Réagir aux commémorations de la Shoah

mercredi 26 janvier 2005

Ainsi le monde décide de se souvenir, de dévoiler l’indicible...Mais tout sera-t-il dit, les martyrs seront-ils tous honorés sur cette plaque des Noms dans le marais ?


Non. Certainement pas. Je voudrais sur ce site participer au nom des miens, à ce témoignage, à ce cri arraché au passé.

Des noms, qui reconnaissent, qui redonnent leur identité à ceux dont on les avait dépouillés. Des miens je ne retrouverais que trois noms. Et encore. Des homonymes brouillent leur reconnaissance formelle. Ainsi, des Braunstein Clara et Maurice, qui figurent sur la liste des déportés de Serge Klarsfeld, lesquels sont les « miens » ? Je ne le sais pas. Je ne sais ni où ils sont nés, ni quand, alors ?

Je n’ai connu tout-à-la fois leur existence, et leur assassinat ignoble, que par leur nom, et prénoms, gravés sur la pierre de la tombe « familiale » difficilement retrouvée au cimetière de Bagneux.

Alors,comment faire ? J’ai donc décidé de les réunir tous, dans mon coeur et dans ma mémoire, qu’ils soient Maurice, Clara, Fanny, Henri, Léon et tant et tant. Ils ont tous souffert, ils ont tous disparus dans le silence figé des plaines glacées de la Pologne, arrêtés comme des délinquants, des assassins eux que l’on allait assassiner.

Judith Braunstein


Le courrier des lecteurs

Mots-clés

Accueil