lorsque les forces de l’ordre isra√©liennes caillass√©es par des centaines de Palestiniens ont d√Ľ r√©pondre aux agressions. Il y a eu des bless√©s des deux c√īt√©s et un mort parmi les Palestiniens. Des « tensions » qu’√©voque d’ailleurs Robert Serry pour les d√©plorer mais sans admettre qu’elles expliquent que des mesures soient prises par Isra√ęl pour les √©viter.

Le Repr√©sentant estime que des n√©gociations sont n√©cessaires pour r√©soudre « le statut de J√©rusalem et les autres questions centrales et parvenir √† une paix juste et durable ». Toutefois, faisant fi de ses propres recommandations, il d√©clare dans cette enceinte que J√©rusalem doit √™tre « la capitale de deux √Čtats, selon la vision contenue dans les r√©solutions du Conseil de S√©curit√© et l’Initiative de Paix ».

Robert Serry oublie les impératifs de sécurité israéliens

Puis il d√©plore qu’Isra√ęl « continue √† construire des implantations √† J√©rusalem Est occup√©e, comme dans le reste de la Cisjordanie, ce qui sape ces efforts et pr√©juge des questions du statut final, avec souvent des cons√©quences humaines tragiques. Les d√©molitions de maisons, les expulsions forc√©es, et la r√©vocation de permis de r√©sidence permanents sont √©galement source de grand souci. Comme l’est le r√©cent transfert de membres du Conseil L√©gislatif Palestinien depuis J√©rusalem √† Ramallah par le gouvernement d’Isra√ęl  ». Une condamnation ne tenant aucun compte des imp√©ratifs de s√©curit√© isra√©liens, ni m√™me des r√©alit√©s du terrain, certains quartiers juifs de J√©rusalem ne pouvant √™tre d√©crits comme √©tant des « implantations ».

Gel des implantations et arr√™t de d√©molitions de maisons palestiniennes √©tant, selon lui, conforme au droit international qui ne serait pas respect√©. Or les maisons d√©molies le sont parce qu’elles ont √©t√© √©rig√©es sans permis de construire ou parce qu’elles appartenaient √† des terroristes ou √† leur famille. Chaque ordre de d√©molition pouvant √™tre contest√© devant les tribunaux isra√©liens, ce qu’il ne peut ignorer. Il condamnait ensuite « les checkpoints, les permis et la barri√®re de s√©curit√© dont le trac√© », dit-il, « est contraire √† l’opinion exprim√©e par la Cour Internationale de Justice ». Robert Serry fait fi, l√† encore, des consid√©rations vitales de s√©curit√© isra√©liennes. Et fait mine de ne pas savoir que cette barri√®re de s√©curit√© a pr√©venu nombre d’attentats. Attentats touchant surtout des civils et entra√ģnant des repr√©sailles, finalement dommageables pour les Palestiniens eux-m√™mes.

Huile sur le feu


Rappelant que les Nations unies sont pr√©sentes √† J√©rusalem Est et soutient la population palestinienne sur le plan de la sant√©, de l’√©ducation, de l’emploi et de la protection sociale en travaillant avec des organisations locales et la soci√©t√© civile, il en appelait √† des dons pour le trust fund de l’Autorit√© palestinienne et de l’ONU. Il est vrai que les plus gros bailleurs de fonds des Palestiniens sont l’Union europ√©enne ou les √Čtats-Unis et non pas leurs fr√®res arabes....Mais il est vrai aussi que la soci√©t√© civile et les ONG palestiniennes ont initi√© les campagnes de boycott d’Isra√ęl de par le monde et qu’ils les soutiennent activement, ou que l’Autorit√© palestinienne incite quotidiennement √† la haine anti-isra√©lienne ou antis√©mite dans ses m√©dias ou ses manuels scolaires.Mais de cela Robert Serry ne dit mot.

Pour terminer, s’adressant √† cette assembl√©e particuli√®rement hostile √† Isra√ęl, le Repr√©sentant onusien lui demandait son « aide d√©terminante, car ce n’est que gr√Ęce √† la solution de deux √Čtats et une paix isra√©lo-arabe globale que J√©rusalem reprendra la place qui est la sienne comme symbole de saintet√©, de fraternit√© et de paix pour le monde entier ». Ce que, selon lui, J√©rusalem n’est pas actuellement alors qu’Isra√ęl y prot√®ge tous les lieux saints et garantit la libert√© de culte.

S’il avait voulu mettre de l’huile sur le feu, Robert Serry ne s’y serait pas pris autrement.

http://www.qatarconferences.org/


Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil