A Sderot, les résidents, les écoles et les commerces lancent une grève pour protester des tirs de Qassam en cours sur la ville

lundi 17 janvier 2005


Cette petite ville de 20.000 habitants du désert du Néguev, dans le sud d’Israël, a décidé de marquer une journée de deuil et de manifestations pour protester contre l’insécurité provoquée par les Qassam et l’inefficacité des ripostes adoptées par le gouvernement israélien pour que ces tirs s’arrêtent.

« Le pays doit comprendre qu’il se passe ici des choses inacceptables », a affirmé à Kol Israël, le maire de la ville Elie Moyal.

Il a annoncé que les drapeaux seront mis en berne dans sa ville et que les services municipaux observeront une grève de 24 heures.

Elie Moyal a en outre indiqué qu’il dirigera une manifestation de ses administrés vers la ville palestinienne voisine de Beit Hanoun, située à quelques centaines de mètres, dans le nord de la bande de Gaza, à partir d’où les Qassam sont régulièrement tirées.

L’explosion d’un de ces engins a grièvement blessé samedi une jeune fille de 17 ans et plus légèrement son petit frère de 12 ans.

Quatre personnes, dont deux enfants, ont été tuées ces derniers mois par ces engins à Sdérot.

Trois habitants de Sdérot figurent par ailleurs parmi les six civils israéliens qui ont été tués jeudi lors d’un attentat palestinien au point de passage de Karni, dans la bande de Gaza.

Fabriquées par les Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du mouvement terroriste palestinien Hamas, les Qassam sont des engins imprécis pouvant emporter une charge explosive de 5 kg sur une distance d’environ dix kilomètres.


Articles des brèves

Mots-clés

Accueil