Le SPCJ vient de publier son Rapport annuel 2011 sur l’antisémitisme en France

Eric de Rothschild. Président

jeudi 9 février 2012, par Desinfos

Madame, Monsieur,
Ce rapport sur l’antisémitisme est publié pour la sixième année consécutive. C’est l’occasion de faire le point sur ce phénomène et de dresser un état précis sur son évolution. Le recensement des actes antisémites est assuré tout au long de l’année, par le Département d’Aide aux Victimes (DAV) du SPCJ, qui recoupe ces chiffres régulièrement avec le Ministère de l’Intérieur.
Le rapport


Comme chaque année, vous y trouverez des études statistiques qui tentent de définir les contours des manifestations de cet antisémitisme, qu’il s’agisse de menaces ou d’actions violentes.

Cette étude est complétée par un certain nombre d’analyses portant un regard d’experts sur l’évolution de ce fléau.

Où trouve-t-il ses racines ?

Quels en sont les leviers ? Quels en sont les « facteurs aggravants » ?

Ce n’est qu’en comprenant les mécanismes et en nommant le mal qu’on peut le combattre. Les fronts sont multiples et notre vigilance s’exerce sans relâche pour traquer toute manifestation d’antisémitisme en France.

Cette année, même si nous assistons à un léger recul du nombre total d’actes recensés, un examen plus précis nous permet d’observer que seuls les inscriptions et les courriers antisémites sont en baisse, alors que les actions et notamment les agressions physiques, se maintiennent à un niveau égal à celui de 2010.

Nous saluons le travail de la Police, pour la prise en compte systématique des signalements qui lui sont faits, et pour sa détermination et son efficacité dans bien des affaires à identifier et retrouver les auteurs.

Nous constatons également que les Parquets, dans la plupart des cas, usent de tout l’arsenal juridique existant pour faire condamner les agresseurs, dès lors qu’ils sont identifiés.

En revanche, notre préoccupation reste entière quant aux efforts en matière de prévention et d’éducation, toujours insuffisants. Il paraît urgent de définir un programme qui abordera tous les sujets et affrontera toutes les difficultés qui se présentent et ceci notamment pour sensibiliser les plus jeunes de notre société aux risques de la haine raciale.

Le chemin qu’il reste à parcourir pour faire reculer plus nettement ces manifestations violentes est long. Mais il appartient à chacun de se demander dans quelle société il souhaite voir grandir et évoluer nos enfants, et de nous rejoindre dans une action difficile mais hautement contributive à l’épanouissement d’une communauté juive vivante et rayonnante.

En dernier lieu, je souhaite dire toute ma reconnaissance à la fois à l’équipe permanente du SPCJ, mais également à l’ensemble des volontaires pour leur engagement dans une mission difficile mais toujours indispensable.


Desinfos

La revue des infos

Mots-clés

Accueil