Une conférence s’est déroulée à Strasbourg, à l’initiative de l’Agence Juive et du ministre Sharansky, sur fond d’accroissement du nombre d’incidents antisémites en Europe, et surtout en France, en 2004

mardi 30 novembre 2004


Selon les organisateurs, quelques 250 personnes de 22 pays représentant différents mouvement de jeunesse étaient présents. « L’une des intervenantes, une ancienne professeur d’école en France, a déclaré que des préjugés antisémites étaient courants au sein du système éducatif français »

Le ministre chargé des affaires de la diaspora, Nathan Sharansky, et des dirigeants de l’Agence Juive ont protesté hier contre la décision de la police de Strasbourg d’empêcher les membres de mouvements de jeunesse sionistes de nettoyer des tombes qui avaient été profanées dans le cimetière juif de la ville.

Le cimetière, qui se trouve en banlieue de Strasbourg, avait été profané il y a deux mois par des néo-nazis, les responsables de cet acte n’ont toujours pas été arrêtés.

Hier à l’issue d’une conférence des mouvements de jeunesse sionistes européens consacrée à la lutte contre l’antisémitisme, qui s’est tenue à Strasbourg, les participants prévoyaient de nettoyer les tombes profanées, mais la police le leur a interdit, précisant qu’il s’agissait de preuves nécessaires à l’accusation.

« Laisser les tombes dans cet état jusqu’à l’arrestation des délinquants est un scandale et un prix décerné à des salauds », a estimé de son côté le ministre israélien.


Articles des brèves

Mots-clés

Accueil