MEMRITV rapporte : Les mères des martyrs du Hezbollah se déclarent très heureuses et prêtes à sacrifier d’autres enfants

samedi 27 novembre 2004

A l’occasion de la « Journée du martyre », Al-Manar, télévision du Hezbollah, a diffusé des déclarations de mères de martyrs, dont une interview d’ Oum Saïd (« la mère de Saïd »). Les mères ont exprimé fierté et joie en évoquant le sacrifice de leurs fils. L’émission a été traduite en anglais par MEMRITV : Pour en visionner un extrait, cliquer sur http://memritv.org/Search.asp?ACT=S9&P1=371. Pour plus de clips d’Al-Manar, voir www.memritv.org/special3.asp. Voici quelques extraits de l’interview : (1)


Oum Saïd : « C’est un jour béni ; c’est le jour où mon fils m’a donné une raison de me tenir la tête haute. »

Interviewer : « Non seulement vous êtes la mère d’un martyr, mais il se trouve en plus que votre fils est devenu martyr à cette date même, la date de la Journée du martyre. Commencez par dire quelques mots à tous nos téléspectateurs d’aujourd’hui. Que ressent chaque année la mère d’un martyr en cette date ? »

Oum Saïd : "Au nom d’Allah le clément et le miséricordieux… Loué soit Allah de m’avoir accordé mon fils en ce jour béni. Il m’est impossible d’expliquer tout ce que ce jour signifie pour moi, tout ce qu’il représente pour moi et pour toutes les mères de martyrs. Je parle des mères de martyrs ainsi que de toutes les mères au Liban. Tout ce que je pourrais dire d’elles ne suffirait pas, parce qu’elles ont payé le prix en sang, libéré le Liban Sud et qu’elles nous ont rapprochés de la victoire. Elles nous ont valu une grande récompense.

Il suffit qu’elles nous aient accordé le Paradis, ce qu’il y a de plus grand en ce monde. Je souhaite une bonne année à toutes les mères de martyrs et à leurs enfants ; puisse Allah les honorer. Loué soit Allah de nous avoir accordé nos fils. Loué soit Allah.« Interviewer :  »Estimez-vous qu’en tant que mère de martyr, vous avez un statut spécial, différent de celui des mères qui n’ont pas de fils martyrs ?« Oum Saïd :  »Assurément, oui…« Interviewer :  » Comment le vivez-vous ?« Oum Saïd :  »Si je me trouve en compagnie d’autres personnes, je ressens le respect et le fierté [environnants]. Ils disent : ’C’est la mère d’un martyr :’ Qu’est-ce que cette appellation veut dire ? Pour moi, elle veut dire beaucoup. Je vais la tête haute. Loué soit Allah, loué soit Allah, à chaque heure et à chaque minute.« Interviewer :  »Pouvez-vous nous raconter comment on commémore un martyr dans sa famille, en compagnie de ses frères et de ses proches ? Que laissent-ils derrière eux ? Quand un martyr s’en va, est-ce que ça se termine là ? Cesse-t-il d’exister ? Ou au contraire, ressent-on encore plus sa présence ?« Oum Saïd :  »Au contraire, sa présence est encore plus forte et son souvenir gravé à jamais dans nos cœurs. Nous nous sommes assis pour faire la fête pendant le Ramadan. Puissions-nous tous jouir d’une bonne année. Quand nous nous asseyons pour faire la fête pendant le Ramadan, je contemple sa photo, comme cela. Tout le monde croit que je m’apprête à réciter la bénédiction ’Au nom d’Allah le clément et le miséricordieux’ pour commencer le repas qui rompt le jeûne. Je le regarde et je dis : ’J’aurais souhaité que mon jour arrive avant le tien. Qu’Allah te bénisse. J’aurais aimé que tu sois ici parmi nous.’ Voilà comment je lui parle quand je me mets à table.

Interviewer : « Que vous disent ses frères, ses enfants et les autres ? Si Allah veut, vous serez toujours un modèle de force et de patience. »

Oum Saïd : « Loué soit Allah. Je suis au contraire très heureuse, surtout en cette occasion. »

Interviewer : « (…) Bien sûr : la récompense d’Oum Saïd et de toutes les mères de martyrs ne sera pas en vain. La patience, la force d’endurer la douleur et l’exemple qu’elles sont pour nous… Pas uniquement ici. C’est un exemple qu’il faudrait partager avec toutes les sociétés. Nous répétons toujours - comme vous l’avez dit tout à l’heure - qu’Allah vous accordera la force et la patience. J’aimerais vous entendre clore sur une note optimiste. »

Oum Saïd : « Loué soit Allah, je suis très heureuse. C’est de joie que je pleure. C’est un jour béni, le jour où mon fils m’a donné une raison de me tenir la tête haute… »

Les autres mères de martyrs font l’éloge de l’action de leurs fils

Mère de martyr n°2 : « Nous chérissons le souvenir du sang des martyrs. Je suis fière du martyre de mon fils. »

Mère de martyr n°3 : « Je suis prête à sacrifier ma vie. Tout ce que je désire, c’est le martyre. Je suis prête à ce que tous mes enfants deviennent des martyrs. Que mon mari aussi devienne un martyr ! Et si Allah veut, que je meure en martyre ! »

Mère de martyr n°4 : « Comparé à d’autres, mon sacrifice n’est rien. Il est vrai que j’ai sacrifié un fils, mais d’autres en ont sacrifié deux ou trois. J’espère que d’autres de mes fils deviendront des martyrs. »

Mère de martyr n°5 : « Loué soit Allah. Je remercie Allah pour tout le bien dont il nous a honorés. Il nous a béni du martyre. Si Allah veut, nous serons aussi des martyrs, tout comme eux. »


(1)Al-Manar (Liban), le 11 novembre 2004.


La revue des infos

Mots-clés

Accueil