Des éleves du Lycée Jean Jaures de Montreuil (93) profanent par leurs comportements et leur propos le lieu de mémoire du Camp de concentration BIRKENAU AUSCHWITZ. lors d’un voyage organisé le 24 novembre

Sammy Ghozlan

vendredi 24 décembre 2004

Le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme dénonce et condamne le comportement volontairement irrespectueux de certains élèves du Lycée Jean Jaurès de Montreuil (Seine St Denis) lors d’une visite des camps de concentration de BIRKENAU-AUSCHWITZ, organisée le 24 novembre 2004, par le Centre de Documentation Juive Contemporaine, et le Conseil Regional d’Ile de France,dans le cadre d’un voyage pédagogique sur l’Antisémitisme et la Mémoire.


En ricanant, en tenant des propos antisémites, en se photographiant avec des positions et des gestes obcènes, en tournant en dérision ce site chargé de l’histoire pesante de l’inhumanité antijuive, nous considérons que ces élèves, choisis pour représenter leur Lycée et le Departement, ont profané ce lieu de mémoire hautement symbolique et témoin de la tragédie des Juifs d’Europe, dont 6 millions ont été déportés das ces camps pour y être détruits, brûlés, assassinés, anéantis parce que juifs. Parmi eux, des enfants enlevés de leurs écoles de Montreuil aussi, après être passés comme 110000 autres juifs par le camp de Drancy en Seine Saint Denis également.

Nous considérons que les sanctions disciplinaires prononcées par la Proviseur de l’Etablissement, alertée par les professeurs choqués de l’attitude des élèves en question, sont insuffisantes car elles ne prennent en compte que l’indiscipline des élèves, sans faire référence au caracère antisémite de leur comportement.

Nous demandons au Procureur de la République d’engager des poursuites pénales à l’encontre de ces mineurs et leurs parents civilement responsables.

Nous demandons qu’il soit procédé à des vérifications salutaires, du contexte culturel dans lequel ces adolescents vivent afin d’identifier etcombattre tout ce qui véhicule et influe leurs préjugés antijuifs.

Nous considérons qu’aujourd’hui la haine antisémite est telle que ces actions, voulues pédagogiques, sont d’autant plus vaines, que l’enseignement de l’Histoire de France, de la 2ème Guerre Mondiale, de ses conséquences comme la Shoa, est souvent perturbé voire contesté et ne peut plus être sereinement dispensé dans les écoles de la République


La revue des infos

Mots-clés

Accueil