Richard Prasquier parle du Dîner du CRIF 2012

Hélčne Keller-Lind

lundi 13 février 2012, par Desinfos

Le Dîner du CRIF du 8 février a été trčs largement couvert par les médias qui se sont souvent focalisés sur des aspects tels que la poignée de mains entre Nicolas Sarkozy et François Hollande. Il a semblé intéressant de demander au Président du CRIF ses impressions au lendemain de ce rendez-vous annuel républicain et ŕ la veille de son départ pour un court séjour en Israël et de donne quelques extraits des discours


De l'avis gĂ©nĂ©ral, notamment de ceux qui ont assistĂ© aux 27 DĂ®ners du CRIF organisĂ©s annuellement Ă  ce jour, celui du 8 fĂ©vrier a Ă©tĂ© un grand succès, se fĂ©licite Richard Prasquier qui y a senti une Ă©motion et une bonne alchimie. Il y avait cette annĂ©e, en invitĂ© d'Honneur le PrĂ©sident de la RĂ©publique, mais aussi  parmi les invitĂ©s prestigieux le Prix Nobel de Chimie israĂ©lien 2011, un homme au parcours exceptionnel, qui a fait une dĂ©couverte majeure rĂ©volutionnant les thĂ©ories appliquĂ©es aux cristaux et eut Ă  imposer ses idĂ©es rĂ©cusĂ©es pendant une dĂ©cennie. Le PrĂ©sident du CRIF regrette donc que l'on n'ait pas beaucoup parlĂ© de lui dans les mĂ©dias, d'autant qu'il a donnĂ© plusieurs confĂ©rences lors de son sĂ©jour parisien, dont une au Palais de la DĂ©couverte.

Au chapitre émotion, il y a eu la présence des parents de Guilad Shalit qui, lui, encore trop fragile, n'a pu assister au dîner. Noam Shalit, a remercié le Président de la République et tous ceux qui se sont mobilisés pour don fils.

Parmi les phrases fortes qu'a retenues le PrĂ©sident du CRIF : Â« IsraĂ«l est un miracle Â»que dit le PrĂ©sident de la RĂ©publique, s'affirmant « ami d'IsraĂ«l Â» et prĂ©conisant « deux États-Nations pour deux peuples Â».

Richard Prasquier souligne, par ailleurs, que ce qui est devenu l'affaire Zeitouni peut être aisément dénouée. En effet, s'il n'existe aucune procédure d'extradition de citoyens français, une plainte peut être déposée en France par la famille de la jeune femme ou par les autorités israéliennes.

Par ailleurs, la vidĂ©o de 35 minutes qui dĂ©monte l'Ă©mission partiale de France 2 est disponible sur le site du CRIF et le DV peut ĂŞtre obtenu gratuitement en s'adressant au CRIF  .

Le FN, les Verts et le PC n'étaient pas invités.

Autre regret du Dr. Prasquier : que l'on ait si peu repris son propre discours ou son contenu. Les journalistes, dit-il, viennent surtout pour le discours du PrĂ©sident. Mais pour qui s'y intĂ©resse, les deux discours sont disponibles sur le site du CRIF. Et pour qui n'aurait pas le temps de les Ă©couter in extenso, en voici les thèmes principaux. 

 

Discours de Richard Prasquier 

 

ñ Élections Ă  venir : comme leurs concitoyens, les Juifs choisiront sur un projet de sociĂ©tĂ© et des questions d’économie. Mais le CRIF considère qu’il y a des lignes jaunes Ă  ne pas franchir, envers ceux qui distillent un discours de prĂ©fĂ©rence ethnique et envers ceux qui diabolisent IsraĂ«l et appellent Ă  son boycott.

ñ Nationalismes. Le rempart europĂ©en ne doit pas se fissurer. Le Front National : certains s’habituent. Pas nous. Nous ne voterons pas pour le Front National. Nous nous souvenons de  la leçon d'Auschwitz de Samuel Pisar.

ñ D’autres nazis, qui viennent d’un Islam dévoyé, et qui traitent les Juifs de fils de singes et de porcs. Le grand mufti de Jérusalem, nommé par Mahmoud Abbas, appelle au meurtre des Juifs. Ce qui est dans la Charte du Hamas. Écoutez-les

ñ Dans le monde islamiste fleurit  le nĂ©gationnisme, nouvelle arme contre IsraĂ«l

ñ La Fondation Aladin ne se résigne pas à l’avenir que prépare l’éducation à la haine. Espérons que la diffusion du film Shoah par la télévision turque amorcera une ère nouvelle. Le travail est difficile.

ñ Les révolutions arabes suscitent bien plus que des inquiétudes.Comme la Libye, la Syrie, l'Iran.

ñ « Je remercie le gouvernement pour l’aide financière apportĂ©e Ă  la prĂ©servation du camp d’Auschwitz et d'autres camps en France Â».

ñ L’histoire de la Shoah permet d’éprouver les valeurs de notre société. Mais il y a des lieux où cet enseignement est difficile, et où se manifeste un antisémitisme qu’on ne peut plus qualifier de nouveau. Si en 2011 le nombre d’actes antisémites a diminué de 16%, 466 à 389, les atteintes aux personnes, les plus graves, sont restées stables. En 2010 des violences étaient liées à la flottille de Gaza. Pas en 2011. Il y a un socle antisémite très incrusté.

ñ Ils est intolĂ©rable que des enfants juifs soient harcelĂ©s Ă  l 'Ă©cole.

ñ L’antisionisme obsessionnel, c’est de l’antisémitisme.

ñ Il y a parmi les auteurs d’actes antisĂ©mites un certain nombre de personnes de confession musulmane. Sans les stigmatiser il faut y travailler avec ceux  engagĂ©s avec le CRIF dans un dialogue interculturel et inter-religieux dans le cadre de la laĂŻcitĂ©. Exemple de la rencontre rĂ©cente Ă  la Grande MosquĂ©e.

ñ Le 18 mars à la Mutualité à une manifestation en son honneur avec tous les amis d’Israël.

ñ Le CRIF a été interloqué du soutien de la France à l’entrée de la Palestine à l’UNESCO

ñ RĂ©flexion sur l'humanisme. Omar Barghouti Ă©tudiant en IsraĂ«l publie un livre prĂ´nant le boycott anti-israĂ©lien. En revanche on ne parle plus du juge Goldstone quand il revient sur son Rapport, l'assassinat du bĂ©bĂ© Hadas Fogiel : soit qualifiĂ© de bĂ©bĂ© colon, soit indiffĂ©rence des mĂ©dias.

ñ œil sur la Planète. Inacceptable qu’une information militante diabolise Israël en distordant les faits. En réponse aux allégations de cette émission, le Crif a produit un DVD de 30 mn, disponible sur le site du CRIF. Que vaut l’humanisme sans la lucidité.

ñ Délégitimation, et censure des amis d'Israël

ñ La vérité d’Israël, c’est sa créativité scientifique, technique ou artistique: en 10 ans, quatre Nobel en chimie et deux en économie. Notre invité d’honneur israélien ce soir est M. Dan Shechtman, du Technion, prix Nobel de chimie 2011, venu avec le maire de Haifa, M.Yona Yahav

ñ La vérité d’Israël, c’est qu’il est l’Etat du peuple juif, et que le centre spirituel et la capitale historique du peuple juif, c’est Jérusalem. Et la réalité du conflit, Monsieur le Président de la République, est que, malgré tous nos espoirs, tous vos espoirs, les dirigeants palestiniens ne reconnaissent toujours pas cette vérité-là

ñ « Depuis cinq ans, il y avait dans mon discours une invocation Ă  Gilad Shalit et dans le vĂ´tre, ou celui du Premier Ministre, une rĂ©fĂ©rence Ă  l’importance particulière que vous attachiez Ă  sa libĂ©ration. Vous avez rappelĂ© au monde que Gilad Ă©tait français, et que sa capture Ă©tait aussi une agression contre la France. Les Shalit savent ce qu’ils vous doivent, et nous sommes honorĂ©s mais pas surpris qu’ils aient rĂ©servĂ©  leur première visite hors d’IsraĂ«l pour vous remercier Â».

 

Discours de Nicolas Sarkozy, prononcé sans ses notes

ñ C'est une grande émotion pour chacun ici, et je suis sûr que c'est une grande émotion pour tous les Français, quels qu'ils soient, que Gilad Shalit soit sur le territoire de la République française. Il y a eu mobilisation. Gilad a été persécuté, maltraité, torturé

ñ Honte à ceux qui ont fait cela ! Honte à tous ceux à travers le monde qui pensent que quelque idée que ce soit puisse justifier ce comportement barbare. Aucune idée, aucune idéologie, aucune situation ne peut justifier ce qui lui a été fait.

ñ Hommage au ses parents et à Benyamin Netanyaou. Un échange de 1000 contre un, c'est la marque qu'Israël est une démocratie

ñ Qui s'est plus dĂ©testĂ©, qui s'est plus affrontĂ© Ă  travers l'histoire de l'humanitĂ©, que les Français et les Allemands ? OĂą y a-t-il eu les conflits les plus barbares, les plus sanglants ? OĂą s'est dĂ©roulĂ©e la Shoah ? En Europe.  Exemple de l'amitiĂ© France Allemagne. Adenauer et de Gaulle : la haine ça suffit. Les peuples n'ont pas de choix : ils divergent ou ils convergent. Au bout de la divergence, il y a l'affrontement. Au bout de la convergence, il y a la paix.

ñ Mes cher amis, Israéliens et Palestiniens...la haine ne vient pas des peuples mais de dirigeants de circonstances.

ñ La France ne transigera pas avec la sécurité d'Israël, parce qu'Israël c'est un miracle. Sur les décombres, cette démocratie est née. C'est un symbole considérable qui va au-delà de ce petit pays par le nombre d'habitants et par le nombre de kilomètres carrés. Israël, c'est un miracle

ñ La disparition d'IsraĂ«l, ce serait un drame qui irait bien au-delĂ  d'IsraĂ«l, ce serait un recul effrayant de l'histoire. Et lorsque Ahmadinejad, Monsieur Khamenei parlent de rayer IsraĂ«l de la carte, IsraĂ«l doit savoir qu'elle ne sera pas seule dans ce combat pour la sĂ©curitĂ© que la France n'acceptera jamais que l'on remette en cause la sĂ©curitĂ© d'IsraĂ«l. L'acquisition de l'arme atomique par l'Iran est inacceptable et la diplomatie française, François Fillon, Alain JuppĂ© ont jouĂ© un rĂ´le moteur pour convaincre les 27 pays europĂ©ens de ne plus acheter une goutte de pĂ©trole aux Iraniens, le pĂ©trole reprĂ©sentant les deux tiers des revenus de ce pays.  Sanctions pour Ă©viter le drame.

ñ la solution n'est jamais militaire, la solution est politique, la solution est diplomatique, la solution est dans les sanctions.

ñ Printemps arabe: pas d'antisémite. Inquiétudes et vigilance.

ñ Assad tombera, l'Iran sera affaibli

ñ Tout bouge, dans la région.Il ne peut pas y avoir de gel en son centre. Paramètres connus

ñ « toute ma vie politique, vous le savez, j'ai dĂ©fendu IsraĂ«l. Mais il n'y aura pas de sĂ©curitĂ© dĂ©finitive pour IsraĂ«l, il n'y en aura pas tant qu'il n'y aura pas Ă  ses frontières un Etat palestinien dĂ©mocratique viable et moderne. C'est la seule garantie dĂ©finitive pour IsraĂ«l. J'ajoute un autre point qui me tient très Ă  cĹ“ur : IsraĂ«l, depuis sa crĂ©ation, ce miracle disais-je, a Ă©tonnĂ© le monde par sa force, par sa capacitĂ© Ă  gagner toutes les guerres, par sa solidaritĂ© lorsqu'elle Ă©tait menacĂ©e, par sa capacitĂ© d'attraction. Du monde entier, aux pires pĂ©riodes de l'histoire d'IsraĂ«l, des Juifs, de par le monde, sont venus en IsraĂ«l. IsraĂ«l a suscitĂ© le respect et la crainte. Est-ce que vous ne croyez pas qu'il est venu le moment de rĂ©flĂ©chir Ă  la façon dont maintenant IsraĂ«l va susciter de l'amour, de l'attachement, de l'admiration, de la considĂ©ration Â» ?

ñ Faire admirer Israël, pas simplement par la force de Tsahal, mais par sa capacité à développer économiquement, intellectuellement, des universités extraordinaires sur un tout petit territoire, large de quelques dizaines de kilomètres. Pour sa capacité à assumer son destin,

ñ UNESCO : un geste envers les Palestiniens

ñ la France ne transigera pas avec la sécurité d'Israël, mais la France entend les autres souffrances. La France refuse de parler avec le Hamas, parce que le Hamas ne reconnait pas Israël.

ñ Deux États-nations, un pour le peuple juif, un pour le peuple israélien.

ñ « Jamais la France ne reconnaitra de façon unilatĂ©rale et sans condition l'Etat palestinien. Je l'ai dit au prĂ©sident Abou Mazen, je lui ai dit : il y a des conditions.

ñ Eloge de Benyamin Netanyahou et de son frère.

ñ Lee Zeitouni : La France n'extrade pas ses nationaux mais s'il y a dĂ©pĂ´t de plainte en France, les prĂ©sumĂ©s coupables seront dĂ©fĂ©rĂ©s.

ñ AntisĂ©mitisme «  je veux vous dire ma conviction, que chaque fois qu'un Juif, sur le territoire de notre RĂ©publique, est injuriĂ©, insultĂ©, frappĂ©, c'est une tache sur le drapeau tricolore. L'agression d'un Juif n'est pas l'affaire des Juifs de France, c'est l'affaire de 65 millions de Français, qui ne peuvent pas tolĂ©rer cela Â» .

ñ Turquie: un grand pays mais qui doit regarder son histoire comme l'a fait la France.  « Mes amis Klarsfeld, Simone Veil Â».

Desinfos

Les textes

Mots-clés

Accueil