L’Union européenne et Israël se félicitent du réchauffement de leurs relations, le vieux continent peut rapprocher les pays arabes modérés et Israël. Silvan Shalom appelle les Européens à faire preuve de fermeté avec l’Iran

jeudi 16 décembre 2004


L’Union européenne et Israël ont mis le 13 décembre en avant le réchauffement actuel de leurs relations, à l’occasion de la signature à Bruxelles d’un plan d’action pour leur coopération future dans le cadre de la politique de voisinage des 25.

« L’atmosphère a changé pour le meilleur. Espérons que cela apportera non seulement une meilleure relation entre Israël et l’Union européenne, mais aussi une meilleure relation entre Israël et les pays de la région », a déclaré Javier Solana, le Haut représentant de l’Union Européenne pour la politique extérieure.

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Silvan Shalom, a invité pour sa part l’Europe à « mener un nouveau plan Marshall pour le Moyen-Orient ». Les Européens, a-t-il estimé, peuvent aider à réduire le fossé entre les pays arabes modérés et Israël. Mais Silvan Shalom a répété sa demande que l’Union inclue le mouvement radical palestinien Hezbollah sur sa liste des organisations terroristes.

« L’Europe, Israël et les Palestiniens, tous, ont intérêt à mettre un terme aux agissements du Hezbollah », a-t-il souligné. Le ministre israélien a également appelé les Européens à faire preuve de fermeté avec l’Iran, après le coup d’envoi le même jour à Bruxelles de délicates discussions sur les contreparties à accorder à Téhéran pour la suspension de ses activités d’enrichissement d’uranium. « Nous demeurons convaincus que la pression internationale sur l’Iran doit être renforcée pour mettre un terme au programme nucléaire iranien », a-t-il dit.


Articles des brèves

Mots-clés

Accueil