Israël et le peuple juif en danger, y compris de la part d’ennemis de l’intérieur....

Hélène Keller-Lind

mardi 13 septembre 2011

En cette veille d’initiative palestinienne unilatérale à l’ONU porteuse de grands dangers pour l’État hébreu et le peuple juif, comme le démontre « Raison Garder, » ainsi que de l’organisation de manifestations monstres par l’Autorité palestinienne et les organisations anti-israéliennes / antisémites qui lui sont affilées de par le monde, des organisations israéliennes comme B’Tselem ou le Centre Avda, participent de cette curée contre leur propre pays...

Raison Garder : un danger pour Israël et le peuple juif

Dans une déclaration soigneusement argumentée « Raison Garder » qualifie la demande de l’Autorité palestinienne de création d’un État palestinien qui va être présentée à l’ONU de « DECLARATION DE GUERRE TRAVESTIE EN DEMANDE DE RECONNAISSANCE. » ajoutant : « Nous sommes à la veille d’une intense campagne de propagande qui vise à pousser les opinions et les gouvernements européens à soutenir la demande unilatérale de reconnaissance d’un Etat de Palestine à l’O.N.U....Le destin de l’Etat d’Israël est, à long terme, désormais en question. Dans la mondialisation, le destin des Juifs sera ce destin,....Ce qui est en jeu, c’est la légitimité d’un peuple juif, son existence, le respect de son identité, de son histoire, de sa culture, de sa liberté. Les Juifs sont confrontés aujourd’hui à une hostilité tous azimuts, qui prend tous les aspects de son existence pour cible, de l’histoire antique à la politique contemporaine en passant par la religion.
L’Union Européenne, 70 ans après la Shoah, consacrera-t-elle la volonté de destruction de ses ennemis ? Est-il admissible qu’une Turquie islamiste belliciste reste dans l’OTAN ? L’Union européenne pourrait-elle entrer en guerre à ses côtés? Un enjeu total se joue aujourd’hui pour la continuité juive.... »

Des manifestations de masse, véritables allumettes dans un baril de poudre, pour Claude Goasguen.

Dans une vaste campagne concertée et parfaitement organisée, l’Autorité palestinienne et les organisations qui lui sont affiliées à un titre ou à un autre de par le monde, organise des manifestations soi-disant pacifiques pour soutenir cette demande. Que ce soit avec Durban III à New York, ou des manifestations dans les Territoires palestiniens, orchestrées par Palestine State 194 Palestine, 194ème État de l’ONU - , organisation lancée officiellement le 9 septembre à Ramallah devant une centaine de « responsables » palestiniens. Une grosse manifestation est prévue pour le 21 septembre.. Très active, l’organisation se félicitait récemment de ce qu’elle appelait le soutien du Secrétaire général des Nations unies à leur cause.

Et, même si, selon un sondage palestinien, 59,3 % des Palestiniens - de Cisjordanie, Gaza et Jérusalem Est - sondés privilégient des négociations directes avec l’État hébreu plutôt qu’une demande unilatérale présentée à l’ONU et que seuls 35% sont en faveur de cette démarche, 52,7 % ne veulent pourtant pas que Mahmoud Abbas renonce à sa demande devant l’ONU en septembre.

On peut dès lors se rendre compte de l’ampleur qu’auront ces manifestations, ampleur qui dénaturera toute nature « pacifique » pourtant affichée. Et risque fort d’être « une allumette jetée dans un baril de poudre, » comme le craignait récemment Claude Goasguen, Président du groupe d’amitié France-Israël à l’Assemblée nationale, lors d’une rencontre avec l’UPJF. Un grand meeting unitaire de soutien à Israël le 20 septembre à Paris a d’ailleurs été organisé à son initiative et celle de Jean-Pierre Plancade, Président du groupe d’amitié France-Israël au Sénat et les Amis d’Israël pour la Paix, le 20 septembre

Des organisations israéliennes prêtent main forte à ces campagnes anti-israéliennes

Or, des organisations israéliennes militent actuellement contre leur propre pays. Ainsi, B’Tselem vient de publier un rapport le12 septembre, repris par les agences de presse palestiniennes, dans lequel l’organisation dénonce ce qu’elle qualifie d’un déni du droit de manifester palestinien ou d’usage excessif de la force. Les forces de l’ordre israéliennes devant, selon elle, se laisser caillasser sans broncher ou ne répliquer qu’avec des cailloux ... De plus, elle accuse, sans rire, ces forces qui tentent de contenir des manifestations houleuses d’entraver, ce faisant, la libre circulation des Palestiniens , non seulement là où ont lieu ces manifestations, mais également dans les villages environnants puisque des carrefours sont momentanément coupés. Elle agite le spectre de la soi-disant « punition collective... », l’un des thèmes favoris des Palestiniens. Ce Rapport n’est pas publié innocemment à cette date...

Une autre organisation, le Centre Adva , diffuse justement le 1é septembre, une étude de son directeur datée du 31 juillet, intitulée « la foire d’empoigne et la marche folle, » dans laquelle Shlomo Swirski rend « les implantations au-delà de la Ligne Verte » grandement responsables des problèmes sociaux auxquels sont confrontés actuellement les Israéliens, notamment les classes moyennes. En raison de leur coût et de tous les coûts afférents. Mais, dans ces coûts, il englobe la barrière de sécurité qui, elle, est principalement destinée à protéger l’État hébreu du côté israélien de la Ligne Verte. Ce qu’elle a fait avec succès. De plus, il politise son analyse plus avant en épousant la thèse palestinienne qui veut que ce soient les implantations qui perpétueraient le conflit entre Israéliens et Palestiniens, alors que, comme l’a dit et redit Benyamin Netanyahou, ce qui empêche toute résolution de ce conflit, c’est, côté palestinien, une quantité d’autres obstacles sécuritaires incontournables ou le refus d’accepter qu’Israël soit l’État juif qu’il est pourtant.


Accueil du site
Lire sur le site Desinfos classique